Avion italien interdit de survol des Emirats : Rome « surpris et déçu »
Rechercher

Avion italien interdit de survol des Emirats : Rome « surpris et déçu »

L'Italie a révoqué définitivement en janvier des autorisations d'exportation de missiles et de bombes vers l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, impliqués au Yémen

Illustration : un petit avion dans le ciel à Frederick, MD, États-Unis, le 13 octobre 2020. (iStock / Getty Images)
Illustration : un petit avion dans le ciel à Frederick, MD, États-Unis, le 13 octobre 2020. (iStock / Getty Images)

L’ambassadeur des Emirats arabes unis à Rome a été convoqué mardi au ministère italien des Affaires étrangères après le refus des Emirats de laisser un avion militaire italien survoler leur territoire.

A cette occasion, le secrétaire général du ministère Ettore Sequi a exprimé à l’ambassadeur Omar Obaid al-Shamsi « la surprise et la grande déception (de l’Italie) pour un geste inattendu et difficile à comprendre », a indiqué le ministère dans un communiqué.

L’appareil C130 de l’aviation italienne transportait des journalistes et des militaires à Hérat, dans l’ouest de l’Afghanistan, pour la cérémonie marquant le retrait des troupes italiennes de ce pays.

Cette décision des Emirats intervient alors que l’Italie a révoqué définitivement en janvier des autorisations d’exportation de missiles et de bombes vers l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, deux pays fortement impliqués dans le conflit au Yémen.

Ce conflit, qui a fait des dizaines de milliers de morts, oppose depuis 2014 les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran, aux forces loyales au gouvernement, appuyées depuis 2015 par une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite, dont les Emirats arabes unis font partie.

Le refus émirati a contraint l’appareil à effectuer une escale non prévue à Dammam, en Arabie saoudite et il a dû ensuite emprunter un trajet plus long, selon l’agence italienne AGI. La cérémonie à Hérat a bien eu lieu, mais avec retard pour permettre la participation des passagers de l’appareil en provenance de Rome.

Le ministre italien de la Défense Lorenzo Guerini et d’autres responsables militaires ayant voyagé sur un autre vol étaient présents. L’Italie était le troisième contributeur de la mission de l’Otan en Afghanistan, avec quelque 900 soldats.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...