Les USA ont assuré les EAU qu’il n’y aura pas d’annexion avant 2024 – info ToI
Rechercher

Les USA ont assuré les EAU qu’il n’y aura pas d’annexion avant 2024 – info ToI

Les EAU ont souhaité avoir des garanties de Washington, dans la mesure où M. Netanyahu a indiqué qu'il ne poursuivra pas son initiative controversée sans le soutien des États-Unis

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

(De gauche à droite, à l'arrière) Le conseiller présidentiel principal Jared Kushner, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et le conseiller à la sécurité nationale Robert O'Brien applaudissent le président Donald Trump après l'annonce d'un accord entre les Émirats arabes unis et Israël visant à normaliser les relations diplomatiques, à la Maison Blanche, le 13 août 2020. (Brendan Smialowski / AFP)
(De gauche à droite, à l'arrière) Le conseiller présidentiel principal Jared Kushner, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et le conseiller à la sécurité nationale Robert O'Brien applaudissent le président Donald Trump après l'annonce d'un accord entre les Émirats arabes unis et Israël visant à normaliser les relations diplomatiques, à la Maison Blanche, le 13 août 2020. (Brendan Smialowski / AFP)

NEW YORK – L’administration Trump a donné aux EAU l’engagement, lors des négociations de normalisation, que Washington ne reconnaîtrait pas l’annexion israélienne de certaines parties de la Cisjordanie avant 2024 au plus tôt, ont déclaré des sources ayant une connaissance directe de la question au Times of Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait promis depuis des mois d’annexer de larges pans de la Cisjordanie dès le 1er juillet, mais ce plan a été officiellement suspendu dans le cadre de l’accord de normalisation avec les EAU. Cependant, les parties n’ont pas officiellement fourni de calendrier précis pour la période pendant laquelle la question a été « retirée de la table », comme l’a dit le président américain Donald Trump le mois dernier.

Selon trois sources ayant une connaissance directe des négociations de normalisation, les responsables émiratis, menés par l’ambassadeur des EAU aux Etats-Unis Yousef Al Otaiba, se sont attachés à obtenir des assurances des Etats-Unis, plutôt que d’Israël, sur la question.

Ils n’étaient pas du tout intéressés à recevoir un engagement israélien de gel de l’annexion, ont déclaré les sources, car ils savaient que Netanyahu n’avancerait pas sans le soutien des États-Unis ; le Premier ministre israélien l’a dit lui-même pendant des mois.

Au contraire, l’une des principales priorités des EAU au cours des négociations a été d’obtenir l’engagement des États-Unis de ne pas soutenir l’annexion si Netanyahu promettait à nouveau de la mettre en œuvre immédiatement, ont indiqué les sources.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’apprête à planter un arbre lors d’un événement organisé à l’occasion de la fête juive de Tou Bichvat, dans l’implantation de Mevoot Yericho, en Cisjordanie, près de la ville sous autorité palestinienne de Jéricho, le lundi 10 février 2020. (AP/Ariel Schalit)

Les négociateurs de l’administration Trump, sous la direction de Jared Kushner, conseiller principal de la Maison Blanche, ont accepté de fixer un calendrier conforme à celui qui a été établi pour les Palestiniens dans le plan de paix Trump, ont indiqué les sources.

Le plan « Paix vers la prospérité » de l’administration Trump, dévoilé en janvier 2020, donne à l’Autorité palestinienne une fenêtre de quatre ans pour s’engager dans le plan de paix, pendant laquelle Israël ne peut pas s’étendre dans les zones prévues par le plan pour un futur État palestinien.

Les EAU ont reçu l’engagement de Washington de ne pas donner sa bénédiction à l’annexion israélienne sur la base de ce même calendrier – c’est-à-dire jusqu’en janvier 2024.

« Si Trump remporte un deuxième mandat, ce [délai] les couvre pour la plus grande partie. Si le candidat démocrate Joe Biden gagne, la question ne sera pas pertinente de toute façon en raison de son opposition à l’annexion », a déclaré l’une des sources ayant une connaissance directe de la question, qui s’est exprimée sous le couvert de l’anonymat.

L’administration Trump espère utiliser la dernière année de son hypothétique second mandat pour « mettre les Palestiniens dos au mur », en utilisant la possibilité de soutenir l’annexion comme un dernier moyen de pression pour amener l’AP à la table des négociations, selon une autre source.

La Maison Blanche a refusé de commenter cette information, tout comme les responsables des EAU à Washington et à New York. Netanyahu a insisté sur le fait que son projet d’étendre la souveraineté israélienne à toutes les implantations en Cisjordanie et dans la vallée du Jourdain, en pleine coordination avec les États-Unis, reste « sur la table ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...