Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Après le 7 octobre, de nouvelles expositions sur le thème du foyer au musée de Haïfa

Le musée d'art a revu sa saison d'hiver après les attaques du Hamas sur les communautés proches de Gaza pour souligner les pertes auxquelles tant de personnes ont été confrontées

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

De gauche à droite : La peinture de Yohanan Simon de 1950, 'Children's Hour' ; 'Good Morning Drawing' de l'artiste Hilla Spitzer ; 'Evening at Home' de Natalia Zourabova, actuellement exposée au Musée d'art de Haïfa jusqu'en juin 2024. (Crédit : Yigal Pardo)
De gauche à droite : La peinture de Yohanan Simon de 1950, 'Children's Hour' ; 'Good Morning Drawing' de l'artiste Hilla Spitzer ; 'Evening at Home' de Natalia Zourabova, actuellement exposée au Musée d'art de Haïfa jusqu'en juin 2024. (Crédit : Yigal Pardo)

Haïfa, comme tant d’autres villes israéliennes, accueille actuellement des réfugiés israéliens du sud et du nord, ceux qui ont fui les attaques du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre ou la menace du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah au nord.

Le thème du foyer – ce qu’il signifie, comment il est caractérisé, à quoi il ressemble – est mis en avant à plusieurs niveaux de quatre nouvelles expositions au Musée d’art de Haïfa, qui a réorganisé sa saison d’hiver et a ouvert ces expositions le 1er février.

Les quatre expositions, dont « A Sun-Kissed Land: Schusterman Collection at the Museum » (« Une Terre bénie par le soleil : La collection Schusterman au musée ») ; « At Home: Dwelling of Love and Anxieties » (« À la maison : La demeure de l’amour et des angoisses »), avec des œuvres de cinq artistes israéliens, et « Piranesi: Views of Rom » (« Piranesi : Vues de Rome »), sont presentées jusqu’en juin 2024.

D’une manière ou d’une autre, les quatre expositions proposent différentes façons d’aborder le concept du foyer et ce qu’il signifie aujourd’hui.

Kobi Ben-Meïr, conservateur en chef du musée, a commencé à repenser les expositions prévues dans la semaine qui a suivi le 7 octobre. Alors que Ben-Meïr entendait, voyait et lisait les horreurs de cette journée, ce qui l’a marqué, ce sont les descriptions de personnes se cachant dans leurs pièces sécurisées, essayant de maintenir les lourdes portes fermées pour contrer les terroristes.

« Je n’arrêtais pas de penser au fait d’être dans nos maisons, avec nos proches, et d’avoir le plus peur pour ce que nous aimons le plus », a déclaré Ben-Meïr. « J’ai essayé de me rapprocher de cette idée avec ces expositions, en regardant les choses belles, petites et banales de nos maisons et de nos vies, et l’importance qu’elles ont pour nous. »

Le dessin « Good Morning Drawing » de l’artiste Hilla Spitzer, qui fait partie de l’exposition « At Home : The Abode of Love and Anxieties », présentée au Musée d’art de Haïfa jusqu’en juin 2024. (Crédit : Autorisation)

L’exposition la plus représentative de cet état d’esprit est peut-être « À la maison : La demeure de l’amour et des angoisses », qui présente des œuvres de cinq artistes israéliens contemporains, Ira Eduardovna, Aram Gershuni, Tzion Abraham Hazan, Uriel Miron et Hilla Spitzer, ainsi qu’un écrin dédié à dix œuvres d’Édouard Vuillard, l’un des plus grands artistes d’intérieur français du début du XXe siècle.

Les six artistes explorent des environnements domestiques, observant et capturant des objets communs et banals tels que des bols à soupe, des tapis et des chaises, y trouvant beauté, signification et souvenirs, ainsi que la peur de ce qui menace de perturber la stabilité domestique.

