Allemagne : arrestation d’administrateurs présumés d’un site d’extrême droite
Rechercher

Allemagne : arrestation d’administrateurs présumés d’un site d’extrême droite

Marcus B. et Fadi J. sont soupçonnés d'avoir administré un site qui diffusait "massivement" de la propagande antisémite, négationniste et raciste

La page VK du « Goyim Party Germany ». (Capture d’écran VK)
La page VK du « Goyim Party Germany ». (Capture d’écran VK)

Deux administrateurs d’un site internet diffusant de la propagande raciste, antisémite et révisionniste ont été interpellés jeudi en Allemagne et aux Pays-Bas, a annoncé le parquet fédéral allemand.

Marcus B. et Fadi J. ont été appréhendés respectivement à Berlin et à Heerlen (Pays-Bas), selon le parquet de Karlsruhe, chargé des affaires les plus sensibles.

Les enquêteurs ont également perquisitionné à leur domicile, ainsi qu’à ceux, dans plusieurs régions allemandes, de six autres membres du groupe d’extrême droite « Goyim Party Germany », fondé en 2016. 

Marcus B. et Fadi J. sont soupçonnés, selon un communiqué du parquet fédéral, d’avoir administré le site de ce groupe qui diffusait « massivement » de la propagande antisémite, négationniste et raciste. Il proposait ainsi des textes, photos et vidéos niant la Shoah ou minimisant les crimes du régime nazi.

Le site a aussi, selon le parquet fédéral, contenu des appels au meurtre de Juifs.

Marcus B. sera présenté vendredi à un juge en vue de son éventuel placement en détention. Une demande d’extradition de Fadi J. sera émise, précise le parquet fédéral.

Le terrorisme d’extrême droite a été érigé par le gouvernement d’Angela Merkel au premier rang des menaces pesant sur l’Allemagne.

Plusieurs attentats ont été commis en un an, du meurtre d’un élu défendant les droits des migrants à son domicile en juin 2019 à une fusillade ayant visé des bars à chichas près de Francfort pendant l’hiver 2020, en passant par la tentative d’attaque contre la synagogue de Halle le jour de Yom Kippour, à l’automne 2019.

Des projets d’attaques ont également été déjoués dans un pays où la police est critiquée pour la complaisance de certains de ses membres avec la mouvance d’extrême droite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...