Israël en guerre - Jour 194

Rechercher

Attentat de Moscou : Pour le Kremlin, Zelensky est un Juif « un peu spécial »

Vladimir Poutine a quant à lui affirmé que l'attaque de Moscou s’inscrivait dans la logique de l'Ukraine, qu'il a accusée en outre de recréer "des jeunesses hitlériennes"

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'adressant aux étudiants de l'université hébraïque de Jérusalem par visioconférence, le 23 juin 2022. (Autorisation)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'adressant aux étudiants de l'université hébraïque de Jérusalem par visioconférence, le 23 juin 2022. (Autorisation)

Le Kremlin a estimé mardi que le président ukrainien Volodymyr Zelensky était un Juif « un peu spécial », en réponse à une question sur la probabilité que lui et l’Ukraine puisse être liés aux jihadistes qui ont revendiqué le massacre du Crocus City Hall.

La Russie, qui accuse déjà les autorités ukrainiennes de « nazisme » pour expliquer son assaut contre l’Ukraine, a sous-entendu que Kiev pourrait être impliqué dans l’attaque la plus meurtrière qu’ait connue le territoire russe depuis le début des années 2000 et qui a été revendiqué par le groupe terroriste État islamique (EI).

« Eh bien, c’est un Juif un peu spécial qui est là-bas. Un Juif qui, à bien des égards, montre de la sympathie et un penchant pour l’esprit nationaliste qui imprègne les dirigeants du régime de Kiev », a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin.

Vladimir Poutine a reconnu lundi, trois jours après l’attentat et la revendication de l’EI, que l’attaque avait été commise par des islamistes mais il a aussi à nouveau insisté sur une piste ukrainienne, affirmant que les quatre assaillants, des ressortissants tadjiks, tentaient de rejoindre l’Ukraine.

Peskov a refusé d’apporter toute précision sur le sujet.

« Lorsque les enquêteurs le jugeront approprié et possible, des informations seront bien sûr fournies », a-t-il dit.

Un office en commémoration des victimes du massacre de la salle se spectacle Crocus, à la cathédrale Alexander Nevsky, en Crimée, le 24 mars 2024. (Crédit : STRINGER/AFP)

« Tant que l’enquête est en cours, les autorités officielles ne peuvent se permettre de faire des déclarations à ce sujet », a insisté Peskov.

La patronne du média d’État RT, Margarita Simonian, a publiquement nié l’implication de l’EI et accusé l’Ukraine et le président Zelensky d’avoir organisé l’attentat du Crocus City Hall qui a fait au moins 139 morts – dont au moins trois enfants – vendredi, le traitant de « non-humain ».

Poutine a quant à lui affirmé mardi que l’attaque de Moscou s’inscrivait dans la logique de l’Ukraine, qu’il a accusée en outre de recréer « des jeunesses hitlériennes ».

En ligne, des mèmes se moquaient des propos russes quant au lien supposé entre l’Ukraine et l’islamisme, l’un montrant un portrait de Zelensky barbu et coiffé d’un turban accompagné des mots « Selon la propagande du Kremlin, l’Ukraine est maintenant un État gay néonazi islamiste dirigé par un Juif ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.