Le nombre de nouveaux cas de coronavirus passe sous les 1 000
Rechercher

Le nombre de nouveaux cas de coronavirus passe sous les 1 000

Selon le ministère de la Santé, 2,8 % des tests jeudi sont revenus positifs ; un "ralentissement" de la baisse des infections est possible en raison de l'allègement du confinement

Des Israéliens font leurs courses au marché Mahane Yehuda, à Jérusalem, le 22 octobre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des Israéliens font leurs courses au marché Mahane Yehuda, à Jérusalem, le 22 octobre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministère de la Santé a indiqué que 895 nouveaux cas de coronavirus avaient été confirmés jeudi, alors qu’une tendance à la baisse des taux d’infection semble se poursuivre après un mois de confinement national.

Selon des chiffres diffusés vendredi matin, le nombre de cas actifs est descendu à 17 279 sur 308 572 infections confirmées depuis le début de la pandémie. 570 personnes se trouvent dans un état grave et 223 ont été placées sous respirateur. 154 sont dans un état modéré et les autres ne présentent que des symptômes légers, voire une version asymptomatique de la maladie.

Le bilan des décès est de 2 319.

Cela a été la première fois depuis le 3 juillet, jeudi, que moins de 1 000 nouveaux cas ont été enregistrés un jour de semaine (à l’exception du dimanche). Le nombre de tests effectués a baissé à 32 290 après avoir frôlé, en moyenne, les 40 000 par jour de lundi à mercredi. Les taux de dépistage chutent habituellement le week-end et pendant les fêtes.

Le taux de positivité jeudi était de 2,8 %.

Un homme se fait tester au coronavirus à l’université Hébraïque de Jérusalem, le 21 octobre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Dans son rapport quotidien, le Centre national d’information de l’armée israélienne, qui consacre ses activités au coronavirus, a expliqué que malgré le déclin continu du nombre de nouveaux cas et du taux de positivité aux tests, le taux d’infection restait élevé en nombre absolu.

Ce Centre, qui travaille sous l’autorité de l’Administration des renseignements militaires en coopération avec le ministère de la Santé, a aussi indiqué que le nombre de décès et de malades gravement atteints par la COVID-19 avait baissé par rapport à la semaine précédente.

Il a mis en garde toutefois contre un « ralentissement » probable « de la tendance à l’amélioration observée au cours de ces dernières semaines » après le début de l’allègement du confinement, cette semaine, disant que ce ralentissement se refléterait dès la semaine prochaine dans les taux d’infection.

Photo d’illustration : Une salle de classe vide dans une école du quartier de Beit Hakerem de Jérusalem, le 21 octobre 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Dimanche, les garderies et les crèches ont eu l’autorisation d’accueillir à nouveau les jeunes élèves. L’interdiction faite aux Israéliens de se déplacer au-delà d’un périmètre d’un kilomètre pour les besoins non-essentiels a été levée et les restaurants ont obtenu l’autorisation de proposer de la vente à emporter au lieu de se limiter aux livraisons.

Le cabinet dit « du coronavirus » s’est rassemblé mercredi pour évoquer la réouverture des commerces et la reprise des cours dans certains établissements scolaires, mais a reporté d’éventuelles prises de décision à la semaine prochaine. Il devrait se réunir dimanche et prendre des décisions finales dans la journée de lundi.

Au cours de la rencontre de mercredi, Netanyahu a demandé que le plan en neuf phases mis au point par le ministère de la Santé soit réagencé en cinq phases, mais les responsables de la santé ont exprimé leurs inquiétudes sur un potentiel raccourcissement de la réouverture du pays.

Suite au confinement initial induit par la première vague de coronavirus, au printemps, les responsables de la santé avaient abandonné leur plan en plusieurs phases dans un contexte de pressions exercées par les ministres et avaient rouvert presque toutes les écoles et les entreprises en une seule fois, au mois de mai. Cette gestion de sortie de crise a été considérée comme responsable, en partie, des taux d’infection qui ont grimpé en flèche dans le pays pendant la période estivale et qui ont entraîné le deuxième confinement national.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...