Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

A Milan, Fendi et Max Mara dans la ligne de mire des militants anti-fourrure

Si 17 pays de l'UE ont adopté des mesures d'interdiction totale ou partielle de l'élevage, la vente de fourrure n'y est pas interdite, ce qui est en revanche le cas déjà en Israël, en Californie et certaines villes américaines

De la fourrure de zibeline à Milan. (Domaine public, Wikipedia, Kuerschner)
De la fourrure de zibeline à Milan. (Domaine public, Wikipedia, Kuerschner)

Branle-bas de combat cette semaine à la Fashion Week de Milan : les militants de la cause animale sont partis à l’assaut des marques n’ayant pas encore renoncé à la fourrure, espérant convaincre en particulier les griffes italiennes Max Mara et Fendi.

Une militante de l’association animaliste PETA s’est invitée sur le podium de Fendi mercredi en brandissant une pancarte « Les animaux ne sont PAS des vêtements ». Et une coalition de groupes pro-animaux a intensifié jeudi sa campagne contre Max Mara.

Plus de 1 500 marques de vêtements, dont certaines parmi les plus prestigieuses, ont tourné le dos à la fourrure ces dernières années, mais d’autres résistent.

Jeudi, pour la deuxième journée consécutive, une montgolfière portant le message « Max Mara Go Fur-Free » (« Max Mara, laisse tomber la fourrure ») a survolé le siège de l’entreprise en Émilie-Romagne (nord).

Cette opération est soutenue par la Fur Free Alliance (Alliance sans fourrure) – une coalition de plus de 50 associations de protection des animaux, dont la Humane Society International et la Ligue italienne anti-vivisection LAV – qui cible Max Mara depuis le début du mois.

La campagne, qui multiplie manifestations, publications sur les réseaux sociaux, appels téléphoniques et courriels, coïncide avec la saison des Fashion Weeks à New York, Londres, Milan et Paris qui se succèdent jusqu’au 5 mars.

@viewsfrance

L’action de PETA au défilé Fendi à Milan #fendi #milanfashionweek #fashionweek #mode #fashion #peta

♬ son original – Views

Max Mara, dont le défilé jeudi était sans fourrure, n’a pas répondu aux sollicitations de l’AFP.

Contrairement à Fendi, qui a commencé comme marque de fourrure, Max Mara est surtout connue pour ses luxueux manteaux en laine et en poil de chameau, utilisant occasionnellement la fourrure comme garniture sur les capuches et les poignets.

La marque pourrait se passer de la fourrure, plaide Simone Pavesi de la LAV auprès de l’AFP. « C’est vraiment un problème d’indifférence totale, ils pourraient la résoudre d’une saison à l’autre », estime-t-il, regrettant que l’entreprise refuse de discuter avec les associations.

À l’extérieur du défilé Max Mara, Anna Kirichenko, fashionista de 32 ans, arbore un bonnet de ski noir orné du logo de l’entreprise, associé à une veste noire oversize en fausse fourrure: « Il y a tellement d’alternatives (à la vraie fourrure) Je n’aime pas l’odeur de la mort », cingle-t-elle.

Chez Fendi, Elke Orth, étudiante en mode de 21 ans, estime que les grandes marques recourant encore à la fourrure ont une influence considérable, même si les attitudes des jeunes ont changé.

« Ils ont beaucoup de pouvoir parce que tout le monde veut faire partie de cet univers. Mais si un acteur ou un chanteur célèbre disait ‘Je n’irai pas à ce défilé’, cela provoquerait un grand changement », avance-t-elle.

Gazés ou électrocutés

Gucci, Versace, Armani, Prada, Valentino, Dolce & Gabbana font partie des maisons ayant renoncé à la fourrure.

En France, les principaux récalcitrants sont Louis Vuitton et Hermès.

Les militants invoquent la cruauté inhérente à l’élevage d’animaux à fourrure, où renards, visons, chinchillas, lapins et chiens viverrins sont entassés dans des cages en batterie avant d’être gazés ou électrocutés.

Des opérations d’infiltration ont mis en lumière les conditions déplorables de ces élevages, avec des animaux malades et stressés, ainsi que des phénomènes d’automutilation et d’infections.

La filière se dit pourtant vertueuse pour l’environnement, ce que récusent les militants anti-fourrure, pour qui l’empreinte carbone des élevages est plus élevée que la production de fourrure synthétique.

Si 17 pays de l’UE ont adopté en décembre des mesures d’interdiction totale ou partielle de l’élevage, et d’autres s’y apprêtent, la vente de fourrure n’y est pas interdite, ce qui est en revanche le cas déjà en Israël, dans l’Etat de Californie et certaines villes américaines.

La Commission européenne doit néanmoins se prononcer d’ici mars 2026 sur une éventuelle interdiction des élevages et des ventes de fourrures. Elle pourrait aussi choisir d’adopter des « règles appropriées » pour respecter le bien-être animal.

Selon la LAV, Max Mara bloque depuis mercredi les commentaires hostiles sur son compte Instagram. « Une campagne de pression ne nous intéresse pas. Nous préférons parler avec l’entreprise, lui expliquer nos raisons… et la convaincre d’arrêter d’utiliser la fourrure », argumente Simone Pavesi.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.