Rechercher

Des œuvres d’art glorifiant Hitler en vente sur la plateforme de NFT OpenSea

La start-up américaine est le plus grand négociant de jetons non fongibles, qui sont des œuvres d'art numériques pouvant être achetées en cryptomonnaies

Une image NFT d'Adolf Hitler proposée à la vente sur OpenSea (Screenshot/OpenSea)
Une image NFT d'Adolf Hitler proposée à la vente sur OpenSea (Screenshot/OpenSea)

JTA – OpenSea, la plus grande place de marché au monde pour les jetons non fongibles, ou NFT, a permis la vente et le commerce d’œuvres d’art antisémites et glorifiant le nazisme.

La start-up américaine, dont la valorisation est de 1,5 milliard de dollars, est le plus grand négociant de NFT, qui sont des œuvres d’art numériques pouvant être achetées avec des crypto-monnaies comme le bitcoin et, plus communément, l’ethereum. Certains jetons ont été vendus des millions de dollars. Les articles achetés sont enregistrés sur la blockchain, un grand livre numérique permanent dans lequel chaque transaction est consignée et rendue publique.

Mais, selon le magazine Vice, parmi les offres d’OpenSea, on trouve un grand nombre de NFT sur le thème d’Adolf Hitler. Certaines œuvres portent des titres inquiétants, tels que « Hitler n’a rien fait de mal » ou « Heil Hitler ». Cette semaine, un tweet viral a pris note d’une collection particulière sur OpenSea présentant Hitler dessiné dans divers atours numériques. D’autres listes représentent des croix gammées.

OpenSea n’a pas répondu à la demande de commentaires de Vice. Les conditions d’utilisation du site stipulent qu’il « s’engage à fournir une plateforme pour l’échange d’un large éventail de contenus, y compris des contenus controversés ».

Toutefois, les conditions d’utilisation précisent également que les offres qui incitent à la « haine ou à la violence contre autrui » seront supprimées. Les conditions de service précisent également qu’OpenSea « offre le plus grand choix possible d’actifs tout en favorisant la confiance et le respect, ainsi que l’adhésion à la loi ».

Ce n’est pas la première fois que des plates-formes d’achat numériques sont critiquées pour avoir proposé des articles à caractère nazi. Par le passé, des géants du commerce électronique comme Amazon et eBay ont également fait face à leur part de controverse pour avoir proposé des produits liés au nazisme sur leurs plateformes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...