Rechercher

Au Bangladesh, les réfugiés climatiques fuient leurs villages emportés par les eaux

Le changement climatique a accru la gravité et la fréquence des inondations, provoquant des précipitations plus irrégulières qui entraînent davantage de cyclones et de crues

Le rivage dévasté de la rivière Padma, à  Munshiganj, au Bangladesh, le 13 septembre 2022. (Crédit : Munir uz Zaman / AFP)
Le rivage dévasté de la rivière Padma, à Munshiganj, au Bangladesh, le 13 septembre 2022. (Crédit : Munir uz Zaman / AFP)

La famille de Paban Baroi, au Bangladesh, était depuis plusieurs générations gardienne d’un temple dédié à Shiva, le dieu hindou associé à la destruction. Mais un jour, la rivière a démoli le sanctuaire et 200 maisons du village, dont la leur.

Le septuagénaire et ses voisins font partie des milliers d’habitants du pays réduits à vivre dans la misère en raison de la montée des eaux et de l’érosion des terres, phénomènes aggravés par le changement climatique.

Un jour de septembre, la rivière Padma a brusquement changé de direction et une grande partie du village a disparu, emportée par les flots.
« Le courant était si puissant », se souvient Padan Baroi. « Beaucoup d’entre nous ont vécu sans toit ces derniers jours. »

La famille de Baroi était la gardienne héréditaire du temple de Bangla Bazar, qui accueillait chaque année un festival dans la banlieue de la capitale Dacca.

Les festivités de l’année prochaine pourraient être annulées pour la première fois en plus d’un siècle, car d’ici là, de nombreux fidèles auront été contraints de déménager.

« C’était une communauté prospère de charpentiers, de pêcheurs, d’agriculteurs et de commerçants », explique à l’AFP Sohrab Hossain Pir, conseiller municipal du village.

Des femmes au bord du rivage dévasté par les inondations de la rivière Padma, à Munshiganj, au Bangladesh, le 13 septembre 2022. (Crédit : Munir uz Zaman / AFP)

Cyclones et crues

Le Bangladesh est un pays de deltas sillonné par plus de 200 cours d’eau, chacun relié au Gange et au Brahmapoutre, qui partent de l’Himalaya et traversent l’Asie du Sud.

Les inondations périodiques qui submergent les maisons, les marchés et les écoles ont toujours fait partie de la vie des dizaines de millions d’agriculteurs et de pêcheurs qui peuplent les rives des fleuves – certaines des zones les plus densément peuplées de la campagne bangladaise.

Mais le changement climatique accroît la gravité et la fréquence du phénomène, provoquant des précipitations plus irrégulières qui entraînent davantage de cyclones et de crues soudaines.

Le Bangladesh a connu cette année ses pires inondations en près de vingt ans, qui ont fait plus de 100 morts dans le nord du pays et isolé sept millions d’autres en coupant les principaux axes de circulation.

La montée du niveau des mers due au dérèglement climatique menace de forcer des dizaines de millions d’autres personnes à fuir leur logement le long du littoral bangladais de faible altitude, et d’inonder d’eau salée ses terres agricoles les plus fertiles.

Le Bangladesh est déjà considéré par les Nations unies et les groupes de la société civile comme l’un des pays les plus touchés par les phénomènes climatiques extrêmes depuis le début du siècle, avec des villages entiers rayés de la carte à l’intérieur des terres.

Le Centre pour les services d’information sur l’environnement et la géographie (CEGIS), un organe public estime qu’environ 1 800 hectares de terres seront érodés par les rivières au Bangladesh cette année et que les maisons d’au moins 10 000 personnes disparaîtront.

« Ces phénomènes d’érosion sont clairement le résultat du changement climatique », soulignait Ian Fry, rapporteur spécial des Nations unies sur le changement climatique, lors d’une visite sur place en septembre.

Les habitants des villages disparus partent souvent s’installer dans les bidonvilles qui parsèment Dacca, une ville de 22 millions d’habitants dont la taille a plus que doublé en vingt ans, en raison principalement de l’exode rural.

Des hommes débarrassent les débris d’une maison au bord de la rivière Padma, à Munshiganj, au Bangladesh, le 13 septembre 2022. (Crédit : Munir uz Zaman / AFP)

Responsabilité

Lors de la COP27 qui doit se dérouler en novembre en Egypte, un plan national destiné à aider à la gestion des catastrophes naturelles et des conditions météorologiques extrêmes de plus en plus nombreuses en raison du changement climatique doit être présenté.

Il prévoit notamment de limiter l’érosion des rivières à environ 1 000 hectares par an.

Selon les estimations, 230 milliards de dollars sont nécessaires d’ici à 2050 pour atténuer l’impact du changement climatique sur le pays.

« Il est clair pour moi que le Bangladesh ne doit pas supporter seul le fardeau du changement climatique », souligne M. Fry, ajoutant que les nations plus riches, dont les niveaux d’émissions historiques sont plus élevés, devraient contribuer à payer la facture.

« Pendant trop longtemps, les pays ont nié leur responsabilité pour les souffrances qu’ils ont causées », lance-t-il. « Ils devraient payer pour cela. »

À Bangla Bazar, une semaine après avoir perdu leur maison, la famille Baroi n’a toujours pas trouvé d’abri. Certains de leurs voisins se sont réfugiés dans des étables.

Ceux qui ont encore un toit sur la tête s’inquiètent de savoir où ils pourront se replier lorsque le Padma engloutira davantage de terres.

« Je ne veux pas partir », affirme M. Baroi. « Mais si la rivière dévore tout le village, que se passera-t-il ? Où irons-nous ? »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...