Ashkenazi à Lavrov : La présence iranienne en Syrie doit cesser
Rechercher

Ashkenazi à Lavrov : La présence iranienne en Syrie doit cesser

Le ministre des Affaires étrangères a rencontré pour la première fois son homologue russe Lavrov ; Ordre du jour : l'Iran et ses réseaux terroristes dans la région

Le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi (à droite) rencontre son homologue russe Sergey Lavrov à Athènes, Grèce, le 26 octobre 2020. (Ministère des Affaires étrangères)
Le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi (à droite) rencontre son homologue russe Sergey Lavrov à Athènes, Grèce, le 26 octobre 2020. (Ministère des Affaires étrangères)

Le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi a rencontré son homologue russe, Sergey Lavrov, pour la première fois lundi.

Réuni lors d’une visite diplomatique dans la capitale grecque d’Athènes, M. Ashkenazi a informé M. Lavrov de l’évolution des accords de normalisation avec les Émirats arabes unis, le Bahreïn et le Soudan, ainsi que de la question de l’Iran et de ses groupes terroristes mandataires tels que le Hezbollah libanais, a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Israël apprécie les liens et la coordination avec le gouvernement russe pour empêcher un enracinement iranien en Syrie », a souligné Ashkenazi dans la déclaration, appelant à empêcher Téhéran d’armer le Hezbollah.

La déclaration indique également que d’autres questions bilatérales ont été abordées, notamment la coopération économique et la lutte contre la pandémie de coronavirus.

Le ministère russe des Affaires étrangères a tweeté à propos de la réunion, sans donner plus de détails.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) rencontre le président russe Vladimir Poutine à la résidence du Premier ministre, à Jérusalem, le 23 janvier 2020. (Amos Ben Gershon/GPO)

Au début du mois, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le Président russe Vladimir Poutine se sont entretenus par téléphone, quelques jours après qu’un diplomate du Kremlin a déclaré que Moscou pourrait vendre un système de défense aérienne ultra-perfectionné à l’Iran.

« Au cours de la conversation, les questions de sécurité régionale, l’agression iranienne et la situation en Syrie ont été discutées », a déclaré le cabinet du Premier ministre dans un communiqué à l’époque.

Une semaine auparavant, l’ambassadeur russe en Iran avait déclaré que Moscou n’aurait « aucun problème » à vendre à Téhéran un système de défense aérienne avancé lorsque l’embargo sur les armes de l’ONU contre la République islamique aura expiré le 18 octobre.

L’ambassadeur russe en Iran Levan Dzhagaryan. (Capture d’écran : YouTube)

« Nous avons dit dès le premier jour qu’il n’y aura pas de problème pour vendre des armes à l’Iran à partir du 19 octobre », a déclaré Levan Dzhagaryan au quotidien Resalat dans une interview, selon l’agence de presse iranienne Fars.

En août, le Conseil de sécurité des Nations unies a rejeté une résolution américaine visant à prolonger l’embargo sur les armes à destination de l’Iran. L’administration Trump a toutefois affirmé unilatéralement le mois dernier que des sanctions « instantanées » de l’ONU étaient désormais en vigueur et a promis de punir ceux qui les violeraient.

Dzhagaryan, cependant, a écarté la menace de sanctions américaines et a déclaré que Moscou examinerait toute demande d’armes de la part de l’Iran après le 18 octobre.

« Comme vous le savez, nous avons fourni à l’Iran des S-300. La Russie n’a aucun problème pour livrer des S-400 à l’Iran et elle n’en avait pas non plus auparavant », a-t-il déclaré.

Dzhagaryan faisait référence à la livraison du S-300 à l’Iran suite à la signature de l’accord de 2015 entre Téhéran et les puissances mondiales qui a mis un frein au programme nucléaire iranien en échange d’un allègement des sanctions. En 2010, la Russie a gelé un accord pour fournir le système à l’Iran, liant cette décision aux sanctions de l’ONU sur le programme nucléaire de Téhéran.

Israël a cherché sans succès à bloquer la vente à l’Iran du système S-300, qui, selon les analystes, pourrait entraver une éventuelle frappe israélienne sur les installations nucléaires de Téhéran, et s’opposerait probablement à la fourniture du S-400 à l’Iran.

Systèmes russes de missiles de défense aérienne à longue portée S-400 déployés sur la base aérienne de Hemeimeem en Syrie, le 16 décembre 2015. (Vadim Savitsky/Service de presse du ministère russe de la Défense via AP)

En 2015, la Russie a déployé le S-400 en Syrie, où, avec l’Iran, elle combat au nom du régime d’Assad dans la guerre civile syrienne.

Le déploiement du système, qui est assez puissant pour surveiller la grande majorité de l’espace aérien israélien, a sapé la supériorité aérienne d’Israël en Syrie, où il a mené des centaines de frappes sur des cibles liées à l’Iran et au groupe terroriste libanais Hezbollah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...