A Chypre, un futur centre de formation en sécurité financé par Washington
Rechercher

A Chypre, un futur centre de formation en sécurité financé par Washington

Le Cyclops soutiendra les efforts américains "pour infléchir les risques de prolifération que représentent les acteurs régionaux nuisibles et les organisations extrémistes"

Photo d’illustration de Chypre. (Pixabay)
Photo d’illustration de Chypre. (Pixabay)

Un centre de formation en sécurité, financé par les Etats-Unis, destiné à renforcer la sécurité des frontières régionales, sera opérationnel d’ici janvier 2022 dans le sud de Chypre, a annoncé jeudi un ministre de la petite île méditerranéenne.

Lors d’une visite sur le chantier du futur centre, le Cyclops (Cyprus Centre for Land, Open-seas, and Port Security), le chef de la diplomatie chypriote Nikos Christodoulides a affirmé que le Cyclops ouvrirait ses portes le 16 janvier 2022 et serait doté d’équipements d’une valeur totale de deux millions d’euros.

« L’implantation d’un centre de formation régional appartenant à Chypre est un pion pour renforcer nos relations (avec les Etats-Unis, ndlr) en termes de sécurité », a déclaré le ministre chypriote des Affaires étrangères.

Plusieurs pays européens et quelques pays du Moyen-Orient ont fait savoir leur « fort intérêt » pour les formations portant sur le contrôle des douanes et la cyber-sécurité, a-t-il affirmé.

Egalement présente lors de cette visite, l’ambassadrice américaine à Chypre Judith Garber a estimé que le Cyclops « apportera plus de sécurité à la région ».

Le chantier a débuté en janvier près du port de Larnaca (sud), à la suite d’un accord signé en septembre 2020 avec Mike Pompeo, alors secrétaire d’Etat américain.

Pour Washington, le Cyclops permettra de soutenir ses « efforts pour infléchir les risques de prolifération que représentent les acteurs régionaux nuisibles et les organisations extrémistes violentes », selon un communiqué alors publié sur le site de l’ambassade américaine à Chypre.

Située en Méditerranée orientale, l’île de Chypre fait partie de l’Union européenne et entretient des relations apaisées avec les pays voisins, comme l’Egypte, Israël, le Liban, des raisons qui ont motivé son choix pour l’installation du Cyclops, selon Nicosie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...