Ambassadeur des EAU : Les Israéliens privilégient la paix à l’annexion
Rechercher

Ambassadeur des EAU : Les Israéliens privilégient la paix à l’annexion

Pour l'ambassadeur aux USA al-Otaiba, la souveraineté de la Cisjordanie sera suspendue pendant "une période significative", les Israéliens voient les avantages de la normalisation

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Des délégués des EAU saluent l'avion d'El Al au départ, à la fin des pourparlers de normalisation entre Israël et les Émirats arabes unis, à Abu Dhabi, le 1er septembre 2020. (Bureau du porte-parole d'El Al)
Des délégués des EAU saluent l'avion d'El Al au départ, à la fin des pourparlers de normalisation entre Israël et les Émirats arabes unis, à Abu Dhabi, le 1er septembre 2020. (Bureau du porte-parole d'El Al)

L’ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis a déclaré dimanche qu’il ne s’inquiétait pas du retour de l’annexion à l’ordre du jour national en Israël, étant donné le soutien écrasant de l’État juif à l’accord de normalisation avec son pays, qui s’est fait au détriment du plan controversé du Premier ministre Benjamin Netanyahu de déclarer la souveraineté israélienne sur de grandes parties de la Cisjordanie.

« J’ai vu quelque chose en Israël que je vois rarement : 80 % de la population israélienne, une semaine après l’annonce, a soutenu cet accord d’annexion », a déclaré Yousef al-Otaiba, citant un sondage de la Douzième chaîne lors d’un épisode du podcast Podbridge qu’il produit en coopération avec l’ambassade des Émirats arabes unis à Washington.

« 80 % des Israéliens ne sont pas d’accord sur quoi que ce soit ensemble, ce qui me dit que c’est quelque chose qu’ils veulent plus que l’annexion, et c’est pourquoi je ne suis pas inquiet », a-t-il dit.

L’épisode du podcast présentait Al-Otaiba en conversation avec les anciens ambassadeurs américains en Israël Dan Shapiro et Martin Indyk, ainsi que Dennis Ross, qui a été conseiller au Moyen-Orient auprès de quatre présidents américains.

(Dans le sens des aiguilles d’une montre à partir du haut à gauche) L’ambassadeur des EAU aux Etats-Unis Yousef al-Otaiba, l’ancien diplomate américain Dennis Ross, l’ancien ambassadeur américain en Israël Dan Shapiro et l’ancien ambassadeur américain en Israël Martin Indyk s’expriment sur un épisode de Podbridge, le 20 septembre 2020. (Capture d’écran : Ambassade des Émirats arabes unis à Washington)

Shapiro a demandé à l’ambassadeur des EAU – qui était étroitement impliqué dans la négociation de l’accord de normalisation avec Jared Kushner, conseiller principal de la Maison Blanche – de commenter les articles de la presse israélienne concernant les concessions faites par le gouvernement de Netanyahu sur les implantations en Cisjordanie afin de parvenir à cet accord.

« Je suis très confiant quant au fait que l’annexion est hors de question pendant une période de temps significative », a déclaré M. al-Otaiba. « C’était l’arrangement que nous avions avec les États-Unis. C’est pour une période de temps significative. Nous avons convenu de garder cette période de temps confidentielle, entre nous. »

La semaine dernière, le Times of Israel a rapporté que l’administration Trump avait donné aux EAU l’engagement, lors des négociations de normalisation, que Washington ne reconnaîtrait pas l’annexion israélienne de certaines parties de la Cisjordanie avant 2024 au plus tôt.

Des sources ayant une connaissance directe des pourparlers ont déclaré au Times of Israel que les responsables émiratis, dirigés par al-Otaiba, se sont concentrés sur la recherche de garanties de la part des États-Unis, plutôt que d’Israël, sur la question.

L’ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis, Yousef al-Otaiba, lors d’une rencontre avec le président de la Chambre des représentants des États-Unis, Paul Ryan, à l’Académie diplomatique des Émirats arabes unis, à Abu Dhabi, le jeudi 25 janvier 2018. (AP Photo/Jon Gambrell)

Ils n’étaient pas du tout intéressés à recevoir un engagement israélien de gel de l’annexion, ont déclaré les sources, car ils comprenaient que Netanyahu n’avancerait pas sans le soutien des États-Unis ; le Premier ministre israélien l’a dit lui-même pendant des mois.

Bien qu’il ait refusé de révéler la chronologie exacte lors de l’épisode de dimanche, al-Otaiba a
déclaré : « Je pense aussi que nous avons repoussé le projet aux calendes grecques, assez loin pour que les Israéliens puissent constater les énormes bénéfices qu’ils en retireront.

« Ils constateront les avantages de ces accords dans la réalité, très très bientôt. Et je pense que l’annexion sera un sujet que la plupart des gens n’aborderont pas à l’avenir », a-t-il déclaré.

L’envoyé des Émirats arabes unis a prédit que l’accord inaugurera « une nouvelle façon de penser… pour la façon dont les jeunes de notre partie du monde vont regarder vers l’avenir ».

« Une nouvelle façon de penser… pour les jeunes qui vont chercher à travailler, investir, commercer, étudier, faire des recherches avec les Israéliens [parce que] ce n’est plus tabou », a-t-il dit.

« Ce sera probablement l’avancée la plus significative de ce que nous venons de faire. Briser cette barrière idéologique et cette barrière stéréotypée que nous avions mise en place, qui, je pense, en ce qui concerne les EAU, disparaîtra.

Les gens vont dire : « Oui, on peut travailler avec eux. Nous pouvons être en désaccord avec eux sur certaines questions, mais nous pouvons certainement travailler avec eux ».

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’apprête à planter un arbre lors d’un événement organisé à l’occasion de la fête juive de Tou Bichvat, dans l’implantation de Mevoot Yericho, en Cisjordanie, près de la ville sous autorité palestinienne de Jéricho, le lundi 10 février 2020. (AP/Ariel Schalit)

« C’est pourquoi ce moment est si spécial, et je suis très optimiste et très confiant que cette relation sera gagnant-gagnant et mutuellement bénéfique pendant très, très longtemps », a conclu M. al-Otaiba.

Al-Otaiba a été crédité d’avoir aidé à lancer l’annonce de la normalisation du mois dernier avec un article d’opinion qu’il a publié dans le quotidien israélien Yedioth Ahronoth en juin dernier, dans lequel il mettait en garde Jérusalem contre l’annexion, disant qu’une telle mesure détruirait tout espoir de rapprochement entre l’État juif et le monde arabe.

Pendant des mois, Netanyahu avait promis d’annexer jusqu’à 30 % de la Cisjordanie dès le 1er juillet, mais ce projet a été officiellement suspendu dans le cadre de l’accord de normalisation avec les Émirats arabes unis. Les parties n’ont pas formellement fourni de calendrier précis pour la période pendant laquelle la question a été « retirée de la table », comme l’a dit le président américain Donald Trump le mois dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...