Rechercher

Adoption de la loi sur le raccordement des maisons arabes illégales à l’électricité

Le Premier ministre a fustigé les élus de l'opposition qui ont proféré des insultes : "Bande de voyous. Je n'ai pas peur de vous," a-t-il rétorqué

Le Premier ministre Naftali Bennett affronte et se dispute avec des législateurs de l'opposition lors d'un vote sur le projet de loi sur l'électricité, Jérusalem, 5 janvier 2022 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90).
Le Premier ministre Naftali Bennett affronte et se dispute avec des législateurs de l'opposition lors d'un vote sur le projet de loi sur l'électricité, Jérusalem, 5 janvier 2022 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90).

La Knesset a été le théâtre de joutes verbales acerbes mercredi matin alors que les législateurs délibéraient sur un projet de loi qui permettrait à des milliers de maisons construites illégalement, principalement dans les communautés arabes, de se connecter au réseau électrique, puis l’ont adopté en deuxième et troisième lectures.

Les députés et les huissiers de la Knesset ont dû intervenir pour éloigner le Premier ministre Naftali Bennett des bancs de l’opposition, alors que les législateurs scandaient le mot « honte » et tapaient sur les bancs.

Tout au long de la matinée, les débats ont été perturbés par un chahut d’un niveau rarement atteint, – même au sein du Parlement israélien, réputé pour ses vifs échanges.

Le débat a commencé par un long discours prononcé en arabe du député Raam Walid Taha, président de la commission des Affaires intérieures et de l’Environnement de la Knesset, dans le but apparemment de gagner du temps pour que d’autres législateurs de la coalition aient le temps d’arriver.

Le Premier ministre Naftali Bennett affronte et argumente avec des législateurs de l’opposition lors d’un vote sur le projet de loi sur l’électricité, Jérusalem, 5 janvier 2022 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90).

Il a été attaqué par le député du Likud David Amsalem, qui a exigé qu’il passe à l’hébreu.

« Vous volez un quart du pays avec cette loi », a déclaré Amsalem. « Vous parlerez hébreu ici au Parlement israélien ».

« J’ai le droit de parler arabe et personne ne peut me dire le contraire », a riposté Taha.

L’opposition a ensuite tenté de mettre la coalition dans l’embarras en proposant un amendement qui permettrait également de raccorder les avant-postes illégaux de Cisjordanie au réseau électrique.

Walid Taha, député du parti Raam, assiste à une réunion du comité d’organisation de la Knesset, le 21 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le député Nir Orbach, du parti de droite de la coalition Yamina, a déclaré que le gouvernement actuel faisait beaucoup plus pour les résidents d’implantation que son prédécesseur, des propos qui ont provoqué des cris et du chahut de la part de l’opposition.

A ce stade, Bennett s’est levé pour affronter l’opposition avant d’être emmené par le président de la Knesset Mickey Levy et le député du parti Yamina, Abir Kara.

Lorsque cet amendement n’a pas été adopté, les députés de l’opposition ont quitté le plénum et boycotté le vote final sur la législation.

Après l’adoption du projet de loi, Bennett a tweeté une image des scènes de colère, disant : « Bande de voyous. Je n’ai pas peur de vous et je ne vous laisserai pas brûler le pays ».

Le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu a qualifié l’adoption de la loi de « jour sombre pour le sionisme et la démocratie. »

Les partis d’opposition de droite ont critiqué le Premier ministre Naftali Bennett pour avoir crié « dégagez de ma vue » à la députée Orit Strock du parti Sionisme religieux.

« La brutalité et la perte de contrôle de Bennett à la Knesset et le discours grossier envers la députée Orit Strock sont inacceptables », a déclaré le parti Sionisme religieux dans un communiqué. « Les remarques désobligeantes à son égard humilient l’orateur et le public en Israël. Bennett, présentez vos excuses. »

Netanyahu a dit « condamner l’attaque grossière et misogyne de Bennett contre la députée Orit Strock », ajoutant que « la perte de contrôle de Bennett ne justifie pas une agression embarrassante envers un membre de la Knesset ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...