Après son rejet du plan de paix, Washington déplore l’approche de la Ligue arabe
Rechercher

Après son rejet du plan de paix, Washington déplore l’approche de la Ligue arabe

Un haut-responsable affirme que le sort des Palestiniens ne changerait pas si l'instance, formée de 22 pays arabes, ne modifiait pas ses méthodes

Le président américain Donald Trump aux côtés de son conseiller Jared Kushner, à gauche, au cours d'une réunion à la Maison Blanche, le 13 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
Le président américain Donald Trump aux côtés de son conseiller Jared Kushner, à gauche, au cours d'une réunion à la Maison Blanche, le 13 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Un haut-responsable américain a fustigé, samedi, le rejet par la Ligue arabe du plan de paix de Trump qui a été récemment révélé, estimant dans une déclaration qu’un tel positionnement ne bénéficiait pas à la population palestinienne.

« C’est seulement en affichant la volonté de tenter une nouvelle approche que nous parviendrons à avancer dans un conflit qui entraîne depuis des décennies les souffrances des Palestiniens », a écrit cet officiel de l’administration dans un communiqué.

« Les résolutions passées adoptées par la Ligue arabe ont apaisé les autorités palestiniennes et elles n’ont mené ni à la paix, ni aux progrès et il est important d’essayer une nouvelle approche, sous peine de ne changer en rien le sort des Palestiniens ».

Ces propos de Washington ont été tenus après le vote à l’unanimité par la Ligue arabe, réunie samedi au Caire à la demande de l’Autorité palestinienne, du rejet de la proposition controversée du président Donald Trump sur la paix au Moyen-Orient.

L’instance a qualifié le plan « d’injuste » à l’égard des Palestiniens.

La réunion d’urgence de la Ligue arabe pour discuter de la proposition de paix soumise par les Etats-Unis pour le conflit au Moyen-Orient, au siège de la Ligue, au Caire, alors que les délégués prennent place, le 1er février 2020 (Crédit : Khaled DESOUKI / AFP)

Le responsable a tenté de mettre en exergue les « remarques positives » faites par certains ministres des Affaires étrangères arabes qui n’ont pas immédiatement rejeté la proposition dans des discours prononcés avant le vote unanime repoussant totalement le plan.

« Il est important… d’adopter un positionnement constructif, un positionnement réaliste et une stratégie positive qui iront au-delà de la simple condamnation », a dit le ministre d’Etat aux Affaires étrangères des Emirats arabes unis, Anwar Gargash, selon Arab News, site d’information basé à Ryad.

Toutefois, la Ligue arabe, bloc pan-arabe de 22 pays, a déclaré dans un communiqué émis samedi qu’elle « rejette ‘l’Accord du siècle’ américano-israélien, considérant qu’il ne prend pas en compte les droits et aspirations minimaux des Palestiniens ».

Les chefs arabes ont également promis de « ne pas coopérer avec l’administration américaine pour mettre en oeuvre ce plan ».

La Ligue a aussi averti qu’Israël devait s’abstenir de passer unilatéralement à l’acte en ce qui concerne les dispositions contenues dans le plan – en référence à l’intention déclarée de l’Etat juif de procéder à l’annexion dans les meilleurs délais.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...