A Washington, Netanyahu affirme que les enquêtes n’entravent pas son travail
Rechercher

A Washington, Netanyahu affirme que les enquêtes n’entravent pas son travail

"Je veux que les Palestiniens aient le pouvoir de se gouverner eux-mêmes, mais pas le pouvoir de nous menacer", a aussi déclaré le Premier ministre

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Benjamin Netanyahu à la conférence de politique de l'AIPAC à Washington, DC, le 6 mars 2018. (Capture d'écran: AIPAC)
Benjamin Netanyahu à la conférence de politique de l'AIPAC à Washington, DC, le 6 mars 2018. (Capture d'écran: AIPAC)

S’adressant au Washington Economic Club, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré mercredi que l’approfondissement des enquêtes sur sa corruption présumée n’affectait pas son travail.

« Je ne peux pas dire que j’aime [les enquêtes], mais je peux dire que cela ne change rien, parce que je travaille 16 heures par jour et je le fais consciencieusement », a-t-il dit. « J’ai beaucoup de travail. Je suis très, très satisfait. »

« Ce que je veux, c’est être en mesure de terminer le mandat de ce gouvernement, jusqu’au 19 novembre, et si la coalition est d’accord, c’est ce que nous ferons et sinon, nous irons aux élections », a-t-il dit.

Le Premier ministre a ajouté qu’il croyait que la plupart des Israéliens préféreraient être séparés des Palestiniens.

« Je veux que les Palestiniens aient le pouvoir de se gouverner eux-mêmes, mais pas le pouvoir de nous menacer », a-t-il dit à l’Economic Club de Washington.

« Israël doit préserver la responsabilité de sécurité totale dans la zone à l’ouest du Jourdain. Est-ce que cela correspond à la pleine souveraineté ? Je ne sais pas, mais c’est ce dont nous avons besoin pour vivre », a-t-il dit.

Il a ajouté que les Israéliens soutiendraient un accord de paix avec les Palestiniens « s’ils pensent que cela leur apporterait la paix ».

Toujours devant l’Economic Club de Washington, Netanyahu a dit qu’il voulait que son héritage soit : « Défenseur d’Israël. Libérateur de son économie. »

Il a également précisé qu’il s’entendait bien avec les anciens présidents américain Bush et Obama, mais qu’il s’entendait mieux avec Trump.

« Je n’ai aucun désaccord avec lui, et je ne m’attends pas à en avoir », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...