Rechercher

Affaire classée contre le policier qui avait tiré sur des ado palestiniennes armées de ciseaux

Le policier qui n’était pas en service quand il a ouvert le feu sur les jeunes terroristes, en tuant une, alors qu’elles poignardaient un passant sur un marché de Jérusalem en 2015

Une capture d'écran de la vidéo de sécurité de la scène, une jeune fille palestinienne (centre) se lance avec une paire de ciseaux lors d'un attentat à Jérusalem, le 23 novembre 2015 (Crédit : Capture d'écran Deuxième chaîne)
Une capture d'écran de la vidéo de sécurité de la scène, une jeune fille palestinienne (centre) se lance avec une paire de ciseaux lors d'un attentat à Jérusalem, le 23 novembre 2015 (Crédit : Capture d'écran Deuxième chaîne)

Les enquêteurs du ministère de la Justice ont annoncé lundi qu’ils mettaient un terme à l’enquête criminelle contre le policier qui a tiré sur des adolescentes palestiniennes en 2015, alors qu’elles commettaient un acte terroriste à Jérusalem.

Aucune preuve de conduite criminelle n’a été trouvée contre l’officier de police, dont le nom n’a pas été cité, même si plusieurs éléments indiquant un comportement inadapté ont justifié des mesures disciplinaires internes, a déclaré dans un communiqué l’Unité d’enquête de la police du ministère de la Justice, le service externe qui contrôle les éventuelles fautes de la police.

Le policier, qui n’était pas en service, a tué une des deux adolescentes palestiniennes qui tentaient de perpétrer une attaque avec des ciseaux dans le centre ville de Jérusalem en novembre 2015.

Hadil Awad, âgée de 14 ans, a été tuée lors de l’accident, et sa cousine, Nurhan Awad, maintenant âgée de 17 ans, a été blessée, désarmée et arrêtée.

Deux personnes ont été légèrement blessées dans l’attaque : une Palestinienne de Bethléem âgée de 70 ans, prise pour une Juive par les filles, qui a été poignardée au torse, et un garde de 27 ans, qui a été légèrement touché par l’éclat d’un de projectiles visant les jeunes terroristes.

La scène d'une attaque au couteau près de Mahane Yehuda marché de Jérusalem, le 23 novembre 2015. (Crédit : Ilan Ben Zion/Times of Israel)
La scène d’une attaque au couteau près de Mahane Yehuda marché de Jérusalem, le 23 novembre 2015. (Crédit : Ilan Ben Zion/Times of Israel)

Les deux jeunes Palestiniennes ont été filmées sur la route de Jaffa, près du marché à ciel ouvert de Mahane Yehuda, alors qu’elles attaquaient leurs victimes qui passaient à proximité.

Le policier, en période de repos, qui était sur place s’est immédiatement précipité sur la scène et a désarmé les deux filles en moins d’une minute. Il a tiré une balle sur Nurhan, la blessant, et a ensuite tué Hadil.

Voyant Nurhan qui s’agitait encore, le policier a de nouveau ouvert le feu, apparemment pour s’assurer qu’elle ne serait plus en capacité de blesser quelqu’un.

Lors de son interrogatoire, Nurhan a exprimé des remords pour ce qu’elle avait fait, et a déclaré qu’elle avait été entraînée par sa cousine plus jeune.

Une Palestinienne de 16 ans, inculpée de deux tentatives de meurtres pour une attaque au couteau du 23 novembre dans la capitale, devant la cour du district de Jérusalem le 11 décembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Une Palestinienne de 16 ans, inculpée de deux tentatives de meurtres pour une attaque au couteau du 23 novembre dans la capitale, devant la cour du district de Jérusalem le 11 décembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

En novembre 2016, Nurhan a été reconnu coupable d’une tentative de meurtre, au lieu de deux, dans le cadre d’un accord, et de possession illégale d’arme blanche. Elle a également été condamnée à une peine avec sursis de 18 mois, valide pendant trois ans après sa libération de prison.

Nurhan a ensuite porté plainte officiellement auprès de la police contre l’officier qui lui avait tiré dessus.

Des officiels de la police avaient soutenu à l’époque la décision de l’officier de tirer sur les filles, déclarant qu’étant donné que la vitesse à laquelle l’incident avait eu lieu et l’élément de surprise avait rendu difficile la prise de décision, l’officier avait agi « selon les procédures ».

Il est apparu après l’incident que le frère d’Hadil, âgé de 24 ans, Mahmoud Awad, avait été tué par un soldat israélien lors d’une manifestation au checkpoint de Qalandiya en 2013.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...