Après l’attentat mortel en Cisjordanie, la droite fait des reproches à Netanyahu
Rechercher

Après l’attentat mortel en Cisjordanie, la droite fait des reproches à Netanyahu

Netanyahu jure que les terroristes qui ont pris pour cible une famille israélienne seront rattrapés mais ses rivaux politiques critiquent sa "retenue" face aux Palestiniens

Les soldats israéliens montent un barrage dans le cadre des recherches visant à retrouver des terroristes ayant placé une bombe près de l'implantation israélienne de Dolev, en Cisjordanie, le 23 août 2019 (Crédit : Armée israélienne)
Les soldats israéliens montent un barrage dans le cadre des recherches visant à retrouver des terroristes ayant placé une bombe près de l'implantation israélienne de Dolev, en Cisjordanie, le 23 août 2019 (Crédit : Armée israélienne)

Les députés de la droite de l’échiquier politique ont appelé vendredi Israël à annexer la Cisjordanie toute entière après l’annonce, par les responsables sécuritaires, de la mort d’une adolescente israélienne lors d’un attentat terroriste, dans le secteur de Ramallah.

Rina Shnerb, 17 ans, a été tuée par une bombe artisanale qui a explosé près d’une source naturelle, aux abords de l’implantation de Dolev, où elle se trouvait avec sa famille. Il est impossible de dire pour le moment si le dispositif avait été placé là précédemment ou s’il a été jeté en direction de la famille.

Le père de Shnerb, un rabbin, et son frère de 19 ans ont été grièvement touchés dans l’attaque et les forces israéliennes ont lancé une chasse à l’homme pour trouver les coupables.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a présenté ses « profondes condoléances » à la famille et juré de « continuer à renforcer » les communautés juives en Cisjordanie. Même s’il n’a pas promis explicitement d’élargir la souveraineté sur le territoire que réclament les Palestiniens pour y installer leur futur état, il a promis de « propager nos racines plus profondément et de frapper nos ennemis ».

« Les forces de sécurité sont à la poursuite de ces vils terroristes. Nous les rattraperons. Notre bras long leur infligera ce qu’ils méritent », a promis Netanyahu.

Le chef du parti Yisrael Beytenu Avidgor Liberman s’exprime lors d’une réunion du parti à la Knesset, à Jérusalem, le 24 juin 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Avigdor Liberman, responsable de la formation Yisrael Beyenu qui, ces derniers mois, est devenu l’ennemi le plus amer du Premier ministre, a fustigé les politiques mises en oeuvre par ce dernier vis-à-vis des Palestiniens, qualifiant l’attaque « gifle au visage de ses politiques de reddition ».

Le gouvernement de Netanyahu « a choisi d’abandonner la sécurité des citoyens israéliens en faveur de l’achat du calme auprès de l’Autorité palestinienne et du Hamas jusqu’aux élections », a-t-il écrit sur Twitter dans l’après-midi de vendredi.

L’union de droite Yamina, dirigée par Ayelet Shaked, a également demandé à Netanyahu d’étendre la souveraineté israélienne sur la Cisjordanie en réponse à l’attaque. Elle a critiqué dans un communiqué ce qui s’apparente, selon elle, à une politique de « retenue ».

« Le sang juif n’a plus de valeur et la politique de retenue adoptée en réponse à ces attaques meurtrières doit cesser. Que ce soit à Gaza ou en Judée et Samarie, les terroristes ne prennent pas de repos mais Israël, si », a dit le communiqué de Yamina, utilisant le nom biblique de la Cisjordanie.

« Remettez en place les assassinats, les check-points, démolissez les habitations des terroristes et appliquez dès aujourd’hui la souveraineté », a ajouté le parti.

Le ministres des Transports Bezalel Smotrich de Yamina a également attaqué Netanyahu, qui est ministre de la Défense depuis la démission de Liberman de son poste au mois de novembre.

Le ministre des Transports Bezalel Smotrich s’exprime devant ses militants lors d’un meeting de campagne à Ramat Gan, en 12 août 2019. (Gili Yaari/Flash90)

« Israël doit avoir un ministre de la Défense a plein temps », a-t-il commenté. « Un ministre qui ne prenne pas seulement en charge la grande menace de l’Iran, de manière simultanée avec son travail de Premier ministre (ce que Netanyahu fait bien) mais qui s’occupe également de la sécurité quotidienne des citoyens israéliens. Nous devrons demander cela après les élections », a-t-il ajouté.

Smotrich a aussi dit que « la qualité de vie des Arabes ne vaut pas une seule de nos vies… L’Autorité palestinienne, avec ses incitations, doit être démantelée, ses espoirs brisés et nous devons prendre tout le contrôle de la Judée et Samarie et y faire appliquer notre souveraineté ».

« Tandis que nous nous affairons à nous occuper de l’Iran et de Gaza, les Juifs, en Cisjordanie, sont assassinés toutes les semaines. Cela doit cesser ! », a écrit Smotrich sur Twitter, appelant Netanyahu à faire payer l’Autorité palestinienne pour l’attentat.

Les leaders de Kakhol lavan Benny Gantz et Yair Lapid ont également condamné l’attaque, même s’ils n’ont pas mentionné les politiques israéliennes. Les députés ont présenté leurs condoléances et indiqué qu’ils avaient la certitude que les forces de sécurité appréhenderaient très bientôt les coupables.

L’explosion a eu lieu vendredi matin à la source de Bubin, au sud de Dolev, à approximativement 10 kilomètres à l’est de la ville de Modiin.

Des soldats israéliens sur le site de l’explosion d’une bombe, près de l’implantation de Dolev, en Cisjordanie, qui a tué une adolescente et blessé deux autres, le 23 août 2019 (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)

La mort de Rina Shnerb a été prononcée sur les lieux de l’attentat tandis que son père Eitan, un rabbin de Lod, et son frère Dvir, 19 ans, ont été évacués par un hélicoptère militaire vers un hôpital de Jérusalem. Tous deux se trouveraient dans un état grave.

Le porte-parole de l’armée israélienne Ronen Manelis a expliqué vendredi que l’armée considérait l’explosion comme « un attentat terroriste grave ».

Les services de sécurité traqueraient actuellement un véhicule suspect ayant fui les lieux peu après l’explosion.
« Les soldats de Tsahal quadrillent la zone », ont déclaré les militaires dans un communiqué.

Manelis a ajouté que l’armée israélienne ignorait encore l’identité des coupables ou leur éventuelle appartenance à un groupe terroriste établi tout en n’écartant pas l’hypothèse d’un « loup solitaire ».

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...