Argentine: L’incinération de la 1ère victime juive du coronavirus fait polémique
Rechercher

Argentine: L’incinération de la 1ère victime juive du coronavirus fait polémique

Les autorités locales ont incinéré la dépouille de Ruben Bercovich en infraction avec la loi juive, entraînant un dialogue entre les rabbins et les officiels

Un homme tient une urne dans une maison funéraire à Rome, le 25 octobre 2016. (AP Photo/Alessandra Tarantino)
Un homme tient une urne dans une maison funéraire à Rome, le 25 octobre 2016. (AP Photo/Alessandra Tarantino)

BUENOS AIRES, Argentine — Malgré les protestations d’une communauté juive aux environs de Buenos Aires, la première victime juive du coronavirus en Argentine a été incinérée par les autorités locales, entraînant une polémique et provoquant des craintes parmi les communautés juives à travers le pays.

L’incinération d’un défunt n’est pas autorisée dans la loi juive religieuse.

Ruben Bercovich, un homme d’affaires de 59 ans et père de trois enfants, est décédé jeudi à Resistencia, la préfecture de la province du nord de Chaco.

Bercovich, propriétaire de l’entreprise de matériaux de construction BercoMat, était rentré en Argentine le 9 mars après un voyage aux Etats-Unis.

Sa mort et son incinération ont lancé un dialogue entre des rabbins argentins et des officiels sur un possible compromis pour faire respecter le loi juive. Les autorités ont déclaré que l’incinération était la meilleure solution pour éviter la propagation de la maladie.

Les rabbins et les officiels avaient déjà trouvé un compromis pour laisser ouverts les mikvehs, ou bains rituels juifs. Ceux qui souhaitent en utiliser un doivent se mettre en relation avec le gouvernement et obtenir un code pour entrer une fois que l’on estime qu’ils sont en bonne santé.

Bercovich était un membre actif des institutions juives dans la communauté Chaco et il représentait l’Argentine aux événements de golfe des Maccabiades.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...