Israël en guerre - Jour 293

Rechercher
"Tu as survécu à 70 jours en enfer"

Les proches d’Alon Shamriz, tué par erreur par l’armée, blâment le gouvernement

Après la tragédie de vendredi à Gaza, Ido, le frère du défunt, dénonce des échecs lors de son inhumation au kibboutz Shefayim, sa sœur regrette : "Cela devait se terminer différemment"

Les funérailles de l'otage Alon Shamriz, tué par erreur par l'armée israélienne à Gaza, au kibboutz Shefayim, le 17 décembre 2023. (Crédit : Oren ZIV / AFP)
Les funérailles de l'otage Alon Shamriz, tué par erreur par l'armée israélienne à Gaza, au kibboutz Shefayim, le 17 décembre 2023. (Crédit : Oren ZIV / AFP)

Alon Shamriz, 26 ans, l’un des trois otages accidentellement tué par les soldats à Gaza, vendredi, a été inhumé dimanche en présence de milliers de personnes venues lui rendre un dernier hommage.

Shamriz, qui avait été enlevé par des terroristes du Hamas au kibboutz Kfar Aza, a été tué vendredi en même temps que Yotam Haim, 28 ans, originaire de la même communauté et que Samar Fouad Talalka, 24 ans, du kibboutz Nir Am.

Tous les trois avait été kidnappés le 7 octobre et ils avaient vécu pendant 70 jours en captivité avant d’être abattus par les soldats dans le quartier de Shejaiya, dans le nord de Gaza – considérés à tort comme représentant une menace pour les militaires.

L’armée a indiqué penser que tous les trois « ont fui – ou ils ont été abandonnés par les terroristes qui les conservaient en captivité » alors que les forces de Tsahal se rapprochaient, notant que les troupes n’avaient plus rencontré de civils dans le ce secteur de la bande depuis un bon moment.

Shamriz, étudiant en génie informatique au Sapir College, a été enterré au kibboutz Shefayim, dimanche, où la majorité des évacués de Kfar Aza logent actuellement. Ido, son frère, a prononcé son éloge funèbre et il a aussi blâmé le gouvernement pour son enlèvement et pour sa mort.

« Mon frère, j’espère que ta mort inspirera la vie et qu’ils comprendront que la vie des otages est déterminante, qu’ils doivent agir rapidement de manière à ce que tout le monde soit libéré », a dit Ido. « Alon, mon frère bien-aimé… Notre petit frère n’est plus en vie. »

Alon Shamriz, enlevé dans son habitation du kibboutz Kfar Aza par des terroristes du Hamas, le 7 octobre 2023. (Autorisation)

« Pendant 70 jours, nous avons entrepris un voyage, tous à partir d’un point différent et nous avons rassemblé nos forces, celles qui nous restaient, dans un seul objectif. Je suis sorti pour protéger le kibboutz mais je n’ai pas réussi à te protéger », a-t-il ajouté. « Nous avons retourné toutes les pierres, nous avons frappé à toutes les portes pour que nous puissions être réunis mais cela n’a pas été suffisant », a-t-il regretté, en larmes.

« Nous n’avons pas tout fait – mais toi, tu as tout fait. Tu as entrepris ton propre voyage, dans le noir, sans tes lunettes, détenu par des monstres dans des conditions terribles, sans eau, sans rien à manger, sans oxygène et sans lumière du jour. Tu as courageusement survécu et tu as attendu la rédemption. J’ai tellement parlé de toi lors de chaque rencontre, de chaque interview, mais jamais je n’ai parlé de ton courage. Tu savais toujours ce qui était bon pour toi et tu faisais les choses à ta propre manière ».

Ido a noté que « cette fois encore, tu t’es enfui contre toute attente et tu as fait ce que tu avais à faire pour revenir à la maison. Mon pauvre frère, qu’as-tu donc enduré à ce moment, lorsque tu avais déjà vu la lumière et que tout est devenu obscur. Celui qui t’avait abandonné t’a aussi assassiné alors que tu avais tout fait comme il le fallait. Tout ce que nous avons fait, nous l’avons fait pour toi et tout ce que nous ferons, nous le ferons en ta mémoire ».

« Mon frère, je suis désolé que nous n’ayons pas fait suffisamment », a-t-il poursuivi. « Je suis désolé que nous n’ayons pas réussi… Mon frère, donne-moi un peu de ta sagesse parce que je n’en ai plus ».

