Abdallah II : Washington doit désormais obtenir d’Israël une concession
Rechercher

Abdallah II : Washington doit désormais obtenir d’Israël une concession

Divergeant des positons palestiniennes, le roi de Jordanie a insisté sur le fait que les États-Unis jouent un rôle capital dans la médiation pour la paix

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le roi Abdallah II de Jordanie avec Fareed Zakaria de CNN, au Forum économique mondial, à Davos, le 24 janvier 2018. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)
Le roi Abdallah II de Jordanie avec Fareed Zakaria de CNN, au Forum économique mondial, à Davos, le 24 janvier 2018. (Crédit : Jacob Magid/Times of Israel)

DAVOS, Suisse – Le roi Abdallah II de Jordanie a déclaré jeudi que les États-Unis doivent désormais relever le défi d’obtenir d’Israël une concession significative en échange de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, afin de relancer le processus de paix.

« Le défi que les Américains ont avec Israël, c’est que si tout cela est censé, alors c’est pour donner quelque chose de bien aux Palestiniens », a-t-il dit à Fareed Zakaria, de CNN, durant une interview au Forum économique mondial, qui se tient à Davos.

Abdallah II a donné cette réponse après avoir été interrogé sur le fait que le Premier ministre Benjamin Netanyahu croit réellement en une solution à deux États. Il avait « ses réserves », a-t-il dit, mais qu’il ne donnerait son jugement qu’une fois que le président américain Donald Trump aura soumis son plan de paix.

Trump a fait comprendre que cette mesure appelait à une contrepartie conséquente de la part d’Israël, disant dans un tweet presque codé que « Israël, pour cela, devra payer davantage ».

Le roi de Jordanie a expliqué : « j’ai l’impression que nous envisageons la solution à 2 états de la même manière qu’ils l’envisagent ».

Depuis que Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël le 6 décembre dernier et a annoncé qu’il entamait les démarches pour y installer l’ambassade américaines, les Palestiniens ont déclaré que les États-Unis n’avaient plus aucun rôle à jouer dans la médiation pour la paix. Ils ont déclaré le vice-président Mike Pence persona non grata et ont refusé de le rencontrer lors de son passage dans la région la semaine dernière.

Bien que le roi ait insisté jeudi sur le fait qu’il éprouvait « de la compassion pour ce que vivent les Palestiniens », il les a exhortés à attendre que les Américains rendent le plan de paix public et a ajouté que « nous savons tous qu’il ne peut y avoir de processus de paix ou ne solution sans les États-Unis ».

Il a appelé à reconstruire la confiance entre les Américains et les Palestiniens, pour que ces derniers reviennent, aux côtés des Israéliens, à la table des négociations.

Abdallah a soutenu que les Palestiniens étaient toujours intéressés à négocier, qu’ils n’ont pas abandonné leurs autres options. « Ils se tournent vers les Européens et vers moi, c’est le signe qu’ils veulent vraiment la paix », a-t-il dit, indiquant que la frustration des Palestiniens n’était qu’un « contretemps ».

Interrogé sur l’impartialité du plan de Trump, le roi de Jordanie a admis être préoccupé par la question, mais a ajouté qu’il n’y avait « pas de plan B » si les Palestiniens rejettent un plan qu’ils jugent injuste.

Rejetant la viabilité d’une solution à un état unique, Abdallah a déclaré que « lorsque l’on regarde la démographie arabe et la démographie israélienne et que nous regardons les Palestiniens sous occupation, nous parlons, et c’est le cas depuis un moment, d’un système d’apartheid. »

« Maintenant, pouvons nous gérer ce système d’apartheid et le rendre juste pour tous ? », a-t-il demandé rhétoriquement.

Il a insisté sur le fait que l’égalité des droits concernait aussi bien les Musulmans que les Chrétiens, considérés comme des « citoyens de seconde zone », en Israël et en Cisjordanie.

Dimanche, le roi de Jordanie a appelé Pence « à rétablir la confiance » envers une solution à deux Etats, au regard des retombées de la déclaration de Trump.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...