3 semaines après sa prise de fonctions, Biden n’a toujours pas appelé Netanyahu
Rechercher
Analyse

3 semaines après sa prise de fonctions, Biden n’a toujours pas appelé Netanyahu

La question est de savoir si la décision du démocrate est un signe de la façon dont l'administration va traiter la région

Lazar Berman

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Joe Biden lors d'une conférence de presse conjointe avec Benjamin Netanyahu, (non vu), au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 9 mars 2016. (Debbie Hill, Pool via AP/File)
Joe Biden lors d'une conférence de presse conjointe avec Benjamin Netanyahu, (non vu), au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 9 mars 2016. (Debbie Hill, Pool via AP/File)

Après 21 jours, il est devenu impossible d’ignorer que le téléphone du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a pas encore sonné. Après près de trois semaines de silence des États-Unis à l’égard de leur plus proche allié dans la région, et partenaire indispensable pour contrer les ambitions malveillantes de l’Iran, certains Israéliens commencent à s’inquiéter.

De plus en plus d’observateurs estiment que le « non-appel » n’est pas une petite rebuffade, un geste inoffensif dans le jeu du protocole diplomatique. C’est devenu une raison pour eux de commencer à s’interroger sur l’approche de la nouvelle administration américaine vis-à-vis de la région, et sur sa volonté de laisser le passé derrière elle afin de résoudre les problèmes urgents d’aujourd’hui.

Au début, ce n’était pas nécessairement un problème du tout. Les appels téléphoniques de M. Biden aux dirigeants étrangers durant sa première semaine en fonction ont montré qu’il se concentrait sur ses problèmes les plus urgents : l’immigration et le commerce (Mexique, Canada), le renforcement de l’alliance de l’OTAN contre la Russie (Royaume-Uni, France, Allemagne, secrétaire général de l’OTAN, Russie), et l’envoi de signaux à la Chine et à la Corée du Nord, avec des appels à la Corée du Sud et à l’Australie.

Personne à Jérusalem ou à Washington ne se faisait d’illusions sur le fait qu’Israël serait parmi les priorités de Biden. Mais il est peu probable que beaucoup aient pensé que Biden passerait trois semaines sans même un coup de fil de courtoisie à Netanyahu ou à tout autre dirigeant du Moyen-Orient.

Le président américain Joe Biden dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le 25 janvier 2021. (Crédit : JIM WATSON / AFP)

De plus, la décision du président d’omettre toute mention d’Israël ou d’autres alliés dans un important discours de politique étrangère prononcé le 4 février dernier est venue s’ajouter à l’apparente froideur de M. Biden. Il a évoqué le Moyen-Orient dans le contexte de la guerre civile au Yémen et des menaces qui pèsent sur l’Arabie Saoudite, mais c’est tout.

Netanyahu a minimisé l’importance de cette question lundi, en disant qu’il s’attendait à ce que Biden l’appelle bientôt. M. Netanyahu a déclaré que M. Biden téléphonait aux dirigeants mondiaux « comme il l’entend », et a prédit qu’ils se parleraient lorsqu’il commencerait à contacter les dirigeants du Moyen-Orient.

Rares sont ceux qui croient aux efforts de Netanyahu de minimiser l’apparent snobisme.

« J’interprète cela comme un signe clair de mécontentement », a déclaré Dani Dayan, ancien consul général d’Israël à New York, qui se présente maintenant à la Knesset avec le parti Tikva Hadasha dirigé par un ancien du Likud, Gideon Saar.

Le président Barack Obama rencontre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le 5 mars 2012, dans le bureau ovale de la Maison Blanche à Washington. (AP Photo/Pablo Martinez Monsivais)

Il a fait remarquer que Netanyahu et Biden ne partaient pas de zéro, étant donné la relation glaciale entre le Premier ministre et Obama, qui s’est souvent révélée au grand jour.

« J’espère que c’est quelque chose de symbolique pour montrer leur mécontentement qui n’aura pas de conséquences politiques graves dans le processus de prise de décision », a déclaré M. Dayan, qui a déployé des efforts considérables pour établir des liens avec les responsables démocrates pendant son séjour à New York.

Danielle Pletka (Capture d’écran de C-Span)

Même si cela reste symbolique, cela pourrait avoir des conséquences dangereuses.

Le simple fait qu’il n’y ait pas eu d’appel téléphonique pourrait être interprété par certains acteurs malveillants comme un signe que les Etats-Unis ne soutiennent plus Israël, a déclaré Danielle Pletka, chargée d’études en politique étrangère et de défense à l’American Enterprise Institute, un groupe de réflexion conservateur de Washington.

