4 candidats démocrates à la présidentielle s’expriment sur Gaza
Rechercher

4 candidats démocrates à la présidentielle s’expriment sur Gaza

Des 21 candidats à la présidentielle, seuls quatre se sont exprimés sur les deux jours d'affrontements

Une voiture touchée par une roquette tirée depuis la bande de Gaza près de la frontière Israël-Gaza, le 5 mai 2019. (Noam Rivkin Fenton/Flash90)
Une voiture touchée par une roquette tirée depuis la bande de Gaza près de la frontière Israël-Gaza, le 5 mai 2019. (Noam Rivkin Fenton/Flash90)

WASHINGTON (JTA) — Mardi matin, des 21 candidats démocrates à la primaire présidentielle, seuls quatre ont donné leur point de vue sur les affrontements mortels entre Israël et des groupes terroristes de la bande de Gaza à la frontière ce week-end.

Trois d’entre eux, le sénateur du Colorado Michael Bennet, le gouverneur du Colorado John Hickenlooper, et le sénateur du New Jersey Cory Booker, se sont rangés aux côtés d’Israël et ont appelé à l’arrêt de tirs de roquettes, alors que l’ancien sénateur de l’Alaska Mike Gravel était le seul à soutenir les Palestiniens.

Le président américain Donald Trump a aussi donné son point de vue sur cette flambée de violences en se rangeant du côté des Israéliens.

« A nouveau, Israël est confronté à une pluie d’attaques de roquettes mortelles par les groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique », a déclaré Trump sur Twitter. « Nous soutenons Israël à 100 % dans son droit de défendre ses citoyens. Aux Gazaouis, ces actes terroristes contre Israël ne vous apporteront rien d’autre que la misère. CESSEZ la violence et travaillez à la paix – c’est possible ! »

John Hickenlooper a fait entendre une voix similaire dans un tweet, même s’il a appelé à la retenue de « toutes les parties ». « Les tirs de roquettes au hasard du Hamas sur Israël doivent cesser. Mon cœur va à toutes les familles d’Israéliens tués, et à ceux qui ont été blessés dans ces attaques graves. J’appelle toutes les parties à faire preuve de retenue et à dés-escalader cette situation immédiatement ».

Le gouverneur du Colorado John Hickenlooper lors d’une audience du Sénat à Capitol Hill à Washington, le 7 septembre 2017.(Jose Luis Magana/AP)

Cory Booker s’est, lui, exprimé sur CBS News. « Nous soutenons le droit d’Israël à se défendre, point à la ligne », a déclaré le sénateur du New Jersey. « Vous avez une organisation terroriste qui oppresse son propre peuple, mène des actes de violence et des violations des droits de l’Homme contre les gens qui vivent à Gaza. Et donc Israël a le droit de se défendre et doit le faire ».

Le sénateur répondait à la question d’un journaliste – contrairement à Hickenlooper qui commentait de lui-même – mais il a semblé sincère et préparé à la question.

Le sénateur américain Cory Booker, démocrate du New Jersey, s’exprime lors du Gala annuel du parti démocrate, le 6 octobre 2018, in Des Moines, Iowa. (AP Photo/Charlie Neibergall)

Lundi soir, le rabbin Rick Jacobs, le président de l’Union pour le Judaïsme réformé, a appelé les candidats à s’exprimer. « Nous apprécions profondément le soutien de longue date pour Israël des Partis républicain et démocrate », a-t-il écrit sur Twitter. « Nous continuons à appeler tous les dirigeants de ces partis, y compris les candidats démocrates et républicains à la présidentielle qui n’ont pas encore parlé au sujet des récentes attaques de roquettes de Gaza, à se tenir aux côtés d’Israël en ce moment nécessaire ».

Plus tard lundi, le sénateur Michael Bennet a publié son propre message. « Nous soutenons le droit d’Israël de se défendre contre des attaques de roquettes par des groupes terroristes de Gaza », a-t-il déclaré sur Twitter. « Initier des attaques de roquettes contre des civils innocents est inacceptable et nous pleurons les vies perdues. Un arrêt de la violence est une étape nécessaire vers la désescalade et la stabilité ».

Mike Gravel, ancien sénateur américain de l’Alaska (David Oks / Wikipedia)

Mike Gravel, qui n’a plus de mandat depuis quelques décennies et qui fait figure d’outsider parmi les candidats, a appelé à démanteler Israël en tant qu’Etat juif. « Le bain de sang en Palestine et en Israël ne cessera pas tant que la structure existante fondamentalement injuste n’est pas abandonnée », a-t-il déclaré sur Twitter. « Nous ne pouvons pas soutenir un régime raciste de droite engagé dans l’annexion et le nettoyage ethnique graduel. Il doit y avoir un Etat binational avec des droits égaux pour tous ».

