Rechercher

Accusé d’antisémitisme, Francky Vincent porte plainte pour diffamation

La plainte vise Gilles Verdez, chroniqueur de "Touche pas à mon poste" sur C8, après un passage houleux de l'artiste dans l'émission

Le chroniqueur Gilles Verdez et le chanteur Francky Vincent, sur le plateau de l’émission "Touche pas à mon poste" sur C8, le 6 décembre 2022. (Crédit : capture d’écran "Touche pas à mon poste" / C8)
Le chroniqueur Gilles Verdez et le chanteur Francky Vincent, sur le plateau de l’émission "Touche pas à mon poste" sur C8, le 6 décembre 2022. (Crédit : capture d’écran "Touche pas à mon poste" / C8)

Francky Vincent, chanteur guadeloupéen de zouk paillard, a annoncé ce week-end dans Le Parisien déposer plainte pour « diffamation » contre Gilles Verdez, chroniqueur dans l’émission « Touche pas à mon poste » sur C8, qui l’a récemment accusé d’antisémitisme.

Le chanteur a été décoré Chevalier des Arts et des Lettres début décembre. Connu pour ses tubes « Vas-y Francky » ou « Alice ça glisse », cette décoration avait beaucoup fait parler sur les réseaux sociaux, les internautes remettant en question le style, le talent et le catalogue musical de l’artiste, et l’accusant pour certains de sexisme et de vulgarité dans les paroles de ses chansons.

La polémique avait pris de l’ampleur suite à l’invitation de l’artiste dans « Touche pas à mon poste ».

Alors que ses liens avec Dieudonné avaient été évoqués, le chanteur de 66 ans avait refusé – à deux reprises – de condamner clairement l’antisémitisme, affirmant : « Je ne suis pas juge pour condamner l’antisémitisme. »

M. Vincent avait expliqué dans la foulée que « sa sœur avait eu un enfant avec un Juif », et qu’il avait donc par conséquent un « neveu mélangé ». Selon lui, il serait donc « mal placé » pour être antisémite, avait-il ajouté, ce à quoi le présentateur Cyril Hanouna avait répondu que cela ne constituait pas en un « totem d’immunité ». « Je ne suis pas raciste car j’aime le couscous », avait répondu Valérie Benaïm.

Le débat avait commencé quand le chroniqueur Gilles Verdez avait affirmé que Francky Vincent considérait Dieudonné « comme le plus grand humoriste de France, qu’il était allé l’applaudir au ‘bal de la quenelle’ » en 2020.

« Sur la chaîne d’Alain Soral, un essayiste d’extrême droite, vous avez quand même dit que ‘Dieudonné était votre idole’. Dieudonné est un antisémite et condamné comme tel, comment pouvez-vous dire ça ? », avait interrogé Gilles Verdez.

« Quand j’aime un artiste ou une célébrité, le reste ne me regarde pas », avait ajouté l’artiste, qualifiant Dieudonné de « plus grand humoriste de France », alors qu’il a été condamné à de nombreuses reprises pour « injure publique » et « incitation à la haine ».

« Si vous cautionnez l’antisémitisme qui est un fléau, vous êtes antisémite », avait affirmé Gilles Verdez.

Francky Vincent avait ensuite reçu le soutien du chroniqueur Guillaume Genton. « Je pense que Francky Vincent n’est pas du tout antisémite. […] Aujourd’hui, parce qu’on regarde un match de la Coupe du monde on est homophobe, parce qu’on est allé une fois à un spectacle de Dieudonné on est antisémite, il faut arrêter, c’est n’importe quoi et dangereux », avait-il estimé.

Matthieu Delormeau, autre chroniqueur de « TPMP » qui n’était pas présent sur le plateau, avait lui soutenu sur Twitter la position de Gilles Verdez sur un antisémitisme présumé du chanteur guadeloupéen.

Dans l’article du Parisien de ce dimanche, publié dans la rubrique « faits divers », le chanteur a expliqué avoir ainsi « attaqué Gilles Verdez pour diffamation… On me soupçonne d’être un sympathisant des antisémites parce que j’ai chanté une chanson en 2019 au Bal des quenelles de Dieudonné. Alors que ma femme est sémite, que j’ai eu un enfant avec une métisse sémite… Je prends cela au sérieux. Au-delà de moi, ils ont voulu faire le procès du comité qui m’a attribué la médaille des Arts et Lettres. Je ne serais pas digne de la recevoir ? Mais qui sont-ils pour me juger ? »

Il a estimé s’être retrouvé face à un « traquenard », un « tribunal de pacotille », et une « énorme mascarade » une fois sur le plateau de l’émission.

Affirmant que la production de « TPMP » lui avait expliqué qu’il parlerait pendant huit minutes de sa distinction, « ça n’a duré que 30 secondes et ils me sont tombés dessus pendant 25 minutes », a expliqué le chanteur.

« Je suis allé cinq fois à TPMP, jamais ils ne m’avaient parlé de Dieudonné. Et là, comme j’ai la médaille, ils me tombent dessus. J’avais le sentiment d’être trahi. Je ne reviendrai plus dans cette émission », a-t-il conclu.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.