4 choses juives à faire aux Émirats arabes unis
Rechercher

4 choses juives à faire aux Émirats arabes unis

Même au cœur du Golfe, les Juifs ont une certaine histoire émiratie - ainsi qu'une présence contemporaine croissante

La stèle de David, fils de Moïse, au Musée national Ras al-Khaimah's, avec en fond le panorama urbain d'Aobu Dabi. (Crédit : Department of Antiquities and Museums, Ras Al Khaimah, UAE; Nousha Salimi/AP Images)
La stèle de David, fils de Moïse, au Musée national Ras al-Khaimah's, avec en fond le panorama urbain d'Aobu Dabi. (Crédit : Department of Antiquities and Museums, Ras Al Khaimah, UAE; Nousha Salimi/AP Images)

Le rêve israélien de paix au Moyen-Orient consistait autrefois à manger du houmous à Beyrouth, à visiter les anciens cimetières juifs du Yémen et à voir les anciennes synagogues irakiennes. Mais avec l’accord historique de normalisation avec les Émirats arabes unis, une occasion inattendue s’est présentée de visiter la nouvelle destination ouverte dans la péninsule arabique – et au dire de tous, de nombreux Israéliens sont impatients d’y aller.

Ceux qui cherchent à se faire une idée précise de la vie dans le monde arabe pourraient être déçus : la grande majorité des résidents des Émirats arabes unis sont des travailleurs étrangers, et seuls 11 % de la population sont des citoyens émiratis.

En revanche, les Israéliens à la recherche de gratte-ciel, d’hôtels en bord de mer et de foules cosmopolites pourraient bien être satisfaits. On pense qu’une petite communauté juive y a déjà existé – et Benjamin de Tudela a traversé la région au milieu des années 100 – bien que les preuves ne soient pas concluantes.

Et s’il ne reste que des traces de l’ancienne présence juive, ceux qui recherchent un peu de Judaica trouveront quelque chose dans le petit pays du Golfe.

1. Plus d’un Juif donc, bien sûr, deux synagogues

La communauté juive moderne des Émirats arabes unis n’a été officiellement créée qu’en 2008, et elle est entièrement composée d’immigrants. Bien que petite, comptant entre 2 000 et 3 000 personnes, elle participe déjà à ce que l’on pourrait appeler une tradition florissante de débat juif : non pas une, mais deux organisations ont prétendu à un moment donné représenter la communauté des Émirats arabes unis.

Le Conseil juif des Émirats de Ross Kriel à Dubaï organise des services dans une synagogue appelée « la villa », une résidence convertie louée par la communauté, avec un sanctuaire, une cuisine complète, des espaces de socialisation et de jeu, une piscine extérieure et plusieurs chambres à l’étage où les visiteurs pratiquants peuvent séjourner pendant le Shabbat.

L’emplacement de la villa a été et reste un secret bien gardé dans un bâtiment anonyme – mais à mesure que les tensions se relâchent et que les Juifs israéliens deviennent une présence régulière dans les Émirats, il pourrait être révélé au grand jour.

Ross Kriel, le président de la communauté juive des Emirats, (à gauche), accueille l’ancien Premier ministre canadien Stephen Harper dans sa synagogue de Dubaï appelée « la villa », avril 2019 (Autorisation)

Les fidèles de la synagogue prient, comme beaucoup de Juifs dans le monde, pour la sécurité du pays et de ses dirigeants. Aux Émirats arabes unis, la communauté de Kriel prie chaque semaine pour que Dieu préserve le cheikh Khalid bin Zayed al-Nahyan.

Il existe également une organisation soutenue par le Habad, dirigée par le rabbin Levi Duchman, résident de longue date du Golfe, et l’homme d’affaires Solly Wolf. Leur organisation gère une école juive de jour Talmud Torah où 45 enfants apprennent le judaïsme.

Le rabbin Duchman a été officiellement réprimandé il y a quelques mois après avoir lancé une campagne de relations publiques concertée pour présenter la nouvelle congrégation, mais en négligeant de reconnaître l’existence de la communauté juive établie mais peu médiatisée de la ville.

