Audience sur la conduite de la police lors des enquêtes sur Netanyahu reportée
Rechercher

Audience sur la conduite de la police lors des enquêtes sur Netanyahu reportée

Le chef d'un groupe de la Knesset (Likud) dit que le moment choisi n'est pas le bon pour une réunion avec le chef de la police Roni Alsheich

Le député Yoav Kisch (Likud), président de la commission des Affaires internes de la Knesset, le 29 janvier 2018 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le député Yoav Kisch (Likud), président de la commission des Affaires internes de la Knesset, le 29 janvier 2018 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le chef de la Commission des Affaires internes de la Knesset a annoncé mardi soir qu’une audience qu’il avait appelée de ses voeux et qui devait se tenir mercredi visant à « examiner le comportement de la police durant les enquêtes impliquant le Premier ministre » serait reportée suite à la publication des recommandations de cette dernière, qui prône l’inculpation pour fraude du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le député Yoav Kisch a expliqué que les développements des affaires, survenu dans la soirée de mardi, pourraient faire dévier cette rencontre de son objectif initial.

Kisch avait convoqué le chef de la police Roni Alsheich lors de cette audience prévue après que ce dernier a clamé que des « personnalités puissantes » s’étaient attachés les services de détectives privés pour collecter des informations sur les enquêteurs impliqués dans les dossiers de corruption. Une démarche s’apparentant, selon lui, à une tentative apparente de les discréditer, avait-il ajouté dans une interview accordée la semaine dernière.

Netanyahu avait déclaré que les allégations « ridicules » d’interventions de la part de ses alliés étaient la preuve de la partialité de la police contre lui et qu’il n’était pas possible de croire à des investigations équitables de sa part.

Le chef de la police Roni Alsheich lors d’une réunion à la Knesset, le 29 mars 2016. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash 90)

C’est l’appel du Premier ministre à ce que les affirmations d’Alsheich « fassent l’objet d’une enquête immédiate, indépendante et objective » qui aurait motivé la convocation du chef de la police par Kisch.

Le chef de l’opposition, le député Yoel Hasson de l’Union sioniste, avait estimé pour sa part que l’audience programmée avait pour objectif de « menacer le commissaire et ceux qui l’entourent ». Il avait qualifié Kisch de « prête-nom dirigé par le Premier ministre ».

En réponse, Kisch avait indiqué qu’il ne faisait que « remplir son devoir parlementaire pour superviser le travail de la police » et accusé l’opposition de manquer à cette responsabilité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...