Après la frappe, la Syrie met en garde Israël contre de “dangereuses conséquences”
Rechercher

Après la frappe, la Syrie met en garde Israël contre de “dangereuses conséquences”

L’armée syrienne affirme avoir tiré sur des avions israéliens entrés dans son espace aérien, mais Tsahal maintient qu’ils survolaient le Liban

Un F-16 israélien à l'entrainement, le 25 novembre 2013. (Crédit : Ofer Zidon/Flash90)
Un F-16 israélien à l'entrainement, le 25 novembre 2013. (Crédit : Ofer Zidon/Flash90)

L’armée syrienne a menacé lundi Israël de « conséquences dangereuses » après les frappes aériennes menées dans le pays. L’aviation israélienne avait bombardé une batterie de missiles anti-aérienne près de Damas dans la journée.

Lundi, matin, la batterie de défense syrienne a tiré un missile sur des avions de reconnaissance israéliens. En réponse, une deuxième sortie de l’aviation israélienne, qui aurait été composée de jets F-16, a attaqué le système de défense SA-5 qui a lancé le missile, à une cinquantaine de kilomètres à l’est de la capitale syrienne.

Dans un communiqué publié dans les médias publics officiels, l’armée syrienne a mis en garde Israël contre les « conséquences dangereuses de ses tentatives d’agression répétées. »

L’armée syrienne affirme que les avions israéliens sont entrés dans son espace aérien, ce qui a déclenché l’attaque anti-aérienne. Le colonel Jonathan Conricus, porte-parole de l’armée israélienne, a déclaré, après la frappe et après la réponse syrienne, que les avions de reconnaissance « survolaient le Liban, pas la Syrie. »

Une batterie SA-5 exposée au musée de l'armée de l'air ukrainienne. Illustration. (Crédit : George Chernilevsky/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)
Une batterie SA-5 exposée au musée de l’armée de l’air ukrainienne. Illustration. (Crédit : George Chernilevsky/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)

Selon les Syriens, les avions volaient près de la ville libanaise de Baalbek, située près de la frontière syrienne, à 50 kilomètres au nord de Damas.

L’armée n’a pas confirmé la localisation des avions de reconnaissance au moment où ils ont été pris pour cible.

Conricus a indiqué qu’aucun avion de reconnaissance n’avait été touché par le missile syrien, mais l’armée syrienne a affirmé qu’un avion israélien avait été « directement touché » et « obligé de fuir ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...