Alors que la Syrie s’effondre, les Druzes veulent la citoyenneté israélienne
Rechercher

Alors que la Syrie s’effondre, les Druzes veulent la citoyenneté israélienne

Après avoir rejeté la citoyenneté pendant 45 ans, la guerre en Syrie a amené un changement au sein de la minorité

Druze manifestant pour montrer leur soutien au président syrien Bashar Assad dans la ville de Majdal Shams sur le plateau du Golan (Crédit : Tsafrir Abayov / Flash90 / File)
Druze manifestant pour montrer leur soutien au président syrien Bashar Assad dans la ville de Majdal Shams sur le plateau du Golan (Crédit : Tsafrir Abayov / Flash90 / File)

Les cinq années de la guerre civile brutale en Syrie ont été marquées par une augmentation du nombre de résidents druzes du plateau du Golan israélien qui cherchent à obtenir la citoyenneté israélienne.

Contrairement aux deux seules demandes déposées en 2010, le nombre de Druzes du Golan demandant la citoyenneté israélienne est passé à 80 à ce jour en 2015, a rapporté jeudi la Première chaîne .

Citant les statistiques du gouvernement, le reportage diffusé à la télévision a précisé que quelques 151 Druzes sont devenus citoyens israéliens depuis que la guerre sanglante a éclaté en Syrie en 2011.

Selon le reportage, la majorité des demandes ont été déposées par de jeunes Druzes, dont le lien avec la Syrie s’est probablement entaché par la violence là-bas.

Les Druzes ont ouvertement juré allégeance envers la Syrie depuis quand Israël a conquis le plateau du Golan pendant la guerre des Six Jours en 1967. Beaucoup ont maintenu des liens économiques, familiaux et affectifs avec la Syrie et sont restés en apparence fidèles à son président en difficulté, Bashar el-Assad.

Parmi les 20 000 Druzes résidant dans le Golan, quelques centaines seulement ont accepté la citoyenneté israélienne depuis qu’elle leur a été proposée en 1981.

À l’époque, les dirigeants druzes ont déclaré que toute personne qui acceptait un passeport israélien et coopérerait avec « l’ennemi sioniste » paierait le prix de l’ostracisme religieux et social par le biais de l’exclusion de la vie communautaire.

Cependant les Druzes, membres d’une secte mystique qui s’est détachée de l’islam chiite au 11e siècle, sont idéologiquement fidèles aux pays dans lesquels ils résident. Les Druzes d’Israël parlent hébreu et de nombreux membres de la communauté de la région de Galilée servent dans l’armée israélienne.

L’augmentation des demandes pourrait être une indication que 45 longues années de loyauté de la communauté envers sa patrie syrienne est devenue fracturée par la guerre qui fait rage au delà de la frontière.

En plus des jeunes désabusés, certains Druzes des hauteurs du Golan adoptent la citoyenneté israélienne par crainte de persécution généralisée en Syrie si le régime d’Assad – un gouvernement qui protégeait le groupe minoritaire – tombe ou est forcé de quitter le pouvoir.

Les Druzes sont considérés comme hérétiques par l’islam sunnite et ont été la cible par des groupes terroristes radicaux comme le Front al-Nosra et l’Etat islamique au cours des dernières années en Syrie et en Turquie.

Les membres de la communauté druze ont confirmé à la chaîne de télévision que le phénomène était en hausse. Mais, craignant des représailles de leurs villages, les personnes interviewées n’ont pas souhaité témoigner à visage découvert.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...