Allemagne: des milliers d’euros pour des effets personnels d’Hitler aux enchères
Rechercher

Allemagne: des milliers d’euros pour des effets personnels d’Hitler aux enchères

Des effets personnels de dirigeants nazis, dont un haut de forme porté par Adolf Hitler, ont trouvé preneurs pour des centaines de milliers d'euros à Munich

La première page des deux volumes d'une des premières éditions de « Mein Kampf » (Crédit : Institut für Zeitgeschichte / Alexander Markus Klotz)
La première page des deux volumes d'une des premières éditions de « Mein Kampf » (Crédit : Institut für Zeitgeschichte / Alexander Markus Klotz)

Des effets personnels de dirigeants nazis, dont un haut de forme porté par Adolf Hitler, et une édition de luxe de son manifeste politique « Mein Kampf » ont trouvé preneurs pour des centaines de milliers d’euros lors d’une vente aux enchères mercredi à Munich (Bavière) qui a suscité l’indignation, en Allemagne et à l’étranger.

Un chapeau haut de forme porté par Hitler a été adjugé à plus de 50 000 euros (55 310 dollars), selon le site internet de la maison d’enchères Hermann Historica, tandis que des objets et vêtements ayant appartenu à sa compagne Eva Braun ont été vendus pour des milliers d’euros. Une de ses robes de cocktail a ainsi trouvé preneur pour 4 500 euros, soit le double du prix attendu, d’après la chaîne allemande Deutcshe Welle.

Un acheteur a acquis pour 130 000 euros une édition de luxe de « Mein Kampf », frappée d’un aigle et d’un svastika, emblème du parti nazi, ayant appartenu au dirigeant nazi Hermann Goering.

D’autres lots de vêtements et effets personnels de dirigeants nazis comme Heinrich Himmler et Rudolf Hess étaient proposés à la vente.

« Les crimes des nazis sont banalisés », a déclaré le commissaire du gouvernement allemand chargé de l’antisémitisme Felix Klein au groupe de presse Funke.

« Ils agissent comme s’ils vendaient d’une manière parfaitement normale des objets d’art historiques », a-t-il regretté mettant en garde contre « le danger que les reliques nazies deviennent des objets de culte » pour l’extrême droite.

Avant la vente, le président de l’Association juive européenne, le rabbin Menachem Margolin, a rappelé que l’Allemagne était en « tête en Europe pour ce qui concerne le nombre d’incidents antisémites signalés ».

L’association « appelle les autorités allemandes à obliger les maisons d’enchères à divulguer les noms des acheteurs », qui « pourraient alors être inscrits sur une liste du gouvernement de personnes à surveiller », a ajouté M. Margolin.

De nombreux objets ayant appartenu à de hauts dirigeants nazis ont été saisis par les militaires américains au cours des derniers jours de la Deuxième Guerre mondiale.

Les robes ayant appartenu à Eva Braun, compagne de longue date de Hitler qu’il avait épousée la veille de leur suicide, ont été découvertes parmi 40 camions saisis par l’armée américaine en mai 1945 à Salzbourg, en Autriche.

Figuraient également au catalogue des enchères un contrat de location d’un appartement munichois de Hitler et des lunettes de soleil portées par un accusé, pour éviter la lumière des projecteurs au tribunal de Nuremberg où ont été jugés les crimes nazis.

Le directeur d’Hermann Historica, Bernhard Pacher, assure que la plupart des clients « sont des musées, des collections d’État et des collectionneurs privés qui s’intéressent méticuleusement au sujet ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...