Ido Shamriz, au centre, aux côtés de Dilka, sa mère et la mère d’Alon Shmariz, lors des funérailles de ce dernier au kibboutz Shefayim, le 17 décembre 2023. (Crédit : Oren ZIV / AFP)

Son frère, Yonathan, a partagé le même point de vue dans l’hommage qu’il a rendu à son frère.

« Tu es sorti du tunnel en plein air ; tu y as vu la liberté et tu as fait tout ce que tu devais faire face à une chaîne de commandement ridicule, face à un gouvernement irresponsable et face à un groupe terroriste barbare – tu as su dépasser tous les obstacles et tu n’as eu besoin de personne. Tu as fait tout ce que tu devais faire. »

Yonatan a ajouté que « je te promets, Alon, que ta mort ne sera pas vaine. Nous allons nous dresser et nous allons ébranler le pays tout entier. Nous nous assurerons que ton nom deviendra un symbole de bravoure, un symbole de révolution. Nous n’oublierons pas et nous ne pardonnerons pas à ceux qui nous ont trahis le 7 octobre, au gouvernement qui nous a menés à la catastrophe. Nous pourchasserons les responsables ».

Le ministre de l’Économie, Nir Barkat, est apparu sur les photos des funérailles. Debbie Bitton, députée élue sous l’étiquette de Yesh Atid, était elle aussi présente.

Les funérailles de l’otage Alon Shamriz, tué par erreur par l’armée israélienne à Gaza, au kibboutz Shefayim, le 17 décembre 2023. (Crédit : Oren ZIV / AFP)

Sa sœur, Roni, qui a également pris la parole lors de ces funérailles, a dit que « il y a seulement quelques jours, je me tenais devant un grand nombre de gens et je leur disais combien la vie était dure sans toi. Nous étions tellement sûrs que le vide que tu avais laissé dans nos cœurs serait à nouveau comblé. »

« Cela devait se terminer différemment », a-t-elle poursuivi. « Tu devrais être encore en vie. Alon, je suis tellement désolée… Pendant tout ce temps, je n’ai pu que me dire : ‘Et si….?’ Mais cela n’a plus d’importance dorénavant. Je ne t’oublierai pas et je n’oublierai pas quel héros tu étais. »

« Mon Alon, ce n’est la fin que nous souhaitions : nous avons retourné le monde entier pour toi. Tu as survécu à 70 jours en enfer, et il s’en est fallu de peu pour que je te serre dans mes bras. Nous allons continuer à vivre pour toi », a déclaré sa mère Dikla, selon la chaîne publique Kan.

Des proches et des mis d’Alon Shamriz, dont sa mère, Dikla, au centre, à gauche, lors des funérailles de l’otage tué accidentellement par les soldats israéliens à Gaza alors qu’il fuyait la captivité du Hamas, ,au kibboutz Shefayim, le 17 décembre 2023. (Crédit : Oren ZIV / AFP)

Les proches et les alliés des otages ont défilé, samedi soir, à Tel Aviv, demandant avec une nouvelle vigueur des efforts visant à obtenir la libération des approximativement 130 otages qui se trouvent encore à Gaza.

Lors de ce rassemblement, Amit Ashkenazi dont la sœur, Doron Steinbrecher, a été enlevée à Kfar Aza, a expliqué que le kibboutz ressentait « une peine immense » après avoir appris la nouvelle des trois captifs tués par l’armée : « L’objectif de la guerre est de les ramener vivants mais trois otages, dont deux originaires du kibboutz Kfar Aza, reviennent aujourd’hui dans des cercueils ».

Annonçant la mort des trois otages, vendredi, le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de Tsahal, avait évoqué un « événement douloureux et triste pour chacun d’entre nous, un événement dont l’armée israélienne assume l’entière responsabilité ».

Hagari avait indiqué que Tsahal avait ouvert une enquête sur l’incident « qui s’est produit dans une zone de bataille où les troupes avaient rencontré de nombreux terroristes, ces derniers jours et où elles combattent âprement encore aujourd’hui », avait-il déclaré. Par ailleurs, de nouveaux protocoles permettant d’identifier les otages ont été transférés aux forces terrestres « pour faire tout ce qui possible pour empêcher que ne se reproduise un événement aussi tragique que celui-ci ».

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.