Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Australie : Des articles de Saint-Valentin à l’effigie d’Hitler retirés de la vente

Le propriétaire du magasin pensait que les articles seraient considérés comme un divertissement impertinent ; l'Anti-Defamation Commission d'Australie rejette les "non-excuses"

Une capture d'écran non datée montrant certains des produits de la Saint-Valentin portant l'image d'Hitler qui ont été répertoriés puis retirés du site Web de la société australienne Spicy Baboon. (Crédit : Australian Anti-Defamation Commission)
Une capture d'écran non datée montrant certains des produits de la Saint-Valentin portant l'image d'Hitler qui ont été répertoriés puis retirés du site Web de la société australienne Spicy Baboon. (Crédit : Australian Anti-Defamation Commission)

Une entreprise australienne a proposé à la vente, à l’occasion de la Saint-Valentin, des articles à l’effigie du dictateur nazi Adolf Hitler, ce qui a suscité de vives critiques de la part d’un groupe de surveillance juif.

Spicy Baboon, dans le Queensland, proposait aux clients des tasses, des autocollants, des sweats à capuche, des cartes de Saint-Valentin, des crop tops et des T-shirts à l’effigie d’Hitler – une rose dans la bouche et des petits cœurs autour de lui – accompagnés de la légende : « Be mein ».

Dans une déclaration accompagnant les articles sur le site web de l’entreprise, on peut lire : « Rien de tel pour dire ‘je t’aime’ que l’homme de l’année du Time Magazine (1938) tenant une rose ».

Suite à l’indignation de l’Anti-Defamation Commission australienne (ADC), la société a retiré les articles de son site Web.

Selon une déclaration publiée par l’ADC, le propriétaire de Spicy Baboon, Scott Mackenroth, a déclaré que la société ne voulait pas nuire, pensant que les produits seraient considérés comme un divertissement impertinent « entre couples ».

Le président de l’ADC, Dvir Abramovich, a rejeté les « non-excuses » de la société et a invité Mackenroth à rendre visite aux survivants de la Shoah pour mieux comprendre le problème.

Une capture d’écran non datée montrant certains des produits de la Saint-Valentin portant l’image d’Hitler qui ont été répertoriés puis retirés du site Web de la société australienne Spicy Baboon. (Crédit : Australian Anti-Defamation Commission)

« Il s’agit d’un nouveau seuil pervers dans le commerce de détail australien. Les mots « écœurant », « à vomir » et « à retourner l’estomac » sont insuffisants pour décrire cette abomination », peut-on lire dans une déclaration publiée par Abramovich.

« D’une certaine manière, c’est le négationnisme du 21e siècle. Il n’y a rien de drôle, de cool ou de tendance à propos d’Hitler, et ces produits démontrent clairement que rien n’est interdit et que tous les paris sont ouverts lorsqu’il s’agit de dévaloriser l’Holocauste », a-t-il ajouté.

« Honte à cette entreprise qui franchit toutes les lignes de la décence morale… Cette astuce bon marché pour générer des ventes plonge un couteau dans le cœur des survivants qui habitent ici et est un crachat sur les tombes des courageux qui ont sacrifié leur vie pour vaincre le Troisième Reich », a déclaré Abramovich.

Dans un contexte de recrudescence des incidents antisémites en Australie ces dernières années, l’État le plus peuplé du pays, la Nouvelle-Galles du Sud, a interdit les expositions publiques de symboles nazis en août dernier, après une décision similaire de l’État de Victoria, le deuxième État le plus peuplé du pays.

Le Queensland a également décidé d’interdire l’exposition publique de symboles nazis, en vertu de nouvelles lois visant à lutter contre les crimes haineux et la diffamation grave dans tout l’État. Cette décision n’a toutefois pas encore été appliquée.

D’autres plateformes internationales d’achat numérique ont été critiquées pour avoir vendu des produits jugés antisémites ou considérés comme glorifiant le nazisme par le passé.

Il y a deux semaines, Amazon s’est excusé et a retiré certains articles nazis et néo-nazis de son site web après avoir été interpellé par le Centre Simon Wiesenthal.

En novembre, Walmart a retiré de son site de vente en ligne un article intitulé « Elegant Sunscreen Scarves Sun Block Shawl Scarf Beach Shawl Towel Clothing Accessories for Women Judaism », qui ressemblait étrangement à un tallit, le châle porté par les Juifs pendant les prières du matin.

L’année dernière, OpenSea, la première et la plus grande place de marché au monde pour les jetons non fongibles (NFT), a été critiquée pour avoir autorisé la vente et l’échange d’œuvres d’art sur le thème d’Adolf Hitler.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.