Rechercher

13 mois de prison pour des tweets de menace contre Benjamin et Yair Netanyahu

"Tous ceux qui se cachent derrière un clavier devraient savoir, (...) qu'ils seront sévèrement puni et risqueront une peine de prison", a plaidé l'accusation

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son fils Yair à Tel Aviv, le 23 janvier 2020. (Crédit : Aleksey Nikolskyi / Sputnik Kremlin Pool Photo via AP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son fils Yair à Tel Aviv, le 23 janvier 2020. (Crédit : Aleksey Nikolskyi / Sputnik Kremlin Pool Photo via AP)

Mercredi, un résident de Beer Sheva a été incarcéré pour 13 mois pour des tweets dans lesquels il écrivait vouloir tuer l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu et son fils Yair.

Asher Ben David avait été initialement condamné à huit mois de travaux d’intérêt général et à une amende de 1 500 shekels.

Toutefois, le tribunal de district de Beer Sheva a accepté un appel interjeté par le ministère public, qui estimait que la décision du tribunal de première instance était trop clémente.

Ben David a admis qu’en 2020, il avait tweeté : « Quelqu’un est-il au courant des préparatifs de l’assassinat du Premier ministre ? Est-ce que quelqu’un sait quelque chose… J’adorerais y participer… Il semble que le moment soit venu, je pense que nous y sommes jusqu’au cou. »

Quelques jours plus tard, Ben David a également menacé Yair, le fils de Netanyahu. « Yair, mon pote, on récolte ce qu’on sème… tu es nerveux… qu’est-ce qui ne va pas, ta maison tremble ? Les murs sont minces, j’entends les battements de ton cœur. »

« Tous ceux qui se cachent derrière un clavier devraient savoir, avant d’oser balancer de tels commentaires et de les publier publiquement, qu’ils seront sévèrement puni et risqueront une peine de prison », a plaidé l’accusation, selon les informations de la Douzième chaîne.

Les juges du tribunal de district de Beer Sheva Yoel Eden, Geula Levin et Itai Bresler-Gonen ont noté l’importance de « dénoncer et d’être strict avec ceux qui cherchent à affecter la gouvernance et à changer les actions des élus par des menaces et à utiliser cette méthode pour avoir un impact sur le système démocratique. »

Illustration. Tribunal de district de Beersheba le 1er décembre 2019 (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

La décision du tribunal est intervenue alors que la police a annoncé qu’elle allait inculper une femme accusée d’avoir envoyé des lettres de menace contenant des balles au Premier ministre Naftali Bennett et à sa famille.

Ilana Sporta Hania, 65 ans, partisane de Netanyahu et originaire d’Ashkelon, a été arrêtée la semaine dernière, soupçonnée d’être à l’origine de deux courriers de menaces contenant des balles qui avaient été reçus par Bennett et par son épouse, ainsi que par leur fils adolescent.

Lors de son arrestation, la police a déclaré que les deux lettres contenaient des « menaces de meurtre détaillées » contre les Bennett et les responsables de la sécurité pensent que la personne qui les a envoyées avait « recueilli des informations » sur la famille.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...