Afrique du Sud : l’ANC vote en faveur de la rétrogradation de l’ambassade israélienne
Rechercher

Afrique du Sud : l’ANC vote en faveur de la rétrogradation de l’ambassade israélienne

Les militants pro-palestiniens et les cadres de l'AP ont salué la transformation de l'ambassade en "bureau de liaison", tandis que les groupes juifs ont déploré cette mesure ; son application par le gouvernement reste incertaine

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président de l'Afrique du Sud et du Congrès national africain (ANC), Jacob Zuma, à Port Elizabeth, en Afrique du Sud, le 16 avril 2016. (Crédit : Michael Sheehan/AFP)
Le président de l'Afrique du Sud et du Congrès national africain (ANC), Jacob Zuma, à Port Elizabeth, en Afrique du Sud, le 16 avril 2016. (Crédit : Michael Sheehan/AFP)

Le parti au pouvoir en Afrique du Sud a décidé mercredi d’appeler le gouvernement à rétrograder immédiatement l’ambassade de son pays en Israël.

Lors de la Conférence nationale bi-annuelle de l’African National Congress cette semaine à Johannesburg, le parti a adopté à l’unanimité une résolution visant à transformer l’ambassade, située à Ramat Gan, en un « bureau de liaison ». Cependant, on ne sait pas encore si le gouvernement à Pretoria va appliquer cette décision.

« Afin de nous exprimer concrètement en soutien au peuple opprimé de Palestine, l’ANC a adopté, à l’unanimité, une résolution enjoignant le gouvernement sud-africain à rétrograder immédiatement et sans condition l’ambassade d’Afrique du Sud en Israël, en un bureau de Liaison », peut-on lire dans la résolution adoptée mercredi.

Les militants pro-palestiniens en Afrique du Sud ont salué cette mesure, qui a reçu le soutien des hauts-cadres de l’Autorité palestinienne.

« C’est un grand pas vers la bonne direction, et un gain énorme pour le mouvement anti-Israël Boycott, Désinvestissement et Sanction (BDS) », a déclaré le BDS South Africa dans un communiqué.

« L’ANC, le plus ancien mouvement de libération d’Afrique, qui a mené des boycotts et des sanctions contre l’Apartheid en Afrique du Sud, a ouvert la voie, et nous sommes impatients de voir d’autres nous suivre. »

Le groupe South African Jews for a Free Palestine a également salué ce vote. « La mesure adoptée par l’ANC exerce une pression sur le gouvernement israélien pour qu’il cesse ses violations du droit international », a déclaré le groupe dans un communiqué. « En tant que membres de la communauté juive, nous pensons qu’il s’agit d’une des choses les plus concrètes que l’Afrique du Sud puisse faire pour contribuer à une paix juste entre Israël et les Palestiniens. »

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a également salué la décision de l’ANC. « Cette mesure est un pas important vers l’isolation de cette entité, et vers l’exposition de ses crimes et de ses politiques », a déclaré un porte-parole sur Twitter jeudi.

« Nous voulons que davantage de mesures comme celles-ci soient prises, qu’elles viennent de la part de partis, d’États ou d’institutions, face aux politiques américaines et israéliennes injustes à l’encontre du peuple palestinien, de leur terre, et des lieux saints. »

Le South African Jewish Board of Deputies et la Fédération sioniste du pays ont dénoncé cette mesure dans un communiqué.

« Nous remettons en question les motivations qui ont conduit à cette décision. Cette décision empêchera l’Afrique du Sud de remplir le rôle de médiateur pour parvenir à la paix et au dialogue entre Israël et les Palestiniens », ont déclaré les organisations dans le communiqué.

« Cette rétrogradation n’apportera rien au peuple palestinien et sera au détriment des Sud-Africains. Nous remettons en question ce qui a poussé les organisations et les individus qui ont réussi à ‘prendre en otage’ le programme international de l’ANC, notamment le BDS. »

L’Afrique du Sud serait « appauvrie » sur de nombreux aspects, ont ajouté les groupes, notamment en matière de commerce et de tourisme, et du fait que l’Afrique du Sud, « avec ses étroites relations avec les Palestiniens et son expérience unique en négociation, occupe une position unique pour faciliter les accords de paix », et risque de perdre son rôle de médiateur entre les deux parties.

SA Jewry feel betrayed by ANC call to downgrade SA Embassy in IsraelThe South African Jewish Board of Deputies (SAJBD)…

Posted by South African Jewish Board of Deputies on Wednesday, 20 December 2017

Aucun contact avec l’ambassade israélienne n’a pu être possible, et le ministre des Affaires étrangères israélien n’a pas souhaité s’exprimer sur cette mesure.

Nabil Shaath, un haut-conseiller diplomatique du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a manifesté son soutien à cette mesure lors de sa visite en Afrique du Sud le mois dernier.

« Nous percevons cela comme un acte diplomatique ; mais pas comme juste un acte diplomatique. Et toutes les complications diplomatiques doivent être étudiées par le gouvernement », avait-il dit.

« Mais le peuple sud-africain, en soutenant la rétrogradation des liens avec Israël, donne aux Israéliens et au monde une leçon : il y a des choses qui ne peuvent pas être acceptées, qui ne peuvent pas être négociées », a-t-il dit. « Avec leur vécu, les Sud-Africains ne peuvent tolérer qu’une forme d’apartheid existe encore contre le peuple palestinien, comme il a existé contre eux. »

En juillet, la commission des relations internationales de l’ANC avait décidé qu’un certain nombre de résolutions seraient adoptées durant la Conférence nationale.

« La commission a appelé à la rétrogradation de l’ambassade sud-africaine en Israël pour envoyer un message fort à l’occupation illégale et continue d’Israël de la Palestine et les violations continues des droits de l’Homme contre les peuples de Palestine », avait annoncé le président de la commission des relations internationales de l’ANC.

Arthur Lenk, alors ambassadeur d’Israël à Pretoria, avait mis en évidence les conséquences négatives que la mise en œuvre d’une telle décision aurait pour l’Afrique du Sud dans un échange avec le Times of Israel.

« Toute décision de rebaptiser l’ambassade sud-africaine en Israël ne fera que nuire aux Sud-Africains et n’aura aucun impact sur Israël ou les Palestiniens », a-t-il déclaré. « Une telle décision limiterait les possibilités pour la promotion des exportations sud-africaines, ce qui est extrêmement important pour la transformation économique ou socio-économique ».

Il est loin d’être évident que le gouvernement sud-africain applique la décision de l’ANC. Les diplomates sud-africains ont déjà souligné, durant des discussions privées, que le parti, pour des raisons de politique intérieure, adopte souvent une position pro-Palestinienne ferme, qui n’est pas reflétée dans la politique gouvernementale envers Israël.

Le mois dernier, le ministre de la Coopération régionale Tzachi Hanegbi a rencontré deux ministres sud-africains. Il a interprété cette rencontre comme un signe de rapprochement entre Jérusalem et Pretoria.

Dov Lieber a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...