Les autres candidats démocrates ont gardé le silence, aussi bien des personnalités pro-Israël comme la sénatrice du Minnesota Amy Klobuchar, qui a pris le temps de participer à un événement de l’AIPAC à Boston, que des candidats comme le sénateur du Vermont Bernie Sanders, habituellement critique d’Israël, qui avait parlé de Gaza quelques jours avant cette flambée de violence, dans une mairie de l’Iowa. Il avait réitéré son appel pour une position américaine plus équilibrée dans la région.

Bill de Blasio, le maire de New York, s’exprime à une cérémonie d’ouverture pour The Shed, un nouvel espace culturel à Hudson Yards le 1 avril 2019, dans la ville de New York. (Spencer Platt/Getty Images/AFP)

Le maire de New York Bill de Blasio, un candidat démocrate probable, a semblé pro-Israël. « Des civils innocents ont été tués dans le sillage des attaques mortelles du Hamas contre Israël », a déclaré sur Twitter de Blasio, qui doit annoncer sa candidature cette semaine. « C’est un affront à l’humanité. Cette ville se dresse contre cette violence dénuée de sens, et nous nous associons au monde qui pleure les vies perdues ».

Des dirigeants du Congrès, de tous les bords politiques, étaient bien plus enclins à se prononcer sur le sujet et ont très largement pris parti pour Israël.

« Le Hamas doit immédiatement arrêter de lancer des roquettes sur Israël », a déclaré Steny Hoyer, le chef de la majorité démocrate à la Chambre des Représentants, sur Twitter. « Cibler des communautés innocentes n’est jamais acceptable. Le Congrès des Etats-Unis, de manière bipartite, se tient très fermement aux côtés de notre allié Israël et de son droit à protéger ses citoyens ».

Kevin McCarthy, le chef de la minorité à la Chambre des représentants, s’est exprimé tout aussi clairement. « Israël a le droit de se défendre contre les 600 roquettes que le Hamas a tirées lors des 48 dernières heures », a-t-il dit sur Twitter. Les Etats-Unis continueront de se tenir aux côtés de notre allié Israël et du peuple juif ».

Chuck Schumer, le sénateur de New York, chef de la minorité au Sénat, a déclaré au journal Jewish Insider : « Israël a totalement le droit de se défendre contre des attaques aveugles à la roquette, le même droit que n’importe quelle nation. Les Etats-Unis se tiennent soudés avec le peuple d’Israël ».

Sur cette photo du 10 avril 2019, le sénateur démocrate Michael Bennet du Colorado s’exprime lors d’une conférence des Syndicats du bâtiment d’Amérique du nord, à Washington DC. (Zach Gibson/Getty Images Amérique du nord /AFP)

Cinq démocrates juifs de la Chambre, dont trois présidents de commissions, ont déclaré qu’Israël avait le droit de se défendre lui-même. Ils ont aussi fait l’éloge du système du Dôme de fer, en partie financé par des dotations du Congrès, pour avoir réussi à empêcher de nombreux missiles de frapper des cibles.

« Dans une riposte aux attaques continues et injustifiables du Hamas, du Jihad islamique palestinien et d’autres groupes terroristes, Israël a le droit et la responsabilité de se défendre militairement lui-même et ses citoyens contre d’autres violences. Israël doit pouvoir protéger son peuple à long terme alors qu’il continue de rechercher un cessez-le-feu », pouvait-on lire dans une déclaration commune d’Eliot Engel, élu de New York et président de la commission des Affaires étrangères, de Nita Lowey, élue de New York et présidente de la commission des dotations, de Ted Deutch, élu de Floride et président de la commission éthique et de la sous-commission pour le Moyen-Orient, de Brad Schneider (Illinois) et de Josh Gottheimer (New Jersey).

Une seule voix discordante, l’élue du Michigan Rashida Tlaib, une Américaine d’origine palestinienne qui a critiqué le New York Times pour le titre d’un article sur les affrontements. En suggérant que les roquettes du Hamas ont entraîné une riposte israélienne, la titre soutient « l’absence de responsabilité d’Israël », a-t-elle déclaré. L’American Jewish Committee s’est donc ensuite interrogé sur le soutien présumé de l’élue aux tirs de roquettes.

Et Ilhan Omar a aussi commenté sans non plus condamner le terrorisme palestinien :

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...