On peut commencer par les petits portraits à l’huile très précis de Gershuni qui explorent des objets du quotidien tels que les aubergines et les ustensiles de cuisine, ainsi que le visage de son père. Ses œuvres comprennent deux nouvelles pièces, des chaises vides qui semblent représenter les 134 otages restants détenus à Gaza.

À côté, l’œuvre vidéo d’Eduardovna montre la table de la salle à manger de sa mère, soigneusement dressée pour quatre personnes, avec les objets de sa vie d’immigrée, des assiettes en porcelaine et des verres à pied, qui sont secoués par une force invisible.

L’œuvre « Eggplants » de l’artiste Aram Gershuni, qui fait partie de l’exposition « At Home : The Abode of Love and Anxieties » présentée au Musée d’art de Haïfa jusqu’en juin 2024. (Crédit : Autorisation)

Ben-Meïr a déclaré qu’il s’agissait d’un hommage à la mère d’Eduardovna, qui mettait toujours de l’ordre dans ses affaires, quel que soit le nombre de déménagements qu’elle et ses biens subissaient.

Dans une autre galerie, on trouve les sculptures excentriques, d’aspect presque préhistorique, réalisées par Miron à partir des entrailles d’une maison, telles que la moquette et le formica, la mousse isolante et le contreplaqué, Miron ayant créé des fragments de mémoire à partir des nombreux endroits où il a vécu au cours de sa vie.

Pendant ce temps, les murs d’une autre galerie sont tapissés des dessins « Good Morning » de Hilla Spitzer, de simples dessins au crayon de couleur de sa cuisine, de la taille d’une carte postale, qu’elle réalise tous les matins avant de commencer sa journée. La vue est toujours la même, celle de l’évier et du comptoir de la cuisine, de la fenêtre qui donne sur les fenêtres et les climatiseurs des voisins, montrant chaque jour ce qui est nouveau et différent dans ce même cadre banal.

Et les images les plus douloureuses sont peut-être celles du court métrage de Tzion Avraham Hazan, qui avait filmé dans le réfectoire du kibboutz Beeri en 2019, en utilisant des membres du kibboutz comme acteurs, assis avec les détritus d’une table de repas de fête, la nappe blanche jonchée de vaisselle sale, alors qu’ils rejouent une scène de bataille qui leur est familière en utilisant de la vaisselle, de l’argenterie et le « sang » d’une betterave jetée.

Extrait de l’œuvre vidéo 2019 de Tzion Avraham Hazan, qui fait partie de l’exposition « At Home : The Abode of Love and Anxieties » présentée au Musée d’art de Haïfa jusqu’en juin 2024. (Crédit : Yoni Zluvin et Yaniv Linton)

Deux des personnages du film ont été tués le 7 octobre, a déclaré Ben-Meïr, un rappel viscéral de leur foyer douillet tel qu’il existait quatre ans auparavant, et de ce qui leur est arrivé, à eux et à leur kibboutz, lors de ce Shabbat noir.

Il y a aussi l’ode au peintre français Vuillard, avec dix pièces rassemblées par des collectionneurs et des musées locaux, offrant au public israélien l’occasion de « rencontrer » le maître français des intérieurs, des textures et des tissus de la maison.

Il existe des similitudes entre l’œuvre de Vuillard et « Natalia Zourabova Living in a Painting », l’une des quatre expositions du musée.

Zourabova, une artiste née à Moscou qui vit aujourd’hui à Tel Aviv après avoir passé quelques années dans la ville désertique d’Arad, a tendance à se concentrer principalement sur sa propre demeure, sur les pièces et les objets de sa maison et sur la façon dont elle les voit chaque jour.

L’œuvre « Evening at Home » de l’artiste Natalia Zourabova, qui fait partie de l’exposition « Natalia Zourabova Lives in a Painting », présentée au Musée d’art de Haïfa jusqu’en juin 2024. (Crédit : Yigal Pardo)

Son salon, ainsi que les objets et les personnes qui s’y trouvent, notamment son partenaire, sa fille et son chat, se répètent dans de nombreuses peintures.