« On ignore pourquoi le président Biden voudrait signaler à tous les ennemis d’Israël que les États-Unis ne sont pas aux côtés de notre plus important allié au Moyen-Orient. »

Elle a qualifié le non appel téléphonique de « bizarre, inapproprié, immature ».

Il n’y a pas qu’Israël dans la région qui s’inquiète du silence de la Maison Blanche.

Le quotidien libanais Al-Akhbar a rapporté samedi que les dirigeants du Golfe sont préoccupés par l’approche du président Joe Biden au Moyen-Orient. L’article cite une source égyptienne exprimant son mécontentement quant au fait que M. Biden tarde à contacter les dirigeants du Moyen-Orient, affirmant que la Maison Blanche était déterminée à résoudre l’impasse avec l’Iran concernant l’accord nucléaire de 2015 avant de s’aventurer dans le grand Moyen-Orient.

Un bombardier américain à la tête d’un exercice aérien international au-dessus de l’Égypte en 1999. (Sergent-chef Jim Varhegyi, US Air Force/Département de la Défense)

« Washington a un problème avec les régimes arabes sous son patronage – l’Égypte, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite… » a déclaré Moshe Albo, un historien moderne du Moyen-Orient et chercheur au Centre Dado pour les études militaires interdisciplinaires. « D’une part, ce sont des alliés clés, d’autre part, leurs actions vont à l’encontre de l’agenda de l’administration en matière de droits de l’homme et de droits civils ».

M. Biden met lentement au point une approche équilibrée, a déclaré M. Albo, mais les alliés sunnites de l’Amérique grognent. « Ils veulent un soutien sans réserve, principalement contre la menace iranienne. Ils comprennent qu’il y a un problème avec l’administration dans ce contexte ».

(Transparence totale : Albo et ce journaliste ont déjà co-rédigé des articles de recherche à l’Institut d’études de sécurité de Jérusalem).

En attendant, les défis du Moyen-Orient n’ont pas disparu. L’Iran continue de faire avancer son programme nucléaire. Les mandataires de Téhéran font de la contrebande d’armes qui peuvent être utilisées contre Israël et mènent des attaques contre les forces américaines. Des groupes terroristes dangereux continuent de commettre des attentats meurtriers et de recruter de nouveaux membres. Les puissances régionales que sont la Turquie et l’Égypte se disputent les postes au Moyen-Orient et menacent de déstabiliser davantage la région.

« Le président Donald Trump a rabaissé, sapé et, dans certains cas, abandonné les alliés et partenaires des États-Unis… » écrivait le candidat de l’époque, M. Biden, dans la revue Foreign Affairs en mars. « Le programme de politique étrangère de M. Biden replacera les États-Unis en tête de liste, en mesure de travailler avec leurs alliés et partenaires pour mobiliser une action collective face aux menaces mondiales ».

Jusqu’à présent, au Moyen-Orient, cela a surtout pris la forme d’une réflexion sur la manière de réintégrer le plan d’action global conjoint de 2015. Sur ce point et sur une série d’autres défis directement liés à l’Iran, les États-Unis et Israël chercheraient sans doute à être sur la même longueur d’onde, ou du moins à montrer au monde qu’ils le sont.

Un missile sol-sol Shahab-3 est exposé dans le cadre d’une exposition de l’armée iranienne et des Gardiens de la révolution paramilitaires dans le centre de Téhéran, en Iran, le 25 septembre 2019. (AP/Vahid Salemi)

Bien que l’approche de M. Biden puisse refléter le manque d’appétit du public américain face aux problèmes du Moyen-Orient après les guerres en Irak et en Afghanistan, on peut supposer sans risque que M. Biden consacrera encore beaucoup de temps et d’efforts aux défis actuels du Moyen-Orient, et à ceux qui s’imposeront inévitablement à son programme pendant son mandat.

Cela peut aller de l’activité déstabilisatrice de l’Iran à la présence militaire de la Russie, de la guerre civile en cours en Syrie aux tensions en Méditerranée orientale pour les ressources gazières, en passant par ce qui reste de l’État islamique, les conflits en Libye et au Yémen, les tensions israélo-palestiniennes, etc.

Les États-Unis devront se coordonner étroitement avec Israël sur presque tous ces points. Et cela signifie qu’il faudra décrocher le téléphone.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...