Rechercher

Aux côtés d’Herzog, Biden salue l’accord « historique » entre le Liban et Israël

Le président israélien a estimé que les relations américano-israéliennes devraient transcender la politique dans un contexte de tensions autour de l'extrême droite en Israël

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Le président Isaac Herzog (g) et le président américain Joe Boden à la Maison Blanche, le 26 octobre 2022 (GPO)
Le président Isaac Herzog (g) et le président américain Joe Boden à la Maison Blanche, le 26 octobre 2022 (GPO)

WASHINGTON – Le président américain Joe Biden a salué mercredi l’accord sur la frontière maritime israélo-libanaise comme une « percée historique » lors d’une réunion avec le président Isaac Herzog à la Maison Blanche.

« Demain, Israël et le Liban vont signer un accord pour établir une frontière maritime permanente – permanente – », a déclaré Biden.

« Je pense que c’est une percée historique – il vous a fallu beaucoup de courage [Israël] pour intervenir et y entrer, et il a fallu du courage, et je pense qu’il a fallu des principes et une diplomatie persistante pour y arriver », a-t-il ajouté.

« Je vous félicite et je félicite le gouvernement », a déclaré Biden, ajoutant que l’accord devrait fournir des avantages significatifs à Israël et au Liban.

Herzog a remercié Biden pour la contribution des États-Unis dans la négociation de l’accord avec le Liban et a déclaré que les deux aborderaient davantage de « l’inclusion et de l’intégration d’Israël au Moyen-Orient ».

Le président a concentré ses commentaires sur l’Iran, disant que lui et Biden discuteraient du « défi iranien ». Herzog est venu présenter des preuves visuelles de la présence de drones iraniens sur le champ de bataille en Ukraine lors de sa visite de deux jours à Washington.

L’épave de ce que Kiev a décrit comme un drone iranien Shahed abattu près de Kupiansk, en Ukraine, le 13 septembre 2022. (Crédit : Direction des communications stratégiques de l’armée ukrainienne via AP)

« Le régime iranien écrase des milliers de citoyens iraniens, hommes, jeunes hommes, femmes, qui manifestent et plaident simplement pour avoir leurs propres libertés », a déclaré Herzog. « C’est un exemple de la façon dont l’Iran agit, écrase ses propres citoyens, se dirige vers les armes nucléaires et fournit des armes mortelles qui tuent des citoyens innocents en Ukraine. »

Toujours lors de sa rencontre avec le président américain, Herzog a réaffirmé que la relation israélo-américaine devait rester à l’écart de la politique interne, en référence aux élections à venir dans les deux pays et certaines frictions au sujet de la montée inquiétante de l’extrême droite en Israël.

Herzog a livré le même message plusieurs fois au cours de sa visite de deux jours aux États-Unis.

« Nous avons des élections en Israël et vous avez des élections de mi-mandat aux États-Unis, mais une chose est claire, et je pense que cette visite l’incarne le mieux, c’est que notre amitié, notre lien fort, transcende toutes les différences politiques, les opinions et les partis », a affirmé Herzog.

« J’espère qu’ensemble, nous pourrons continuer à travailler pour le bien-être de l’État d’Israël, des États-Unis et du monde en général », a-t-il ajouté.

Le président Joe Biden et le président israélien Isaac Herzog, lors d’une réunion dans le Bureau ovale de la Maison Blanche, le mercredi 26 octobre 2022, à Washington. (AP Photo/Patrick Semansky)

Biden a souligné l’engagement « à toute épreuve » de Washington envers Israël.

« J’ai dit cela 5 000 fois dans ma carrière : l’engagement à toute épreuve des États-Unis envers Israël, basé sur nos principes, nos idéaux, nos valeurs », a-t-il déclaré. « Ce sont les mêmes valeurs. J’ai souvent dit, Monsieur le Président, s’il n’y avait pas un Israël, il faudrait en inventer un. »

Les deux chefs d’État étaient accompagnés de plusieurs autres responsables, dont le secrétaire d’État américain Antony Blinken, l’ambassadeur américain en Israël Tom Nides, l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis Michael Herzog (qui est le frère du président Herzog), le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche Jake Sullivan et le coordinateur pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Brett McGurk.

Brett McGurk, lors d’une conférence de presse à Amman, le 6 novembre 2016 (Crédit : AHMAD ABDO / AFP)

Avant sa rencontre avec Biden, Herzog a rencontré Sullivan et s’était entretenu la veille avec Blinken.

Herzog a également rencontré des dirigeants juifs américains et des personnalités du Congrès, dont la présidente de la Chambre Nancy Pelosi, qui, avec le chef de la majorité au Sénat Chuck Schumer, a invité le président à marquer le 75e anniversaire de la fondation d’Israël, qui aura lieu l’année prochaine.

Peu de temps après son arrivée à Washington mardi, Herzog a également rencontré l’envoyé américain à l’énergie Amos Hochstein, qui était le principal interlocuteur dans les pourparlers sur la frontière maritime entre Beyrouth et Jérusalem.

L’accord doit être signé jeudi avec des responsables israéliens et libanais dans des pièces séparées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...