Après les menaces de sanctions, Téhéran accuse Paris de déstabiliser la région
Rechercher

Après les menaces de sanctions, Téhéran accuse Paris de déstabiliser la région

Paris exige que "l'Iran renonce à sa production missilière", "cesse ses actions de déstabilisation de l'ensemble de la zone" et se retire du "territoire syrien"

Le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian quitte l'Elysée après la réunion de cabinet hebdomadaire le 17 janvier 2018 (Crédit : AFP Photo/Ludovic Marin)
Le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian quitte l'Elysée après la réunion de cabinet hebdomadaire le 17 janvier 2018 (Crédit : AFP Photo/Ludovic Marin)

L’Iran a accusé la France de « déstabiliser » la région, en réaction aux menaces de Paris d’imposer des sanctions à Téhéran si le dialogue avec ce pays sur ses activités balistiques et son influence régionale « n’aboutit pas ».

« La République islamique a toujours appelé à renforcer la paix et la stabilité dans la région », affirme le ministère iranien des Affaires étrangères dans un communiqué publié tard vendredi soir.

Et l’Iran « considère les ventes massives d’armes modernes et offensives par (…) la France comme un facteur déstabilisant pour l’équilibre de la région », ajoute le texte.

Le ministère iranien réagissait aux déclarations du chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, qui a menacé vendredi l’Iran de sanctions à propos de son programme balistique et son influence au Moyen-Orient.

« Nous avons deux exigences (…) que l’Iran renonce à sa production missilière et en particulier à ses exportations missilières en direction entre autres de certaines fractions armées du Moyen-Orient mais aussi en direction des Houthis » au Yémen, a souligné M. Le Drian.

L’Iran doit aussi « cesser ses actions de déstabilisation de l’ensemble de la zone », a-t-il ajouté, en estimant qu’aux termes de la résolution 2254 de l’ONU sur la Syrie, il ne peut y avoir de « présence de forces étrangères sur le territoire syrien ».

« Nous avons commencé un dialogue difficile avec l’Iran qui devra se poursuivre et sur ce dialogue, nous sommes prêts, s’il n’aboutit pas, à avoir un usage ferme de sanctions. Et ils le savent », a-t-il martelé.

« Les capacités de l’Iran en matière de missiles font partie de sa légitime puissance défensive (…) Le programme de missiles de l’Iran n’est pas négociable (…) et cela a été dit aux Français », a répondu le ministère iranien des Affaires étrangères.

Il a prévenu que « toute nouvelle sanction européenne conduirait à une révision de nos relations avec eux ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...