« Elle est obsédée par les intérieurs », a expliqué Ben-Meïr, « c’est ce qui l’intéresse et, aussi longtemps qu’elle s’en souvienne, elle peint la pièce dans laquelle elle vit ».

Le mur de son salon peut être peint en violet dans un tableau et en orange dans un autre, « en fonction de ce qu’elle ressent ce jour-là ».

Si de nombreuses peintures de Zourabova ont été réalisées avant le 7 octobre, certaines sont plus récentes, pleines de couleurs et de vie malgré les horreurs de ce Shabbat noir, « parce que c’est ce qu’elle fait », a déclaré Ben-Meïr. « C’est la réalité de sa maison dans cette situation. »

« Esther » de l’artiste Natalia Zourabova, qui fait partie de l’exposition « Natalia Zourabova Lives in a Painting » présentée au Musée d’art de Haïfa jusqu’en juin 2024. (Crédit : Yigal Pardo)

Il existe également un dialogue entre les œuvres de Zourabova et le quartier dans lequel se trouve le musée.

Deux hautes fenêtres ont récemment été découvertes et rouvertes sur l’extérieur, révélant la maison du musée située entre deux quartiers de Haïfa de longue date, le quartier mixte de Wadi Nisnas et Hadar Carmel, une communauté essentiellement ouvrière de Russo-Israéliens.

Le bâtiment du musée lui-même a d’abord été une école de filles dans les années 1930, éduquant des filles de toutes origines et de toutes religions, avant de devenir un foyer pour les olim hadashim – ou nouveaux immigrants – après 1948, puis le musée en 1967.

À l’un des étages supérieurs du musée se trouve l’exposition de nouvelles œuvres d’art offertes par Lynn Schusterman, qui font désormais partie de la collection permanente du musée, consolidant ainsi son propre rôle de foyer de l’art israélien à Haïfa.

L’œuvre de l’artiste Chaïm Gliksberg vers 1950, qui fait partie de la collection permanente du Musée d’art de Haïfa, et actuellement exposée jusqu’en juin 2024. (Crédit : Yvgeny Idel)

L’exposition « A Sun-Kissed Land » se compose de deux galeries d’œuvres d’art offertes de manière permanente au musée par Schusterman, la milliardaire philanthrope américaine, qui a collectionné les œuvres d’art avec son défunt mari, Charles Schusterman.

L’ensemble de peintures, de bibelots et de tapisseries sont des œuvres de la première moitié du XXe siècle, ajoutant une couche qui manquait à la collection existante du musée qui se concentre sur l’art israélien des années 1950 et suivantes.

« Cela montre comment la créativité est née ici « , a déclaré Ben-Meïr.

Il y a des œuvres des premières années de l’École d’art Bezalel, des candélabres de Hanoukka incrustés de pièces de monnaie anciennes, ainsi que des cartes et des tapisseries illustrant les efforts de la première alyah.

Le tableau de Yohanan Simon de 1950, « Children’s Hour », fait partie de la collection permanente du Musée d’art de Haïfa, et actuellement exposé jusqu’en juin 2024. (Crédit : Yvgeny Idel)

Ce sont des œuvres qui comblent les vides, a déclaré Ben-Meïr, démontrant que les questions qui étaient d’actualité dans les années 1920 le sont encore aujourd’hui, avec le fermier dans le champ de Mordechaï Levanon et le portrait d’une famille de kibboutz à la maison après une journée de travail, réalisé par Yohanan Simon en 1950.

Pour Ben-Meïr, le tableau de Simon fait écho aux heures et aux jours qui ont précédé le 7 octobre dans les communautés de la frontière de Gaza, à la joie de rentrer dans sa maison et d’être chez soi, avec ses proches, le tout dans une seule et même scène peinte.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.