Avec l’aide d’Ama’re Stoudemire, Jérusalem cherche à renverser Tel Aviv à la tête du basket israélien
Rechercher

Avec l’aide d’Ama’re Stoudemire, Jérusalem cherche à renverser Tel Aviv à la tête du basket israélien

Le plus grand nom à avoir jamais joué pour la première ligue de basket israélienne fait instantanément de l’Hapoel Jérusalem la nouvelle équipe à battre

Le joueur de basket de l'Hapoel Jérusalem Ama're Stoudemire participe à un atelier spécial de basket avec des enfants israéliens à Ramle, le 7 août 2016. (Crédit : Avi Dishi/Flash90)
Le joueur de basket de l'Hapoel Jérusalem Ama're Stoudemire participe à un atelier spécial de basket avec des enfants israéliens à Ramle, le 7 août 2016. (Crédit : Avi Dishi/Flash90)

JTA – Les fans de l’équipe de basket de l’Hapoel Jérusalem savent que quand le propriétaire de leur équipe tweete un smiley souriant, la signature d’un nouveau joueur est sur le point d’être annoncée.

La veille de l’annonce surprise d’Ama’re Stoudemire disant qu’il quittait la NBA pour jouer pour l’Hapoel de Jérusalem, Ori Allon a tweeté une vidéo d’un volcan actif qui semblait sourire. Du rap jouait en fond sonore :
« rien ne peut m’arrêter ».

La signature de Stoudemire, présent six fois dans l’équipe All Star de la NBA et plus grand nom à avoir jamais joué pour la première ligue de basket israélienne, a immédiatement fait de l’Hapoel Jérusalem l’équipe à battre. Si Stoudemire remplit ses promesses, cela pourrait aussi dire que Jérusalem, plutôt que Tel Aviv et sa puissante équipe Maccabi Tel Aviv, sera bientôt le visage du basket israélien dans le monde.

« Ama’re Stoudemire peut être le mec qui renverse la hiérarchie du basket israélien », a déclaré à JTA Eran Soroka, analyste NBA pour la chaîne de télévision Sport5 et rédacteur en chef su site d’informations Nana10. « La compétitivité accrue et l’exposition feront de l’Hapoel Jérusalem, et pas du Maccabi Tel Aviv, l’équipe d’Israël pour la première fois depuis des décennies. Stoudemire doit juste être bon. »

Stoudemire, qui revendique des « racines hébraïques », a un tatouage en hébreu et s’est rendu plusieurs fois à Jérusalem, a déclaré lundi aux journalistes à son camp de baskets pour enfants juifs et arabes à Jérusalem qu’il avait refusé des offres d’au moins trois équipes de NBA. Il a déclaré avoir eu le sentiment que sa meilleure chance de gagner son premier championnat était en Israël, et a dit que Jérusalem était sa « ville préférée au monde ». Stoudemire et son épouse, Alexis, cherchent une maison et une école pour leurs quatre enfants.

‘La chose la plus importante pour moi maintenant est d’essayer et de créer une atmosphère gagnante autour de l’Hapoel Jérusalem’

« Pouvoir continuer à jouer au basket à Jérusalem est une opportunité qui ne peut arriver qu’une fois dans une vie, et, pour moi et ma famille, nous voulions tirer partie de cette opportunité tant que je suis en bonne santé, a-t-il déclaré. La chose la plus importante pour moi maintenant est d’essayer et de créer une atmosphère gagnante autour de l’Hapoel Jérusalem. »

En 14 saisons à la NBA, pendant lesquelles il a été blessé, Stoudemire a marqué en moyenne 18,9 points par match et obtenu 7,8 rebonds. Il a été enrôlé au premier tour par les Phoenix Suns, puis a joué pour les New York Knicks plusieurs années avant de terminer sa carrière à la NBA avec Dallas Mavericks et Miami Heat. A 33 ans, l’avant de 2m11 devrait toujours avoir du basket en lui.

La signature de Stoudemire apportera plus d’attention à l’équipe et à la ligue, mais n’aurait pas d’impact financier « spectaculaire », selon une source au sein de l’Hapoel qui a demandé l’anonymat pour parler des affaires internes du club. La clé sera le succès sur le terrain, a-t-il déclaré.

« Quand nous voyagerons à l’étranger, je pense que les médias locaux seront bien plus intéressés par nous que par le passé, a déclaré la source. Au final, si nous gagnons des matchs et que nous gagnons des titres et que nous sommes capables de créer des succès sur le terrain derrière Stoudemire, alors la signature aura été une très bonne chose. »

Même si la source a déclaré que l’Hapoel Jérusalem n’essayait pas de « détrôner » le Maccabi Tel Aviv, il a reconnu que l’équipe voulait ce qu’a son concurrent.

Le Maccabi Tel Aviv règne sans conteste sur le basket israélien depuis des décennies. Entre 1970 et 2008, elle a remporté tous les championnats de la première ligue sauf un, et en a gagné quatre sur huit depuis. Le Maccabi Tel Aviv est la seule équipe israélienne a joué actuellement en EuroLigue de basket, qu’elle a remporté six fois, dont trois fois entre 2001 et 2005. David Blatt a guidé le Maccabi vers un improbable titre de ligue en 2014 avant de devenir cette même année le premier entraîneur à passer de l’EuroLigue à la NBA, avec les Cleveland Cavaliers.