2. Fragments du passé

L’existence d’une ancienne communauté juive dans la région sur laquelle se trouvent aujourd’hui les Émirats arabes unis est mal documentée. Benjamin de Tudela, un des premiers explorateurs modernes, a déclaré avoir trouvé une communauté juive à Kis, dans l’émirat moderne de Ras al-Khaimah, le plus septentrional des émirats. Au-delà de ses paroles, il ne reste que peu de traces de cette communauté.

Mais les traces des communautés juives de la région n’ont pas entièrement disparu. Au musée national de Ras al-Khaimah se trouve la pierre tombale d’un certain David, fils de Moïse, déterrée dans les années 1970 par les habitants de la région.

La pierre tombale présente une écriture hébraïque clairement lisible, avec une certaine proportion de judéo-arabe. Selon l’historien Timothy Power, le mystérieux David a peut-être migré de la Perse vers la ville cosmopolite d’Ormuz, au plus fort de sa splendeur commerciale, entre le 14e et le 16e siècle.

« Une communauté juive notable existait sur l’île d’Ormuz, située à un point stratégique de la tête du golfe Arabique, à moins d’un jour de navigation de Ras Al Khaimah », écrit Timothy Power, ajoutant qu’une source attestait que plusieurs synagogues et deux rabbins servaient la communauté à l’époque.

3. Casherati

Dans un article historique et sans précédent paru le 12 juin dans le quotidien israélien Yedioth Ahronoth, l’ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis, Yousef al-Otaiba, a offert aux Israéliens le choix entre la normalisation et l’annexion.

L’ambassadeur des Émirats arabes unis à Washington, Yousef al-Otaiba. (Site web de l’ambassade émiratie)

Il a également mentionné une nouvelle entreprise de restauration casher florissante dans le pays. Les Israéliens qui respectent la casheroute ou qui ont envie de cuisine juive ashkénaze inspirée du Golfe pourraient s’y arrêter lors de leur visite.

« Le mois dernier, un nouveau traiteur casher a été lancé à Dubaï pour servir la communauté juive croissante, la première nouvelle communauté dans le monde arabe depuis plus d’un siècle », a écrit Yousef al-Otaiba.

Elli Kriel, l’épouse du président de la JCE, Ross Kriel, a récemment ouvert cette entreprise de restauration – appelée « Elli’s Kosher Kitchen » – avec la ministre de la Culture des EAU, Noura al-Kaabi, qui l’a saluée comme un nouveau chapitre de « l’histoire alimentaire du Golfe ».

Stuffed peppers, Yemistes, one of my favorite Greek recipes. What are you having for Shabbat dinner tonight?

פורסם על ידי ‏‎Elli’s Kosher Kitchen‎‏ ב- יום שישי, 4 באוקטובר 2019

« Je prends des recettes inspirées des Emirats pour un foyer juif et je fais ce que la nourriture juive fait dans le monde entier, c’est-à-dire refléter la culture dans laquelle elle se trouve », a déclaré M. Kriel au site d’information émirati The National.

4. L’Abrahamic Family House

Fin 2019, les Émirats arabes unis ont annoncé leur intention de construire un complexe de prière interconfessionnel pour les « religions abrahamiques » – musulmans, chrétiens et juifs. Si la paix règne toujours d’ici 2022, les Juifs, y compris les Israéliens juifs, pourront y assister.

L’Abrahamic Family House, qui doit être construite à Abou Dhabi, Émirats arabes unis. (Autorisation du Haut Comité pour la fraternité)

Le complexe sera construit sur l’île de Saadiyat, au large des côtes d’Abou Dhabi, l’émirat le plus riche et le plus puissant. L’un des bâtiments sera une autre synagogue des Émirats arabes unis, à côté d’une église, d’une mosquée et d’autres expositions promouvant la compréhension interconfessionnelle.

Bien qu’elle reçoive un soutien discret de la part des autorités émiraties, la communauté juive a jusqu’à présent largement gardé profil bas. La nouvelle synagogue approuvée par l’État marquerait une avancée significative pour le culte public du judaïsme dans l’État du Golfe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...