Avec 688 cas, les taux quotidiens de virus d’Israël sont au plus bas depuis juin
Rechercher

Avec 688 cas, les taux quotidiens de virus d’Israël sont au plus bas depuis juin

Israël est sous les 1 000 cas/jour depuis une semaine; Netanyahu appelle à investir dans les masques; Pour Gamzu, le bouclage doit être prolongée à Majdal Shams et Bu'eine Nujeidat

Une jeune fille est testée pour le coronavirus par un professionnel de la santé dans un centre de test COVID-19 installé sur un terrain de basket, à Ramat Gan, le 20 octobre 2020. (AP Photo/Oded Balilty)
Une jeune fille est testée pour le coronavirus par un professionnel de la santé dans un centre de test COVID-19 installé sur un terrain de basket, à Ramat Gan, le 20 octobre 2020. (AP Photo/Oded Balilty)

Le ministère de la Santé a déclaré jeudi matin que 688 nouveaux cas de coronavirus avaient été confirmés la veille.

La dernière fois que le nombre de nouveaux cas quotidiens a été inférieur à 700, c’était le 28 juin, lorsque la deuxième vague du coronavirus a commencé à se manifester.

Les données de jeudi ont également marqué l’étape suivante : Israël est resté en dessous de 1 000 infections quotidiennes pendant une semaine entière, un niveau cité par certains responsables de la santé comme un taux nécessaire pour que le pays puisse prendre les prochaines mesures pour sortir d’un confinement national.

Une part de 2,1 % des 33 295 tests effectués mercredi est revenue positive, le taux le plus bas depuis la fin du 21 juin, bien que le chiffre soit encore préliminaire. Le même niveau avait été initialement annoncé mardi, mais les données pour cette journée ont été révisées par la suite à la hausse, à 2,2 %.

La diminution générale du nombre de tests au cours des dernières semaines a toutefois suscité des inquiétudes de la part des responsables de la santé.

Le nombre total d’infections signalées en Israël depuis le début de la pandémie est passé à 312 787, dont 11 914 cas actifs.

Des employés de la « Hevra Kadisha », la société officielle israélienne d’inhumation des juifs, préparent un corps dans une morgue spéciale pour les victimes de coronavirus, à Holon, le 28 octobre 2020. (Flash90)

On comptait 464 patients COVID-19 dans un état grave, dont 199 sous respirateur et 104 dans un état modéré.

Aucune annonce n’a été faite sur les nouveaux décès, le ministère laissant le bilan à 2 494 morts.

Les données ont montré que la ville de Tel Aviv avait plus de cas de coronavirus actifs que la localité voisine de Bnei Brak, à prédominance ultra-orthodoxe, longtemps un point chaud pour les infections.

Juifs ultra-orthodoxes priant dans la ville de Bnei Brak, le 14 octobre 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Selon le ministère de la Santé, on compte 552 patients actifs à Tel Aviv et 530 à Bnei Brak.

Cependant, la population de Tel Aviv est deux fois plus importante que celle de Bnei Brak et le nombre de nouveaux cas diagnostiqués cette semaine est plus faible : 157 nouvelles infections ont été diagnostiquées à Bnei Brak au cours des sept derniers jours, alors que 108 nouvelles infections ont été découvertes à Tel Aviv au cours de la même période.

La municipalité de Bnei Brak a annoncé mardi que le faible taux d’infection signifiait qu’elle était désormais classée comme une ville « verte » selon le système de « feux de circulation » du ministère de la Santé.

Les chiffres du ministère de la Santé ont été annoncés alors que les ministres se sont réunis jeudi matin pour poursuivre la cartographie de la sortie d’Israël de son deuxième confinement national. Le débat devrait se concentrer sur la réouverture des lieux de culte et des magasins.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré au cabinet dit du coronavirus que les Israéliens devraient s’attendre à porter des masques pour l’année prochaine, selon des fuites dans les médias israéliens, et qu’il faudrait donc investir dans cette technologie.

« Un masque sympathique doit être trouvé. Il est important d’investir ici de l’argent dans la conception de masques faciles à porter », aurait déclaré M. Netanyahu.

Illustration : Une femme est en poste à un point de contrôle improvisé dans le village druze de Majdal Shams dans le plateau du Golan, le 9 avril 2020. (JALAA MAREY / AFP)

De plus, le responsable sortant de la lutte contre le coronavirus, Ronni Gamzu, a déclaré aux ministres que le bouclage de la ville druze de Majdal Shams, dans le nord du pays, devrait être prolongé car les taux d’infection n’ont pas suffisamment baissé.

En outre, Gamzu a proposé de confiner la localité de Bu’eine Nujeidat, au nord du pays, qui a également connu une augmentation du nombre de cas.

Selon les données publiées par le ministère de la Santé jeudi, Majdal Shams et Bu’eine Nujeidat ont les taux les plus élevés de cas actifs par habitant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...