Accusé de harcèlement sexuel, Dov Lipman renvoyé d’un groupe juif
Rechercher

Accusé de harcèlement sexuel, Dov Lipman renvoyé d’un groupe juif

La World Confederation of United Zionists renvoie son secrétaire général, citant les "graves allégations" de deux femmes qui l'accusent de harcèlement.

Dov Lipman, député de Yesh Atid à l'époque, lors d'une réunion de son parti à la Knesset, le 6 janvier 2014. (Crédit :  Miriam Alster/Flash90)
Dov Lipman, député de Yesh Atid à l'époque, lors d'une réunion de son parti à la Knesset, le 6 janvier 2014. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

JTA – La World Confederation of United Zionists, l’un des nombreux groupes au sein de la World Zionist Organization, a renvoyé son secrétaire général, le rabbin américain Dov Lipman, invoquant l’affaire qui l’oppose à deux femmes l’accusant de harcèlement sexuel.

Haaretz, qui a été le premier à relater les allégations de harcèlement, a rapporté lundi que le président de la confédération, David Yaari, a informé la World Zionist Organization du départ de Lipman le mois dernier, après que les allégations ont été rendues publiques.

« Compte tenu des graves allégations contre l’ancien député Dov Lipman, nous avons décidé de nous séparer de lui, afin de nous concentrer sur le travail vital de la CUZ au sein du forum sioniste mondial », a déclaré Yarri à Haaretz dans un communiqué.

Lipman est un ancien membre de la Knesset issu du parti Yesh Atid.

Il a démenti son renvoi auprès de Haaretz, déclarant que le poste à la confédération « était un rôle à temps partiel que je ne pouvais pas continuer car je passe jour et nuit à guider les olim et leurs familles qui me contactent pour que je les aide à entrer en Israël et dans d’autres domaines ».

Lipman a nié les allégations de harcèlement, qui ont fait surface pour la première fois sur une page Facebook privée. Il a entamé des poursuites contre ses deux accusatrices, et celles-ci ont contre-attaqué.

Les deux femmes, comme Lipman, sont membres de la communauté orthodoxe moderne de Beit Shemesh, une ville proche de Jérusalem.

Elles ont déclaré que le harcèlement s’est produit alors qu’elles faisaient partie, avec Lipman, d’un mouvement visant à lutter contre le harcèlement par les ultra-orthodoxes des femmes et des jeunes filles modernes orthodoxes de la ville pour des questions de pudeur et autres infractions religieuses.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...