40 % des Palestiniens ont des anticorps contre la Covid – étude
Rechercher

40 % des Palestiniens ont des anticorps contre la Covid – étude

La vaste étude a été menée à partir de 6 000 échantillons de sang; les résultats sont cohérents en Cisjordanie et à Gaza, les taux de mortalité restent remarquablement bas

Des agents de santé palestiniens dans un hôpital de la ville de Naplouse en Cisjordanie, où les agents de santé ont été vaccinés contre le coronavirus (COVID-19) plus tôt dans la journée, après la livraison de doses de vaccin en provenance d'Israël. Le 3 février 2021. (Nasser Ishtayeh/Flash90)
Des agents de santé palestiniens dans un hôpital de la ville de Naplouse en Cisjordanie, où les agents de santé ont été vaccinés contre le coronavirus (COVID-19) plus tôt dans la journée, après la livraison de doses de vaccin en provenance d'Israël. Le 3 février 2021. (Nasser Ishtayeh/Flash90)

Environ 40 % des Palestiniens testés pour la présence d’anticorps au coronavirus sont revenus positifs, selon les conclusions préliminaires d’un rapport à grande échelle de l’Autorité palestinienne.

Les chercheurs ont prélevé 6 000 échantillons de sang sur des Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les résultats préliminaires suggèrent qu’environ 40 % de la population palestinienne possède des anticorps liés au coronavirus.

Le ministère de la Santé de l’AP, l’Institut national palestinien de la santé publique (PNIPH – Palestinian National Institute of Public Health) et le Bureau central palestinien des statistiques ont mené l’enquête avec le soutien de l’OMS, qui a fourni des kits de dépistage des anticorps.

« Nous avons randomisé les ménages puis nous avons procédé à une randomisation au sein des ménages pour obtenir un bon échantillon de l’ensemble de la population », a déclaré l’envoyé sortant de l’OMS auprès des Palestiniens, Gerald Rockenschaub, lors d’un appel téléphonique.

Le Dr Rand Salman, qui dirige l’Institut national palestinien de la santé publique, a déclaré au Times of Israel que l’étude a trouvé peu de différence entre la Cisjordanie et la bande de Gaza en termes « d’immunité acquise ».

Les Palestiniens assistent à l(ouverture d’une unité Covid par le Premier ministre de l’AP, Mohammed Shtayyeh dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 16 janvier 2021. (Crédit : Nasser Ishtayeh/ Flash90)

Des anticorps au coronavirus ont été détectés dans 39 % des échantillons de Cisjordanie et 41 % de ceux de Gaza, a déclaré Mme Salman.

Environ 168 444 Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza ont été testés positifs au coronavirus depuis le début de la pandémie en mars dernier, et 1 936 sont morts, selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne.

Salman a déclaré qu’au vu des nouveaux chiffres, le taux de mortalité semblait être remarquablement bas parmi les Palestiniens. Elle a ajouté que son institut tente actuellement d’estimer le nombre de décès dus à COVID-19 qui n’ont pas été signalés.

« Même ainsi, les chiffres que nous voyons ne sont pas si choquants… Lorsque nous prenons le nombre de décès et que nous prenons en compte le niveau d’infection de la communauté, le taux de mortalité dû à l’infection est très faible en Palestine », a déclaré Mme Salman.

La Cisjordanie a connu plusieurs vagues de coronavirus, le dernier pic d’infection ayant atteint son apogée en décembre. À l’époque, les Palestiniens enregistraient près de 2 000 nouveaux cas par jour. Les taux de positivité très élevés des tests de dépistage du coronavirus – parfois jusqu’à 30 % en Cisjordanie – indiquaient que le virus se propageait largement sans être détecté.

Dans des déclarations aux médias palestiniens la semaine dernière, le ministre adjoint de la Santé, Yusuf Abu Rish, a également estimé que 40 % des Gazaouis avaient été infectés par le nouveau coronavirus.

« Le ministère de la Santé à Gaza avait fait sa propre étude, en utilisant des tests rapides, et ils sont arrivés à une conclusion similaire d’environ 40 %. Nos résultats ont pour la plupart confirmé leurs conclusions », a expliqué M. Rockenschaub.

Les habitants de Gaza vivent dans des conditions de densité parmi les plus élevées au monde. Près de 2 millions de Palestiniens vivent dans des camps de réfugiés surpeuplés dans cette enclave côtière de 363 kilomètres carrés.

Depuis le début de la pandémie en mars dernier, 53 514 habitants de Gaza ont été testés positifs au coronavirus et 537 sont morts. Au plus fort de la propagation du virus fin décembre, 45 % des tests de dépistage du coronavirus sont revenus positifs dans la bande de Gaza.

Alors qu’Israël a fait un bond en avant dans la vaccination de sa population – à la date de lundi, environ 43 % des Israéliens avaient reçu au moins une dose du vaccin contre le coronavirus – les Palestiniens n’ont pas encore commencé leur propre effort de vaccination.

Lundi, le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh, a déclaré que le démarrage serait plus tardif que prévu, sans expliquer la raison de ce retard.

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh, s’adresse aux ministres du cabinet de l’AP, le 25 janvier 2021. (WAFA)

Les responsables de l’AP avaient précédemment déclaré qu’ils prévoyaient une livraison de vaccins pour la mi-février, ce qui lui permettrait de commencer à vacciner le grand public en Cisjordanie et à Gaza.

« Il y a eu un retard dans l’arrivée du vaccin », a déclaré M. Shtayyeh au cabinet de l’AP, sans donner plus de détails.

Ramallah a passé des contrats avec plusieurs fournisseurs de vaccins, dont la Russie, la Chine et la société pharmaceutique AstraZeneca. La majorité des vaccins qui devraient arriver en février proviennent toutefois du mécanisme COVAX, soutenu par les Nations unies, destiné aux pays pauvres et à revenu intermédiaire.

Environ 37 000 vaccins Pfizer ont été alloués à COVAX pour les Palestiniens ; les premières doses sont destinées aux travailleurs de la santé de première ligne.

« Il y a encore quelques formalités bureaucratiques à régler… On nous a dit que le quota de Pfizer devrait être disponible à partir de la mi-février, donc nous nous attendons à ce qu’il arrive dans une à deux semaines », a déclaré M. Rockenschaub.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...