Ashkelon : Un homme inculpé pour avoir menacé Netanyahu sur internet
Rechercher

Ashkelon : Un homme inculpé pour avoir menacé Netanyahu sur internet

Sur un compte Facebook consacré à sa haine de la famille Netanyahu, Tzvi Sabag a promis leurs funérailles, disant que leur "fin amère" était imminente

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu assiste à la première réunion du cabinet du nouveau gouvernement dans la salle Chagall de la Knesset, le dimanche 24 mai 2020. (Abir Sultan/Pool Photo via AP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu assiste à la première réunion du cabinet du nouveau gouvernement dans la salle Chagall de la Knesset, le dimanche 24 mai 2020. (Abir Sultan/Pool Photo via AP)

Un homme originaire d’Ashkelon a été mis en examen jeudi par la cour des magistrats de la ville pour avoir proféré des menaces sur internet à l’encontre du Premier ministre Benjamin Netanyahu, de son épouse et de son fils aîné.

Tzvi Sabag, 57 ans, a été accusé d’avoir écrit des posts, sur Facebook, menaçant directement le Premier ministre au mois de novembre de l’année dernière.

Sabag avait créé ce poste Facebook au mois de novembre en utilisant, pour sa photo de profil, une image de Netanyahu avec en surimpression une corde de pendu. Dans sa section « A propos », Sabag avec écrit : « Je hais mortellement Benjamin, Sara et Yair Netanyahu et tous ceux qui collaborent avec eux ».

Dans une publication, Sabag avait écrit que la police devait se préparer à réguler le trafic routier à l’occasion des funérailles des trois membres de la famille.

Dans d’autres posts, il affirmait que le fils de Netanyahu, Yair, devait « rapidement mourir et quitter ce monde », émettant des menaces qui soulignaient que « des millions de gardes du corps ne parviendront pas à te faire éviter une fin amère ».

Alors qu’Israël marquait le 24è anniversaire de l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, Sabag avait écrit : « S’il y a une conclusion que j’ai pu tirer en cette veille d’anniversaire, c’est que Bibi mérite de se prendre une balle dans la tête ! »

Sabag avait été arrêté et interrogé au mois de novembre après le dépôt d’une plainte du Premier ministre. Il avait été relâché, la cour statuant qu’il lui était dorénavant interdit d’utiliser Facebook, de se rendre à proximité de l’habitation du Premier ministre, ou de s’approcher de sa famille.

Netanyahu a récemment déposé plusieurs plaintes en raison de menaces physiques à son encontre et à l’encontre de sa famille.

Au début du mois, il a ainsi dénoncé un usager des réseaux sociaux, qui n’a pas été identifié et qui, a-t-il affirmé, avait proféré des menaces de mort à son encontre et à l’encontre de son épouse.

Ce mois-ci également, un individu a été arrêté pour avoir menacé le Premier ministre dans un post publié sur les réseaux sociaux, a noté la police israélienne, qui n’a pas donné plus de détails dans cette affaire. Le suspect, un jeune de 21 ans qui vit dans le nord du pays, a été appréhendé par l’unité policière du Lahav 433, spécialisée dans les crimes sur le territoire.

L’épouse du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Sara Netanyahu, avec leur fils Yair lors d’un événement de Hanoukka, le 13 décembre 2015 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le mois dernier, l’activiste de gauche Haim Shadmi a été interrogé, après lecture de ses droits, pour menaces présumées à l’encontre de Yair Netanyahu. Cet interrogatoire a eu lieu après la diffusion d’un clip diffusé par le Premier ministre qui montrait un mouvement de protestation organisé aux abords de sa résidence officielle. Un manifestant masqué, Shadmi, y disait : « Yair, souviens-toi de notre promesse. Ça paraît tiré par les cheveux… Mais crois-nous : on te l’a toujours dit et on le sait, pourquoi tu as besoin de gardes du corps… Mais un jour ils ne seront pas là et… Qui sait ? »

Yair Netanyahu est très actif sur internet. Il a posté des messages incendiaires sur les réseaux sociaux et il écrit de nombreux tweets dénonçant tous ceux qui, croit-il, lui ont fait du tort ainsi qu’à sa famille.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...