Ori Allon, propriétaire de l'Hapoel Jérusalem, le club de basket de la capitale. (Crédit : autorisation)
Ori Allon, propriétaire de l’Hapoel Jérusalem, le club de basket de la capitale. (Crédit : autorisation)

Longtemps finaliste au mieux, l’Hapoel Jérusalem est en progression depuis qu’Allon, magnat de la high-tech israélienne, a repris l’équipe avant la saison 2013. Il a entraîné un groupe d’investisseurs, dont Stoudemire, à racheter l’équipe après la disparition de son précédent propriétaire, le nabab du pétrole américain Guma Aguiar, disparu en 2012 en bateau sur les côtes de Floride. Stoudemire a vendu ses parts de l’équipe à Allon quand il a signé.

En 2014, l’Hapoel Jérusalem a emménagé dans la nouvelle arène Payis de Jérusalem, juste en bas de la rue de son précédent stade, qui sert maintenant pour l’entraînement et où est organisé le camp de basket de Stoudemire. Cette hausse de 2 500 à 12 000 sièges signifie que les fans, et les revenus, pourront augmenter. L’arène Menora Mivtachim du Maccabi Tel Aviv, qui a ouverte en 1963, peut contenir environ 11 000 spectateurs.

A la fin de la saison 2014 – 2015, l’Hapoel Jérusalem a remporté son premier championnat israélien. L’année dernière, il avait perdu en finale contre le Maccabi Rishon Lezion, qui avait battu le Maccabi Tel Aviv en demi-finales. L’Hapoel Jérusalem jouera cette année en EuroCoupe, la deuxième division européenne.

Pendant les trois saisons depuis qu’Allon l’a repris, l’Hapoel Jérusalem a vu son budget annuel croître de moins de quatre millions de dollars à environ 10 millions, toujours inférieur à celui du Maccabi Tel Aviv, d’environ 25 millions de dollars, selon le porte-parole de la ligue de basket israélienne, Shlomi Peri. En plus de Stoudemire, l’équipe a fait signer plusieurs anciens joueurs de NBA, même si aucun n’a mérité de tweet de volcan souriant.

Là où le Maccabi Tel Aviv possède un solide avantage, c’est en Europe. L’équipe fait partie des 11 membres de l’EuroLigue qui a renouvelé cette année un contrat de 10 ans qui assure une place, quelle que soit la performance. Cela fournit un avantage important en termes d’attraction des talents, d’exposition et de revenus.

« J’imagine que simplement en participant à l’EuroLigue, vous obtenez un avantage de quatre à cinq millions d’euros, a déclaré la source du Hapoel. Nous pensons que vous méritez une place sur la base de vos performances des trois dernières années. »

Hapoel Jerusalem during a recent game (photo credit: Yossi Zamir/Flash 90)
L’Hapoel Jerusalem sur le terrain. (Crédit : Yossi Zamir/Flash 90)

Actuellement, l’Hapoel Jérusalem ne peut se qualifier pour l’EuroLigue qu’en gagnant l’EuroCoupe. C’est un défi de taille étant donné les équipes européennes bien financées qui sont sur la route. Mais l’équipe attend l’opportunité de monter dans le futur, a déclaré la source, et jusque là elle continuera à construire.

Le gérant des nouveaux médias du Maccabi Tel Aviv, Omer Geva, a annoncé que son équipe ne commenterait pas officiellement l’achat d’un concurrent, sauf pour dire que l’arrivée de Stoudemire était bonne pour la ligue. Le Maccabi Tel Aviv a signé plusieurs anciens joueurs de NBA pendant l’inter-saison.

Soroka, l’analyste, a déclaré que Stoudemire pourrait aider à plus attirer l’attention sur la ligue, et peut-être un peu plus de joueurs de NBA. Le succès de l’Israélien Omri Casspi, l’avant des Sacramento Kings, et le passage à l’Hapoel Tel Aviv la saison dernière de l’ancien de la NBA Nate Robinson, artiste de slam dunk, Chris Copeland et Beno Udrih, qui était en mission semblent aussi avoir haussé le profil du pays.

Casspi, le premier joueur israélien à réussir en NBA, a rejoint Stoudemire sur son camp la semaine dernière avec Rudy Gay, Chris Copeland et Beno Udrih, qui étaient en mission pour la fondation à but non lucrative de Casspi pour promouvoir l’image d’Israël dans le monde.

Omri Casspi avec des enfants au camp de basketball d'Amare Stoudemire à Jérusalem, le 8 août 2016. (Crédit : Andrew Tobin)
Omri Casspi avec des enfants au camp de basketball d’Amare Stoudemire à Jérusalem, le 8 août 2016. (Crédit : Andrew Tobin)

Plus d’un tiers des joueurs de la ligue de basketball israélienne vient des Etats-Unis. Beaucoup ont joué en NBA ou espère y jouer. La ligue limite le nombre de joueurs étrangers qu’une équipe peut avoir à huit, et exige que deux joueurs israéliens soient sur le terrain pendant le match.

Bien que la ligue israélienne soit moyenne pour les standards du basketball européen en ce qui concerne la compétitivité et les salaires, le style de vie et l’amitié envers les Américains aident à attirer des joueurs de NBA malgré les problèmes sécuritaires, a déclaré Soroka.

« Nous avons les plages, nous avons les jolies filles, nous avons les bars, a-t-il déclaré. Les gens parlent anglais, sont très chaleureux et accueillant. Beaucoup de personnes considèrent Israël comme le 51e état, et ce n’est pas pour rien. »

Mais les facteurs principaux pour la plupart des joueurs sont l’argent et la compétition, en d’autres termes, la qualité de la ligue, a déclaré Soroka. L’impact que Stoudemire peut faire reste à voir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...