Amsterdam : fermeture d’un restaurant casher suite à maintes attaques
Rechercher

Amsterdam : fermeture d’un restaurant casher suite à maintes attaques

Le propriétaire de HaCarmel a expliqué qu'il était "irresponsable" de continuer à moins que les autorités municipales ne fournissent une sécurité permanente pour son entreprise

Une photo prise le 7 décembre 2017 montre la devanture endommagée du restaurant juif casher  HaCarmel à Amsterdam (Crédit : GINOPRESS B.V./AFP/Getty Images)
Une photo prise le 7 décembre 2017 montre la devanture endommagée du restaurant juif casher HaCarmel à Amsterdam (Crédit : GINOPRESS B.V./AFP/Getty Images)

AMSTERDAM — Le propriétaire d’un restaurant casher souvent vandalisé a indiqué qu’il allait fermer son commerce à moins que les responsables municipaux n’installent des systèmes de sécurité permanents aux abords de son entreprise.

L’avocat de Sami Bar-On, Herman Loonstein, a déclaré mercredi au quotidien Het Parool que son client avait le sentiment qu’il était « irresponsable de continuer comme ça » les activités de son restaurant HaCarmel sans que soient mises en place des mesures de sécurité permanentes.

Au mois de décembre, un demandeur d’asile syrien de 29 ans avait brisé la vitrine du restaurant en brandissant un drapeau palestinien. Il était alors entré dans le commerce sous les yeux de deux policiers et avait extrait le drapeau israélien de la salle avant de se faire arrêter par les forces de l’ordre. Il a été accusé de vandalisme sans que l’inculpation ne retienne la circonstance aggravante de crime de haine.

Depuis l’incident, les fenêtres du restaurant ont été à nouveau cassées et font, de manière répétée, l’objet de crachats et de dégradations, a continué Bar-On.

La police renforce la sécurité après chaque incident mais s’en va peu après, a-t-il dit.

Bar-On a également affirmé que le maire avait refusé de le rencontrer à ce sujet. Mais un porte-parole de la municipalité a spécifié que Bar-On avait décliné plusieurs invitations à rencontrer des responsables subalternes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...