Rechercher

Aaron T. Beck, père de la thérapie cognitive, est mort à 100 ans

Aaron T. Beck est né en juillet 1921 à Providence, dans l'État américain du Rhode Island, dans une famille juive originaire d’Ukraine

Aaron T. Beck en 2016. (Crédit : Slicata/ Wikimeida commons CC BY-SA 4.0)
Aaron T. Beck en 2016. (Crédit : Slicata/ Wikimeida commons CC BY-SA 4.0)

L’Américain Aaron T. Beck, père de la thérapie cognitive, une approche développée à partir des années 1960 qui a révolutionné la psychiatrie, est mort lundi 1er novembre à l’âge de 100 ans.

Il est décédé chez lui à Philadelphie dans le nord-est des États-Unis, a annoncé dans un communiqué sa fille Judith Beck, présidente de l’Institut Beck, qui a formé des milliers de professionnels aux thérapies comportementales et cognitives (TCC).

« Mon père a dédié sa vie au développement et aux tests de traitements pour améliorer la vie d’innombrables personnes dans le monde qui font face à des problèmes de santé », a-t-elle déclaré. « Il a réellement transformé le champ de la santé mentale. »

Contrairement à la psychanalyse née des travaux de Sigmund Freud, qui fait la part belle au rôle de l’inconscient et encourage les patients à raconter leurs souvenirs, la thérapie cognitive s’ancre dans le présent.

Au cours de ses premières années d’exercice en tant que psychiatre, Aaron T. Beck a observé que ses patients exprimaient souvent des pensées négatives (« Je suis un incapable »…), qu’il a par la suite appelées des « pensées automatiques ».

La thérapie cognitive incite ainsi les patients à travailler sur la façon dont ils perçoivent les situations, en identifiant ces pensées afin de les modifier. Ils sont invités à tester ces transformations dans la vie de tous les jours.

Cette approche est désormais largement utilisée dans le monde pour traiter la dépression mais aussi l’anxiété, les troubles alimentaires, de la personnalité ou d’autres problèmes psychiatriques.

Auparavant, « l’idée était que si vous vous asseyiez et écoutiez en disant ‘Mhh… mmh’, d’une façon ou d’une autre les secrets sortiraient… », avait déclaré le Dr. Beck au New York Times en 2000. « Et vous vous retrouviez épuisé par cette impuissance. »

« Je pense qu’au fond je suis un pragmatique », avait-il ajouté dans la même interview. « Si cela ne marche pas, je ne le fais pas. »

Aaron T. Beck est né en juillet 1921 à Providence, dans l’État américain du Rhode Island, dans une famille juive originaire d’Ukraine comptant quatre enfants. Il est diplômé des universités Brown et Yale. Il a écrit ou co-écrit une vingtaine de livres.

Il a fondé l’Institut Beck avec sa fille en 1994, qui a depuis prodigué des formations à cette technique à plus de 25 000 professionnels de santé de 130 pays.

Plus de 2 000 études ont démontré l’efficacité des thérapies comportementales et cognitives, selon cet institut.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...