60 000 personnes dans les champs du sud où les kalaniyot succèdent aux incendies
Rechercher

60 000 personnes dans les champs du sud où les kalaniyot succèdent aux incendies

150 000 Israéliens se sont rendus dans les parcs nationaux lors d'un week-end ensoleillé alors que le festival Adom Darom fête la floraison annuelle des anémones rouges

  • Un champ d'anémones en fleurs dans la forêt de Shokeda, dans le sud d'Israël, le 30 janvier 2019 (Crédit :  (Dudi Modan/Flash90)
    Un champ d'anémones en fleurs dans la forêt de Shokeda, dans le sud d'Israël, le 30 janvier 2019 (Crédit : (Dudi Modan/Flash90)
  • La floraison des anémones dans le sud d'Israël, le 3 février 2018 (Crédit :Nati Shohatl/Flash90)
    La floraison des anémones dans le sud d'Israël, le 3 février 2018 (Crédit :Nati Shohatl/Flash90)
  • Un champ d'anémones en fleurs dans la forêt de Shokeda, dans le sud d'Israël, le 30 janvier 2019 (Crédit :  (Dudi Modan/Flash90)
    Un champ d'anémones en fleurs dans la forêt de Shokeda, dans le sud d'Israël, le 30 janvier 2019 (Crédit : (Dudi Modan/Flash90)
  • Un champ d'anémones en fleurs dans la forêt de Shokeda, dans le sud d'Israël, le 30 janvier 2019 (Crédit :  (Dudi Modan/Flash90)
    Un champ d'anémones en fleurs dans la forêt de Shokeda, dans le sud d'Israël, le 30 janvier 2019 (Crédit : (Dudi Modan/Flash90)
  • Un champ d'anémones en fleurs dans la forêt de Shokeda, dans le sud d'Israël, le 30 janvier 2019 (Crédit :  (Dudi Modan/Flash90)
    Un champ d'anémones en fleurs dans la forêt de Shokeda, dans le sud d'Israël, le 30 janvier 2019 (Crédit : (Dudi Modan/Flash90)

Environ 60 000 Israéliens se sont rendus samedi dans les réserves naturelles et dans les champs des communautés frontalières de Gaza pour célébrer la floraison annuelle des anémones rouges locales (kalaniyot), un événement d’un mois particulièrement prisé par les résidents et les touristes. Cette année a une saveur spéciale après des mois d’incendies déclenchés par des ballons lancés depuis l’enclave côtière contrôlée par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les deux premiers jours du festival Adom Darom (sud rouge) ont eu lieu vendredi et samedi. La fête continuera chaque week-end pendant tout le mois de février et le tout premier week-end du mois de mars.

Les organisateurs ont indiqué attendre autant de visiteurs lors des prochaines journées du festival.

Les festivaliers ont fait partie des 150 000 Israéliens partis se promener dans les parcs nationaux de tout le pays, samedi. Les touristes ont profité d’une météo particulièrement ensoleillée et printanière après des semaines de pluies fortes, qui ont entraîné la prolifération de ces fleurs rouges dans tout le sud du pays.

Un champ d’anémones en fleurs dans la forêt de Shokeda, dans le sud d’Israël, le 30 janvier 2019 (Crédit : (Dudi Modan/Flash90)

En plus du festival, un grand nombre d’Israéliens se sont rendus dans les réserves naturelles de Banias, Nahal Iyyon, Ein Gedi ainsi que dans les parcs nationaux de Caesarea et de Masada.

Environ 7 000 Israéliens sont aussi allés à la station de ski du mont Hermon dans le nord.

Un champ d’anémones en fleurs dans la forêt de Shokeda, dans le sud d’Israël, le 30 janvier 2019 (Crédit : (Dudi Modan/Flash90)

Au vu du nombre important de promeneurs, la police a demandé au public de faire preuve de patience et de suivre les instructions des agents gérant la circulation sur ces sites variés de tout le pays. Les autorités ont également averti les visiteurs d’alerter immédiatement la police en cas de découverte d’objets suspects, notamment de cerf-volants et de ballons, et de ne pas s’en approcher.

Depuis le mois de mars, les Palestiniens organisent des rassemblements dans le cadre du mouvement de protestation de la « marche du retour » – utilisé par les dirigeants du Hamas à Gaza pour commettre des attaques contre les soldats et tenter de franchir la barrière de sécurité.

Les manifestants, à Gaza, ont lancé des centaines de dispositifs incendiaires – cerfs-volants et ballons – vers Israël. Plusieurs milliers d’hectares sont partis en fumée, entraînant des millions de shekels de dégâts, selon les responsables israéliens. Certains ballons transportaient des dispositifs explosifs.

Un champ d’anémones en fleurs dans la forêt de Shokeda, dans le sud d’Israël, le 30 janvier 2019 (Crédit : (Dudi Modan/Flash90)

Israël a demandé la fin des manifestations violentes le long de la frontière dans le cadre d’un éventuel cessez-le-feu.

D’après leurs organisateurs, leur but est d’obtenir le retour des réfugiés palestiniens et de leurs descendants dans les terres faisant désormais partie d’Israël et de faire pression sur l’État hébreu pour qu’il lève les restrictions de circulation des citoyens et des biens vers et hors de l’enclave.

Pour les responsables israéliens, un retour des Palestiniens et de leurs descendants détruirait le caractère juif d’Israël. Ils affirment également que les restrictions en place visent à éviter tout détournement de matériel d’armement à des fins terroristes.

Le Hamas, qui a violemment pris le contrôle de Gaza en 2007 des mains de l’Autorité palestinienne dominée par le Fatah, est un groupe terroriste qui cherche à détruire Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...