Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Après une enquête fédérale, un district scolaire de l’Utah prend des mesures contre l’antisémitisme

Il s'agit de la deuxième résolution d'une affaire de discrimination antisémite relevant du titre VI depuis que le département américain de l'éducation a été inondé d'enquêtes après le 7 octobre

La rue principale de Park City, dans l'Utah, le 28 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/Rick Bowmer)
La rue principale de Park City, dans l'Utah, le 28 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/Rick Bowmer)

JTA — Le département américain de l’Education a conclu son enquête sur un district scolaire public de Park City, dans l’Utah, à la suite d’informations faisant état de harcèlement antisémite et d’autres formes de discrimination. Le district a accepté d’améliorer sa formation en matière de lutte contre les préjugés et de signaler au gouvernement fédéral les futurs incidents à caractère haineux.

L’accord constitue seulement la deuxième conclusion d’une affaire de discrimination antisémite relevant du titre VI « ascendance partagée » depuis que le département a été inondé de nouvelles enquêtes à la suite de la guerre entre Israël et le Hamas. Les deux affaires résolues concernaient des allégations antérieures au 7 octobre et aucune ne semble impliquer Israël.

L’affaire Park City concernait également la discrimination fondée sur le handicap, le sexe, entre autres. Le district a reçu plus de 180 signalements de discrimination entre 2021 et 2023.

Le plaignant initial dans l’affaire de Park City était Season Cain, un parent d’élève juif, selon les médias locaux. Season Cain a déposé une plainte auprès de l’Office of Civil Rights (OCR) du département de l’Education en février 2023 ; le dossier a été ouvert plus tard ce mois-là.

Cain a déclaré que sa fille, qui était au collège à l’époque, avait été victime de brimades antisémites lorsqu’un autre élève lui avait crié « KKK » au visage. L’enquête s’est ensuite étendue à de multiples autres incidents racistes et discriminatoires présumés au sein du district.

Dans la résolution annoncée mercredi, l’OCR a déclaré que le district « n’a pas enquêté sur les multiples allégations de harcèlement racial et antisémite » et n’a pas « pris de mesures efficaces pour mettre fin aux environnements hostiles fondés sur la race et au harcèlement antisémite que le district a confirmé », parmi d’autres problèmes.

Le district a accepté de se pencher sur tous les cas de harcèlement, de procéder à une évaluation du climat, d’informer les élèves et les parents de ses interdictions en matière de harcèlement, de dispenser une formation anti-harcèlement plus approfondie au personnel et aux élèves, et de rendre compte à l’OCR de son traitement de toutes les plaintes pour harcèlement au cours des deux prochaines années.

Dans une lettre adressée aux parents, la directrice du district, Jill Gildea, a déclaré que l’enquête « a mis en lumière des problèmes au sein de nos écoles secondaires concernant des incidents de harcèlement et de discrimination entre élèves, le plus souvent verbaux, fondés sur la race, l’origine (y compris l’antisémitisme), le sexe ou le handicap ». Une longue déclaration et des questions-réponses sur l’accord de résolution publiés sur le site web du district ne font aucune autre mention de l’antisémitisme.

Park City, une station de montagne qui accueille le festival du film de Sundance, abrite une petite communauté juive qui y vit toute l’année. On y trouve une synagogue réformée et un centre Habad. Les habitants ont combattu les efforts du district pour mettre en place des initiatives axées sur la diversité et l’équité, les qualifiant de forme de « capitulation » et de parti pris contre les conservateurs, selon des rapports locaux.

Après le 7 octobre, l’autre accord de résolution relatif à l’antisémitisme conclu par l’OCR concerne un district scolaire public du Delaware, qui a accepté des conditions similaires à celles de Park City. Contrairement à Park City, le district du Delaware a également accepté de dédommager financièrement une famille juive affectée par des brimades antisémites pour les coûts liés à la santé mentale. Le bureau a également mis fin à des enquêtes sur l’antisémitisme dans certaines universités de premier plan, notamment Harvard et l’université de Pennsylvanie, en raison de poursuites judiciaires simultanées intentées contre les écoles par des étudiants juifs.

En plus des dizaines de cas actifs de « partage d’ascendance » antérieurs au 7 octobre, l’OCR a ouvert plus de 80 cas de ce type depuis le début de la guerre. Nombre d’entre eux concernent des allégations d’antisémitisme ou d’islamophobie liées à la guerre sur les campus universitaires et les écoles primaires.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.