Israël en guerre - Jour 227

Rechercher

Avant la réouverture, les Israéliens sommés de ramasser leurs déchets

Les plages et les parcs naturels devraient être pris d'assaut après l'allègement du confinement, ce qui laissera des déchets - et ce sont les animaux qui en souffriront

Sue Surkes est la journaliste spécialisée dans l'environnement du Times of Israel.

Avec l’allègement des restrictions induites par l’épidémie de coronavirus, dimanche, les Israéliens devraient une nouvelle fois affluer sur les plages et dans les parcs nationaux du pays.

Mais si on se réfère à la période qui a suivi le premier confinement du pays, il ne s’agit pas seulement de foules venant visiter les espaces naturels – mais aussi des quantités phénoménales d’ordures abandonnées par les visiteurs.

Les garde-forestiers et les photographes qui travaillent aux côtés de l’Autorité de la nature et des parcs ont filmé ce qui pouvait arriver aux animaux sauvages lorsque les promeneurs laissent derrière eux des cannettes, des emballages en plastique, des lingettes humides et toutes autres sortes de détritus.

Certains animaux plus chanceux sont parvenus à s’extraire des pièges tendus par les ordures. Parmi eux, un jeune renard dont la tête s’était coincée dans une bouteille en plastique, une tortue de mer étranglée dans un sac en plastique, un hérisson dont la tête était restée bloquée dans une boîte, une gazelle qui avait grignoté une lingette, un Daman du Cap aux prises avec un sac de chips et un renard qui avait joué avec un morceau de plastique.

Une mangouste marche au milieu des ordures, d’après une présentation de la députée Miki Haimovich lors d’une réunion de la commission des Affaires intérieures et de l’environnement de la Knesset sur les déchets, le 2 juin 2020. (Crédit : Osnat El-Az, Société pour la protection de la nature en Israël).

Shaul Goldstein, directeur général de l’Autorité de la nature et des parcs, a déclaré que « nous avons un pays merveilleux, rempli de trésors naturels et patrimoniaux, qui disparaissent aujourd’hui sous les ordures et il est impossible de continuer ainsi. D’un autre côté, nous sommes au cœur d’une période complexe, avec de nombreuses personnes actuellement sans emploi ».

« Dans un projet que j’ai initié avec le ministère des Finances, nous employons actuellement 500 personnes pour la conservation de la nature, dans la lutte contre les espèces invasives et dans des missions de nettoyage ».

« J’appelle la population à rejoindre ces différentes missions parce que nous nous préoccupons tous du pays », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.