Annexion en Cisjordanie : l’OCI dénonce une « grave escalade » de la part d’Israël
Rechercher

Annexion en Cisjordanie : l’OCI dénonce une « grave escalade » de la part d’Israël

La menace d’annexion "constitue une proclamation officielle d’annulation de tous les accords signés" par Israël, a estimé la principale organisation panislamique

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, au centre, entouré du roi Abdullah II de Jordanie, et à droite, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, pose pour des photos avec d'autres dirigeants lors d'une séance photo avant l'ouverture de l'Organisation de coopération islamique à Istanbul, le 13 décembre 2017. (Crédit : AFP PHOTO / YASIN AKGUL)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, au centre, entouré du roi Abdullah II de Jordanie, et à droite, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, pose pour des photos avec d'autres dirigeants lors d'une séance photo avant l'ouverture de l'Organisation de coopération islamique à Istanbul, le 13 décembre 2017. (Crédit : AFP PHOTO / YASIN AKGUL)

L’Organisation de la coopération islamique (OCI) a dénoncé mercredi le projet israélien d’annexion de pans de la Cisjordanie, dénonçant une « grave escalade » des mesures israéliennes à l’encontre des Palestiniens.

Annoncé fin janvier à Washington, ce projet prévoit l’annexion par Israël de ses implantations et de la vallée du Jourdain en Cisjordanie et la création d’un Etat palestinien sur un territoire amputé.

La menace d’annexion « constitue une proclamation officielle d’annulation de tous les accords signés » par Israël, a estimé la principale organisation panislamique dans un communiqué.

Elle constitue en « outre la fin du processus de règlement négocié » du conflit israélo-palestinien ainsi « qu’une grave escalade dans la politique et les mesures colonialistes » d’Israël, ajoute le texte publié à l’issue d’une réunion virtuelle des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’OCI.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Fayçal ben Farhan al Saoud, a affirmé à cette occasion que le projet israélien « représentait une escalade dangereuse qui menace les chances de reprendre le processus de paix ».

Noureddine Erray, ministre des Affaires étrangères tunisien, a lui déclaré que « défendre les causes arabes et les questions humanitaires justes s’inscrit au cœur des priorités de la politique étrangère de la Tunisie ».

L’Autorité palestinienne a annoncé mardi avoir soumis une « contre-proposition » au plan américain pour le Proche-Orient et appelé les Européens à faire pression sur Israël pour éviter une annexion de pans de la Cisjordanie.

L’Allemagne et ses partenaires européens ont également fait part de leurs « graves inquiétudes » sur les projets israéliens, a déclaré mercredi le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas à Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...