A Ben Gurion, les passagers peuvent voter avant de se mettre en quarantaine
Rechercher

A Ben Gurion, les passagers peuvent voter avant de se mettre en quarantaine

Les voyageurs vaccinés doivent voter dans leur bureau de vote habituel

Des bureaux de vote dans le couloir E de l'aéroport Ben Gourion, le jour de l'élection, le 23 mars 2021 (Crédit : Autorité aéroportuaire israélienne).
Des bureaux de vote dans le couloir E de l'aéroport Ben Gourion, le jour de l'élection, le 23 mars 2021 (Crédit : Autorité aéroportuaire israélienne).

La procédure d’arrivée pour les Israéliens de retour au pays mardi a été allongée d’une étape : avant le contrôle des passeports, la récupération des valises et le contrôle à la douane, les passagers ont dû passer dans le corridor E pour déposer leur bulletin de vote.

L’Autorité aéroportuaire a installé quatre bureaux de vote pour les Israéliens entrants – mais pas pour tous, a découvert Aaron, un hiérosolymitain ultra-orthodoxe de retour de Kiev.

Alors qu’il s’apprêtait à rentrer chez lui, Aaron aurait été ravi de dire qu’il avait voté à l’aéroport – pour le Parti sioniste religieux de Bezalel Smotrich. Mais il n’y a pas été autorisé, parce qu’il est vacciné.

L’option du vote a l’aéroport a été proposée parce que des milliers d’Israéliens arrivent mardi et devront directement entrer en quarantaine. Les urnes installées dans le corridor E leur permettent donc de participer aux élections avant de s’isoler chez eux.

Des instructions de vote dans le couloir E de l’aéroport Ben Gourion, le jour de l’élection, le 23 mars 2021 (Crédit : Autorité aéroportuaire israélienne).

Les voyageurs vaccinés peuvent cependant rentrer chez eux et devront voter dans leur bureau de vote habituel. Et c’est ce qu’a fait Aaron.

Appartenant aux électeurs de Yahadout HaTorah qui vont cette fois donner leur voix au Parti sioniste religieux de Bezalel Smotrich, Aaron a déclaré qu’il estimait que le parti ultra-orthodoxe n’avait pas réussi à leur garantir l’entrée à Ouman, en Ukraine, lors de Rosh Hashana. La ville ukrainienne est le lieu de sépulture du rabbin Nahman de Breslev et des milliers de Juifs y affluent annuellement pour la fête du Nouvel An juif. L’an dernier, alors que la pandémie battait son plein, des milliers de pèlerins ont fait fi des recommandations du ministère de la Santé et tenté d’entrer en Ukraine, mais sans succès. Ils ont été bloqués dans les aéroports et à la frontière.

A LIRE : La pandémie ébranle les certitudes politiques d’ultra-orthodoxes

« Je suis très déçu de ceux qui m’ont empêché d’aller à Ouman », a dit Aaron. « Je n’ai plus confiance en Yahadout Hatorah ni en [Benjamin] Netanyahu pour répondre à nos besoins », a-t-il dit. « Aujourd’hui, j’ai l’intention de soutenir Smotrich et le Parti sioniste religieux. Il est le seul politicien à se soucier de nous. »

Aaron, un hyérosolomitain qui a atteri à Ben Gurion le jour de l’élection le 23 mars 2021. (Crédit : Tal Schneider / ToI)

L’aéroport Ben Gurion a progressivement rouvert ces derniers jours, depuis que la Haute cour a supprimé le plafond de 3 000 passagers autorisés à entrer dans le pays, notamment à l’approche des élections. Près de 17 000 Israéliens ont transité par Ben Gurion entre dimanche et lundi, avec davantage de sortants (10 000) que d’entrants et le panneau des arrivées de mardi matin indiquant que des vols de Kiev (8h45), Berlin (10h15), Francfort (11:25) et Dubaï (11:35) étaient attendus.

Tous les passagers sont tenus de passer des tests PCR avant de décoller pour Israël et doivent en passer un autre à nouveau à l’atterrissage. Mais ceux qui sont exemptés de quarantaine – parce qu’ils ont été vaccinés ou se sont rétablis de la COVID – n’ont pas été autorisés à voter dans le corridor E.

Dépistage pour le coronavirus à Ben Gurion, le 23 mars 2021. (Crédit : Tal Schneider)

Alex, qui est arrivé de Larnaca, à Chypre, en jet privé, est également vacciné et ne pouvait donc pas voter à l’aéroport. Lui aussi rentrait chez lui pour voter dans le bureau de vote dans lequel il est enregistré.

Mais Anastasia, une autre arrivante de Kiev, a voté ici et a déclaré que le processus s’était déroulé sans problème.

« Je préfère ne pas discuter de mon choix. Je rentre directement à la maison [pour m’isoler] », a-t-elle déclaré.

Des bureaux de vote dans le couloir E de l’aéroport Ben Gourion, le jour de l’élection, le 23 mars 2021 (Crédit : Autorité aéroportuaire israélienne)

Son bulletin s’ajoutera à plusieurs centaines de milliers de bulletins dits « à double enveloppe » – des votes déposés par des soldats, des patients hospitalisés, des prisonniers, des émissaires à l’étranger et, cette fois, par certains des 15 000 patients actuellement atteints de COVID et des 65 000 personnes en quarantaine pour lesquels diverses modalités de vote, notamment des bureaux de vote mobiles en voiture, ont été mises en place. Ces votes sous double enveloppe doivent ensuite être vérifiés par rapport au registre des électeurs pour s’assurer que personne n’a voté deux fois – un processus qui, selon la commission centrale électorale, pourrait retarder de plusieurs jours le résultat final et officiel.

Les citoyens israéliens en partance, le personnel navigant et les employés de l’aéroport n’avaient pas non plus le droit de voter dans le corridor E. Pour ceux qui partent sur les vols matinaux, du moins, cela signifie que ce jour d’élection devra se passer sans eux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...