20 après, Israël commémore l’accident d’hélicoptère qui a coûté la vie à 73 soldats
Rechercher

20 après, Israël commémore l’accident d’hélicoptère qui a coûté la vie à 73 soldats

Les familles endeuillées, le président et le chef d’état-major se sont rassemblés au kibbutz Dafna à l’occasion d’une cérémonie

Le président Reuven Rivlin lors d'un service commémoratif au kibboutz Dafna pour marquer le 20e anniversaire d'un accident d'hélicoptère de l'armée de l'air qui a tué 73 soldats (Crédit : Capture d'écran Ynet)
Le président Reuven Rivlin lors d'un service commémoratif au kibboutz Dafna pour marquer le 20e anniversaire d'un accident d'hélicoptère de l'armée de l'air qui a tué 73 soldats (Crédit : Capture d'écran Ynet)

Israël a marqué mercredi le 20e anniversaire de la catastrophe aérienne la plus dévastatrice d’Israël – la collision entre deux hélicoptères militaires qui a coûté la vie à 73 soldats qui se rendaient à divers endroits dans la zone de sécurité du pays dans le sud du Liban.

Le 4 février 1997, deux hélicoptères des forces de l’air de l’armée israélienne ont décollé de deux aéroports différents dans le nord d’Israël, l’un se dirigeant vers un poste de l’armée au château de Beaufort et l’autre vers l’avant-poste militaire « Citrouille ».

Les deux hélicoptères sont entrés en collision au-dessus d’un moshav en haute Galilée, tuant l’ensemble des passagers à bord des deux hélicoptères. La plupart des soldats sortaient à peine de l’adolescence ou étaient âgés d’une vingtaine d’années et venaient de différentes communautés à travers le pays.

Les familles des soldats se sont rassemblés pour la première fois depuis le 30e jour après l’accident et ont assisté au service commémoratif du mercredi au kibboutz Dafna, en Galilée, près du lieu du crash. Le kibboutz est également l’emplacement d’un mémorial aux soldats, comprenant 73 rochers – chacun accompagné du nom d’un des morts – entourant une petite piscine.

La réunion des familles a été coordonnée par le commandant de la compagnie et le commandant de la brigade, qui, à la suite de l’accident, sont également rentrés en contact avec les personnes endeuillées. Les parents restent toujours en contact, se réunissant régulièrement pour fournir un soutien continu, et ils assistent même aux célébrations de famille.

Un monument pour les 73 soldats de l'armée israélienne tués dans le désastre d'hélicoptère israélien de 1997 sur She'ar Yeshuv dans le nord d'Israël (Chen Leopold / Flash90)
Un monument pour les 73 soldats de l’armée israélienne tués dans le désastre d’hélicoptère israélien de 1997 sur She’ar Yeshuv dans le nord d’Israël (Chen Leopold / Flash90)

« Il s’agit d’un lien né dans la mort », ont déclaré les parents dans une déclaration, selon la Deuxième chaîne.

« Cela nous aide à aller de l’avant, cela nous lie et nous aide. C’est plus que de la famille ».

Étaient également présents le président Reuven Rivlin, le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, et le chef d’état-major de l’armée, Gadi Eizenkot.

« Le 4 février 1997, le ciel et le sol ont tremblé », a déclaré Rivlin lors de la cérémonie. « Tout le monde en âge de se souvenir à l’époque n’oublieront jamais cette nuit terrifiante, ce vol terrible – un vol sans rescapés. Selon les mots de l’écrivain israélien Haim Hefer : ‘les images des portraits sur les premières pages des journaux sont gravées comme un laser dans nos cerveaux’», a-t-il poursuivi.

« Nous portons les horribles mots ‘catastrophe d’hélicoptère’ gravés dans nos cœurs à jamais », a-t-il ajouté. « Les enfants qui n’étaient pas encore nés à l’époque, qui sont aujourd’hui des soldats, certains officiers, sont toujours en train de se demander qu’est-ce qui aurait pu se passer. Et si ce fils spécial de chacun d’entre vous – frère, mari, père – tant aimé, si estimé, était encore vivant. Nous pensons aux petits-enfants à naître et aux enfants qui ont grandi sans père, avec désir et comme une occasion manquée ».

Les morts, a poursuivi le président, reflétaient la société israélienne dans son ensemble.

« La famille du ‘désastre des hélicoptères’ est la famille d’Israël. Juifs, druzes et bédouins, laïques et religieux, de toutes les communautés, des villes, des kibboutz et des moshav, du centre et de la périphérie, des fils qui faisaient partie de la société ».

Dans un message écrit, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a également rendu hommage aux morts, en disant aux personnes recueillies que leurs fils ne sont pas morts en vain. Netanyahu, qui était aux États-Unis mercredi pour une réunion avec le président Donald Trump, était également Premier ministre au moment de l’accident.

« Je sais qu’il est difficile de réconforter les familles qui ont perdu un être cher, mais il y a une chose que vous pouvez dire : la flamme de la mission que nos fils tenaient entre leurs mains brûle encore, et les combattants de l’armée continuent d’assurer la sécurité dans le nord du pays et partout ailleurs, en dépit des coups fréquents portés à notre région », a déclaré Netanyahu dans son message.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...