Rechercher

3 résidents de Zarzir arrêtés pour le meurtre présumé d’un Arabe Israélien

Les trois suspects auraient fui la ville après le meurtre

Fadi Grifat (Crédit : autorisation)
Fadi Grifat (Crédit : autorisation)

La police a annoncé jeudi l’arrestation de trois suspects dans le meurtre d’un homme arabe israélien dans la ville de Zarzir, dans le nord du pays, lundi.

Selon un communiqué de la police, les trois suspects – des résidents de Zarzir, âgés de 21, 26 et 50 ans – ont fui la ville après que Fadi Grifat a été mortellement abattu.

La police indique que les trois suspects ont été arrêtés dans une voiture dans le centre d’Israël et seront présentés au tribunal de Nazareth pour une audience de renvoi.

Grifat a été abattu lundi après-midi dans sa voiture dans sa ville natale et a été transporté d’urgence à l’hôpital HaEmek d’Afula, où les médecins ont dû constater sa mort.

Grifat était le 72e Arabe israélien tué dans des homicides apparemment criminels rien que cette année, selon l’organisation à but non lucratif Abraham Initiatives. Depuis, un autre homme, le 73e, a également été tué. Les villes et villages arabes ont connu une recrudescence de la violence ces dernières années, le crime organisé étant considéré comme le principal moteur. Quinze autres Palestiniens ont été tués au sein du territoire israélien sur l’année.

Un habitant de Zarzir s’exprimant sous couvert d’anonymat a déclaré à Ynet que la violence dans la ville ne cessait pas. « Il y a seulement un mois et demi environ, une femme du village a été assassinée, un autre jeune homme a été assassiné aujourd’hui, et nous ne savons pas qui sera assassiné demain. »

« Tout le monde ici est en danger de mort et les criminels sont capables d’assassiner même ceux qui sont innocents », a ajouté le résident.

Des parents de la victime ont déclaré à Ynet qu’ils ne pensaient pas que Grifat s’était trouvé en danger.

« De nos jours, les gens sont tués pour rien. J’espère que la police arrêtera les suspects afin qu’ils reçoivent la punition appropriée et qu’ils ne soient pas autorisés à se promener librement comme tous les autres tueurs », a expliqué un proche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...