10 % de hausse des allocations versées aux survivants de la Shoah – Rapport
Rechercher

10 % de hausse des allocations versées aux survivants de la Shoah – Rapport

152 000 Israéliens sont reconnus comme survivants. Des initiatives sont en cours pour aider à déterminer les personnes éligibles au statut et à ses allocations

Un survivant de la Shoah montre son bras tatoué par les nazis. Illustration. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Un survivant de la Shoah montre son bras tatoué par les nazis. Illustration. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les allocations sociales et autres avantages financiers octroyés aux rescapés israéliens de la Shoah ont augmenté d’environ 10 % en 2018, selon des chiffres du ministère des Finances diffusés mercredi, veille de Yom HaShoah.

Environ 152 000 Israéliens sont reconnus par l’Etat comme survivants de la Shoah, depuis les détenus des camps de concentration et de la mort à d’autres qui ont fui le massacre nazi à travers toute l’Europe, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Selon le rapport annuel émis par l’Autorité des droits des survivants de la Shoah – une instance du ministère des Finances qui supervise les allocations de l’Etat versées aux survivants – Israël a octroyé environ 5,6 milliards de shekels en 2018 en indemnités diverses à environ 210 000 Israéliens reconnus comme ayant été touchés par la guerre, notamment à 152 000 survivants et à 58 000 réfugiés juifs du Maroc, d’Algérie et d’Irak, reconnus comme ayant été dans l’obligation de fuir les violences antisémites dans ces pays, en lien avec la guerre.

Ce montant marque une hausse approximative de 10 % par rapport à l’année précédente, a fait savoir l’agence mercredi.

Les 566 millions de shekels ajoutés au budget des allocations destinées aux survivants ont permis d’augmenter le nombre d’indemnités accordées aux époux et épouses encore en vie de survivants décédés (une mise de 205 millions de shekels au total) ; d’élever les allocations trimestrielles de ceux qui bénéficient déjà de réparations allemandes (une dépense de 58 millions de shekels) ; de redynamiser l’indemnité annuelle des survivants à faible revenu (87 millions de shekels) et d’ajouter 216 millions de shekels à la part assumée par l’Etat dans les coûts infirmiers.

Des survivants de la Shoah assistent à une cérémonie dans l’ancien camp d’extermination nazi d’Auschwitz à Oswiecim, en Pologne, le 27 janvier 2016, 71e anniversaire de la libération du camp par l’Armée rouge soviétique, en 1945. (AP Photo/Czarek Sokolowski)

L’Autorité a déclaré que l’un des obstacles essentiels que doivent affronter les survivants âgés qui reçoivent ces allocations est d’ordre bureaucratique. Un grand nombre de rescapés ignorent l’existence de ces indemnités ou ne savent pas comment faire pour les réclamer.

Pour cette raison, des responsables de l’Autorité se sont rendus chez les immigrants les plus âgés originaires des pays concernés pour les aider à remplir les documents nécessaires pour déterminer s’ils sont en droit de prétendre à des allocations.

Le résultat de ces 24 000 visites à domicile, note le rapport de mercredi, a été l’addition d’environ 1 900 survivants à la liste des bénéficiaires des allocations mensuelles (pour un coût de 80 millions de shekels environ par an) et d’approximativement 10 000 survivants sur celle des destinataires d’indemnités annuelles (64 millions de shekels). 14 000 ont eu droit à une hausse de leur statut handicapé – et des versements qui y correspondent – pour un total de 146 millions de shekels.

« Depuis de trop nombreuses années, les droits des survivants de la Shoah existent sur le papier mais ne se traduisent pas en argent sonnant et trébuchant dans leurs poches. Nous nous sommes concentrés sur ce problème ces dernières années et au cours de l’année dernière », a commenté le ministre des Finances Moshe Kahlon, mercredi.

Moshe Kahlon lors d’une réunion de faction, le 17 décembre 2018 (Crédit :Hadas Parush/Flash90)

« Notre responsabilité en tant qu’Etat est de garantir que les rescapés de la Shoah peuvent vivre dans la dignité qu’ils méritent et qu’ils reçoivent toutes les indemnités auxquelles ils ont droit », a-t-il ajouté.

En tout, a indiqué le rapport, 62 000 survivants reçoivent actuellement une allocation mensuelle versée par l’Etat d’Israël, et 18 000 d’entre eux bénéficient de fonds supplémentaires en raison de leur statut financier défavorisé. Des allocations annuelles sont versées à 75 000 individus. 13 000 veuves et veufs touchent par ailleurs une indemnité mensuelle qui appartenait à un conjoint reconnu comme survivant.

Dans un communiqué de presse, l’Autorité a demandé aux survivants et à leurs familles qui pensent qu’ils pourraient être éligibles à des versements supplémentaires d’appeler une ligne d’assistance téléphonique spéciale établie dans cet objectif au numéro *5101.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...