Israël en guerre - Jour 140

Rechercher

Arbel refuse de retirer la citoyenneté à des athlètes présumés déloyaux

Cette demande d'Itamar Ben Gvir fait suite au refus des footballeurs du Maccabi Haifa de tenir la banderole demandant le retour des otages détenus à Gaza au début du match

Montage photos : Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, à gauche, et le ministre de l'Intérieur Moshe Arbel. (Crédit : Flash90)
Montage photos : Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, à gauche, et le ministre de l'Intérieur Moshe Arbel. (Crédit : Flash90)

Le ministre de l’Intérieur Moshe Arbel a rejeté la demande du ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir de retirer leur citoyenneté aux joueurs de football qui ont choisi de ne pas brandir une pancarte appelant à la libération des otages détenus par le Hamas à Gaza, selon une note envoyée dimanche par Arbel à Ben Gvir.

L’incident a eu lieu lors d’un récent match du Maccabi Haïfa, lorsque le défenseur suédois Daniel Sondgren et d’autres joueurs ont refusé de tenir une pancarte en anglais demandant le retour des otages détenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza, selon les médias israéliens.

Le bureau du Maccabi Haïfa a déclaré dans un communiqué que l’incident ferait l’objet d’une enquête et que les joueurs étrangers n’avaient pas « compris le message » de la pancarte. La plupart des joueurs en question sont en Israël avec des visas de travail et n’ont effectivement pas la citoyenneté israélienne.

Les joueurs arabes israéliens qui auraient pu ne pas tenir cette pancarte subissent une pression énorme de la part de la communauté musulmane, a précisé l’équipe.

« On ne retire pas la citoyenneté à une personne parce qu’elle ne tient pas une pancarte, aussi importante soit-elle », a écrit Arbel.

« Je recommande que nous nous occupions de l’importante mission du maintien de la sécurité d’Israël et que nous nous préoccupions moins du populisme concernant les sympathies d’une équipe de football rivale », a ajouté le ministre de l’Intérieur.

Illustration : Un homme passant devant un panneau d’affichage demandant le retour des 240 otages enlevés lors de l’attaque terroriste du Hamas en Israël le 7 octobre, à Jérusalem, le 24 novembre 2023. (Crédit : Mahmoud Illean/AP Photo)

Ben Gvir supporte ouvertement le club rival Beitar Jerusalem.

Répondant dimanche à Arbel dans son style combatif habituel, Ben Gvir a déclaré dans un communiqué que « la liberté d’expression ne peut pas couvrir l’incitation et le soutien au terrorisme (…). les droits civiques ne signifient pas des concessions contre l’État d’Israël ou le soutien à l’ennemi », accusant Arbel de chercher la publicité et « des titres favorables dans [le quotidien de gauche] Haaretz » par sa prise de position.

La citoyenneté est un privilège, a déclaré Ben Gvir. Et par conséquent « un État n’est pas obligé d’accorder la citoyenneté à des personnes, même à des joueurs de football. Si un joueur méprise l’État (…), [l’État] doit reconsidérer la décision de lui accorder la citoyenneté ».

Le ministre de l’Intérieur a promu un projet de loi visant à révoquer la citoyenneté des Israéliens qui s’identifient publiquement à des groupes terroristes, ou qui s’identifient à un groupe terroriste en tant qu’incitation à un acte terroriste, qui, écrit-il, « sera avancé dans les jours à venir ».

La semaine dernière, le ministre de la Culture et des Sports, Miki Zohar, avait demandé le retrait de la citoyenneté d’un joueur de football israélien qui joue pour l’équipe nationale palestinienne après que ce dernier a observé une minute de silence pour Gaza lors d’un match contre le Liban la semaine dernière.

Israël et le Hamas sont actuellement au milieu d’un cessez-le-feu de quatre jours, au cours duquel des groupes d’otages israéliens – tous des femmes et des enfants – sont rendus à Israël, en échange de groupes de femmes et de mineurs palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël.

Plus de 15 000 personnes seraient mortes, selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Dans le passé, divers efforts législatifs et juridiques ont été déployés par des politiciens israéliens pour priver les Arabes israéliens de leur citoyenneté, mais généralement uniquement dans le cas de crimes terroristes ou de trahison.

Les opposants à ces mesures affirment qu’elles sont racistes, ne s’appliquant pas aux Israéliens juifs reconnus coupables de terrorisme.

Le retrait de la citoyenneté à des terroristes condamnés n’est pas nouveau et a été appliqué par d’autres pays occidentaux dans le passé. Toutefois, des experts en droit et en sécurité, ainsi que des défenseurs des droits de l’Homme, ont mis en doute l’efficacité de ces mesures pour renforcer la sécurité nationale.

L’année dernière, la Haute Cour de justice avait statué que les autorités pouvaient en théorie révoquer la citoyenneté des personnes qui commettent des attentats terroristes et d’autres crimes qui constituent une violation de la confiance dans l’État d’Israël.

L’arrêt stipule que les citoyens qui commettent de tels actes peuvent voir leur citoyenneté révoquée même s’ils n’en ont pas d’autre, mais précise que le ministre de l’Intérieur serait alors tenu de fournir à la personne un permis de séjour.

L’avertissement garantit effectivement que les personnes concernées par la loi conservent tous les droits d’un citoyen, à l’exception du droit de vote, ce qui la rend similaire aux lois en vigueur dans plus d’une douzaine d’États américains, où les criminels perdent leur droit de vote en prison.

Carrie Keller-Lynn a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.