2 autres Israéliens touchés par le coronavirus portant à 19 le nombre de malades
Rechercher

2 autres Israéliens touchés par le coronavirus portant à 19 le nombre de malades

Les malades sont revenus sur des vols en provenance de Madrid et de Zurich ; jusqu'à 80 000 Israéliens en quarantaine ; Bethléem fermé

Un Palestinien portant un masque de protection comme mesure de protection contre le coronavirus se tient devant la mosquée du Dôme du Rocher sur le mont du Temple, dans la vieille ville de Jérusalem, avant les prières du vendredi, le 6 mars 2020. (Crédit : Ahmad Gharabli / AFP)
Un Palestinien portant un masque de protection comme mesure de protection contre le coronavirus se tient devant la mosquée du Dôme du Rocher sur le mont du Temple, dans la vieille ville de Jérusalem, avant les prières du vendredi, le 6 mars 2020. (Crédit : Ahmad Gharabli / AFP)

Deux autres Israéliens ont reçu un diagnostic positif au COVID-19, portant à 19 le nombre de cas de virus dans le pays, a annoncé vendredi le ministère de la Santé.

Un des patients est revenu le 27 février de Madrid, tandis que le deuxième patient est revenu mercredi de Zurich. Tous deux, qui sont âgés d’environ 50 ans et qui sont originaires du centre d’Israël, ont été isolés.

Le ministère de la Santé a annoncé qu’il publierait bientôt les détails d’une enquête épidémiologique concernant les vols empruntés par les deux hommes et les lieux dans lesquels ils se sont rendus en Israël après leur retour.

Deux autres patients ont été diagnostiqués positifs jeudi, dont un homme qui était chauffeur de bus pour un groupe de touristes grecs en visite en Israël, qui se sont également rendus en Cisjordanie et en Égypte avant de rentrer chez eux. Vingt-trois des touristes ont depuis reçu un diagnostic positif au coronavirus.

L’Autorité palestinienne a déclaré jeudi que sept personnes d’un hôtel de la région de Bethléem avaient possiblement été infectées par les touristes.

Un policier israélien se tient devant un point de passage fermé entre Jérusalem et Bethléem, le vendredi 6 mars 2020. La fermeture qui a commencé vendredi fait suite à l’identification de sept cas de COVID-19 parmi des Palestiniens de la ville, les premiers cas dans les territoires palestiniens. Israël a également annoncé la fermeture de Bethléem aux Israéliens, aux Palestiniens et aux touristes. (Crédit : AP / Mahmoud Illean)

Les autorités palestiniennes ont décrété jeudi un état d’urgence de 30 jours peu après avoir annoncé la fermeture de la basilique de la Nativité à Bethléem et interdit pendant deux semaines les séjours des touristes dans le territoire.

Israël, qui contrôle tous les points d’entrée vers le territoire palestinien a annoncé jeudi soir le bouclage de la ville de Bethléem « en coordination avec l’Autorité palestinienne », « suite aux cas de contaminations dans le secteur ».

Le ministère a également déclaré qu’un autre Israélien, un homme âgé originaire du centre d’Israël et qui était revenu d’Italie la semaine dernière, avait également été infecté par le virus.

L’homme était revenu de Venise à Tel Aviv sur le vol EasyJet EJ3342, qui a décollé le 29 février à 12h20. Il est rentré chez lui avec sa voiture et s’est immédiatement mis en quarantaine chez lui, conformément aux ordres du ministère de la Santé.

Tous les passagers à bord de ce vol doivent respecter une quarantaine pendant 14 jours, a indiqué le ministère.

Entre 50 000 et 80 000 Israéliens se trouveraient désormais en quarantaine – les visites de citoyens d’un grand nombre de pays européens et asiatiques sont désormais interdites, et de grands événements tels que des concerts et des matchs sportifs ont été annulés en raison de directives émises par le ministère de la Santé.

La police israélienne a annoncé jeudi qu’elle avait pris des mesures contre les citoyens qui violaient les restrictions drastiques.

La police a déclaré dans un communiqué qu’elle avait ouvert huit enquêtes criminelles contre des Israéliens qui avaient enfreint les règles de quarantaine de l’État ou trompé les inspecteurs du ministère de la Santé.

« La police israélienne travaillera en coopération avec le ministère public afin de traduire en justice quiconque choisit d’ignorer les instructions du ministère de la Santé et met en danger autrui avec des actions – intentionnelles ou par négligence – augmentant les risques de propagation du coronavirus », indiquait le communiqué.

Selon la Douzième chaine, ceux qui violent les directives de l’État pourraient encourir jusqu’à sept ans de prison.

Jeudi, neuf des passagers du navire de croisière Diamond Princess qui étaient en quarantaine au Sheba Medical Center de Ramat Gan et qui ont été déclarés sains sont rentrés chez eux. Trois Israéliens qui se trouvaient sur le navire mis en quarantaine pendant deux semaines au large des côtes japonaises sont toujours en quarantaine – deux au Japon et un en Israël.

Israël a pris des mesures d’envergure pour prévenir une épidémie. Tous les Israéliens de retour de France, d’Allemagne, d’Espagne, d’Autriche et de Suisse ont reçu mercredi l’ordre de se mettre en quarantaine pour une période de 14 jours après leur dernier jour dans ces pays.

Un touriste portant un masque au Mur occidental dans la vieille ville de Jérusalem, le 5 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)

La décision s’applique rétroactivement à tous ceux arrivés de ces nations au cours des 14 derniers jours. Les citoyens étrangers arrivant de ces pays ne seront pas autorisés à entrer en Israël à moins qu’ils puissent prouver leur capacité à s’auto-mettre en quarantaine pendant leur séjour.

Israël a précédemment interdit l’entrée aux étrangers qui se trouvaient en Chine, à Hong Kong, à Macao, en Thaïlande, à Singapour, en Corée du Sud, au Japon et en Italie dans les 14 jours précédant leur arrivée, et a contraint récemment tous les Israéliens revenus de ces régions à se mettre en quarantaine pendant deux semaines.

Israël a été le premier pays à exhorter ses citoyens à s’abstenir de tout voyage international en raison de l’épidémie, qui a commencé en Chine en décembre et qui a depuis infecté plus de 95 000 personnes dans le monde et fait plus de 3 200 morts, presque toutes en Chine.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a tenu jeudi une réunion d’urgence sur les répercussions économiques suite à l’épidémie de COVID-19, et a annoncé que le gouvernement créera un « fonds d’urgence » pour aider les entreprises vitales pour l’économie israélienne qui ont été affectées par la crise sanitaire en plein essor.

« La première étape que j’annonce aujourd’hui est que, d’ici dimanche, le ministre des Finances créera un fonds d’urgence afin d’aider les entreprises dont l’activité est vitale pour l’économie », a déclaré Netanyahu.

« La prochaine étape sera que, à mesure que la crise se développe, le ministère des Finances, en coordination avec la Banque d’Israël, offrira des fonds aux entreprises en détresse en raison de la crise. »

« Je pense que nous traitons cette crise, tant en termes de santé que d’économie, de la meilleure façon possible. Mais cela ne signifie pas que nous ne soyons pas confrontés à de grands défis », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...